Briser le tabou passe par vous : manifeste contre le silence sur la santé mentale des étudiant.es

Le carnet de recherche des étudiant.es du Master Sciences-Société accueille les manifestes des étudiant.es de Licence 2 en CPES Sciences-Société. Ces textes ont été rédigés dans un contexte de questionnement épistémologique et de problématisation du rapport entre les différents registres de savoirs, en lien avec la question des recherches participatives, inspirés notamment par le Manifeste DingDingDong, de l'Institut de coproduction de savoirs sur la maladie de Huntington.  Merci aux étudiant.es du Master Science-Société qui ont effectué un travail de relecture et de conseil sur ces textes, publiés avec l'accord de leurs autrices et auteurs.

            L’OMS définit la santé mentale comme un “état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité”[1]. La santé mentale chez les étudiants est aujourd’hui devenue une préoccupation majeure et fait l’objet de nombreuses études et sondages. Une étude sur laquelle nous nous appuyons[2] a montré que 41% des étudiants qu’ils ont interrogés présentaient un état de santé mentale préoccupant. La crise sanitaire du COVID-19 a participé à augmenter les tendances anxieuses et dépressives des étudiants, d’où la nécessité d’agir[3].

Graphique : Fréquence des symptômes dépressifs, d’anxiété et des pensées suicidaires chez les étudiants et les non-étudiants, de mars 2020 à janvier 2021[4]

NOUS REFUSONS que les étudiants, citoyens et acteurs de demain, soient victimes du système scolaire actuel. En effet, beaucoup d’entre eux subissent leurs études, qui deviennent des facteurs de fatigue et de pression. La réussite académique ne vaut pas plus que leur santé mentale. Un étudiant malade, mal dans sa peau et en état d’anxiété restera dans cette situation dans sa vie future si aucune prise en charge appropriée n’est apportée.

NOUS RÉCUSONS le manque de considération accordé aux problèmes de santé mentale et le tabou qui les entoure. La situation doit changer. S’il est naturel d’aller voir un médecin quand on a mal au genou, peu de personnes consultant des psychologues le font ouvertement. En effet, si la parole se libère peu à peu, bien des conversations sur le sujet sont encore source de malaise, comme l’indique Sophie Arfeuillère, responsable formation et pédagogie chez Psycom. Les stéréotypes sont encore présents et entraînent des comportements à risque : si une grande majorité d’individus est capable de reconnaître les signes d’une santé mentale dégradée chez les personnes de leur entourage, lorsqu’il s’agit de leur propre santé mentale ils y opposent plus de résistance.[5]

De plus, certaines personnes ont conscience qu’elles auraient besoin d’aide, cependant elles ont également conscience que socialement, parler de ses problèmes de santé mentale n’est pas acceptable. Ainsi, ces personnes considèrent que seules les personnes qui en parlent ouvertement, et qui ne voient pas que cela n’est pas accepté socialement, sont malades. Ces phénomènes illustrent parfaitement l’effet dévastateur qu’a le tabou sur les prises en charge.

NOUS DÉNONÇONS une situation désastreuse mise sous silence. Un trop grand nombre d’étudiants souffre, ce qui les met en difficulté dans le cadre de leurs études et de leur quotidien. La pression de la réussite académique fait beaucoup de dégâts. Pour la plupart des étudiants elle est la source de troubles du sommeil. Les étudiants subissent également un mal-être transitoire lié à la séparation avec le milieu familial. Cela touche notamment les étudiants en première année qui font face à des difficultés d’adaptation et de transition. Les études supérieures sont un moment clé dans leur vie de jeunes adultes, façonnant petit à petit la voie professionnelle vers laquelle ils se dirigent. L’ensemble de ces facteurs est accentué par les inégalités entre classes sociales et des environnements matériels et sociaux complexes.

NOUS NOUS POSITIONNONS contre

-> Les difficultés d’accès aux soins. En effet, les étudiants font face à des barrières telles que l’éloignement géographique, le niveau socioculturel ou encore le niveau économique. Leurs ressources financières sont limitées, les questions d’assurance maladie et de sécurité sociale sont nouvelles pour eux et leur médecin traitant est bien souvent dans leur ville natale plutôt que dans celle de leurs études.[6]

-> La mise à l’écart des patients dans la recherche de solutions et dispositifs à mettre en place, le manque de connaissances et leur transmission. Ces éléments amènent à des comportements psychophobes et renforcent la diabolisation, à l’origine des préjugés autour de la santé mentale[7].

-> Le manque de places dans les facultés pour former le personnel médical de demain. Le nombre de places dans les facultés diminue, les sélections se font de plus en plus rudes. En France, on compte un psychologue pour 30 000 étudiants[8].

NOUS DEMANDONS, en conséquence, une amélioration impérative des conditions dans lesquelles évoluent les étudiants et une démocratisation de la prise en charge de la santé mentale des étudiants qui doit se faire sans distinction d’origine sociale. Il faut une massification des dispositifs d’aide.

 Pour ce faire, nous souhaitons 

-> La mise en place de campagnes de sensibilisation et de formations préventives des gestes à adopter. En effet, tous les acteurs en contact avec un public doivent être à même de faire face à des situations telles que les crises de panique, les crises d’anxiété ou les rechutes dans le cas des dépressions. Cela peut par exemple passer par l’apprentissage de techniques de respirations ou de pauses sportives dans la journée, permettant de socialiser et de se changer les idées.[9] Ces actions permettront, d’une part d’aider les personnes qui en ont besoin mais également de normaliser ces maladies, ce qui permettra de faire changer les regards sur la santé mentale. Cependant, il doit s’agir d’actions ciblées et non de campagnes publiques qui, pour un coût pourtant élevé, entraînent des résultats très peu probants.[10]

-> Un rendez-vous de prévention chez une infirmière ou un professionnel de santé obligatoire et gratuit dans chaque école ou faculté. Cela a fait ses preuves à l’université de Bordeaux.[11]

-> Des cellules d’écoutes devront également être déployées, encadrées de préférences par des professionnels ou dans le cas contraire, par des étudiants relais, soutenus par des professionnels. Cela pourra se faire sur le modèle de ce qui est proposé à l’Université de Strasbourg avec le dispositif RESCUE.[12]

NOUS APPELONS en résumé à une mobilisation générale, au sein des facultés et écoles supérieures, de la part du personnel enseignant et soignant et à un soutien financier important de la part de l’État afin de rendre tout cela réalisable. Notre but ultime est que toutes et tous puissent avoir droit à des soins adaptés à leurs besoins, cela sans jugements, afin d’avoir des étudiants informés et bien dans leur peau, à même de se concentrer sans tracas sur leurs études.

Bibliographie

Sophie Arfeuillère « Nous avons tous et toutes une santé mentale » La santé mentale sur les campus universitaires face aux défis contemporains : de la discrimination à la COVID-19. Regards croisés : Communication, Droit et Psychologie, Oct 2020, Toulouse, France.

Aude Caria, Sophie Arfeuillère, Céline Loubières et Camille Joseph « Passer de l’asile à la Cité, de l’aliéné au citoyen : un défi collectif. Destigmatisation et environnement politique », Pratiques en santé mentale, vol. 61, no. 1, 2015, pp. 22-31.

Elodie Charbonnier, Sarah Le Vigouroux, Aurélie Goncalves. “Étudiants en temps de confinement et au-delà”, La Presse Médicale Formation, 2021, vol. 2, no 3, pp.267-272.

Mette Egsdal, Ilaria Montagni, Marie Tournier et Christophe Tzourio « Les services en santé mentale à disposition des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur : le cas de l’université de Bordeaux », Revue française des affaires sociales, no. 2, 2016, pp. 105-122.

Léa Iribarnegaray  « On compte en France un psychologue pour 30 000 étudiants. C’est consternant », Le Monde, 2020.

Stéphane Justeau, Anne Musson, Damien Rousselière “Confinés ! Une étude de la santé mentale des étudiants dans une Ecole de Management française pendant la crise sanitaire COVID-19 à l’aide du questionnaire POMS.”, Working Paper SMART-LERECO, n°21.

Dominique Lassarre, Céline Giron et Benjamin Paty, “Stress des étudiants et réussite universitaire : les conditions économiques, pédagogiques et psychologiques du succès”, L’orientation scolaire et professionnelle, no 32/4, 2003, pp. 669-691.

Melissa Macalli, Christophe Tzourio, « Santé mentale et pensées suicidaires des étudiants au cours de l’épidémie de Covid-19 : comparaison avec les non-étudiants »,Suicide : mesurer l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 – 5ème rapport, rapport de l’observatoire national su suicide, 2022, pp. 233-239. https://www.vie-publique.fr/rapport/286200-rapport-observatoire-du-suicide-limpact-de-la-crise-du-covid-19.

Ce manifeste Contre le silence sur la santé mentale des étudiants est le résultat d’un travail réalisé par Elvire Franquelin, Lucie Rieunau, Flavie Rougraff et Lise Werlé-Thallinger, élèves en 2ème année de CPES à Strasbourg.


[1] https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/sante-mentale#:~:text=Selon%20l’OMS%2C%20la%20sant%C3%A9,une%20contribution%20%C3%A0%20la%20communaut%C3%A9%20%C2%BB.

[2]  Mette Egsdal, Ilaria Montagni, Marie Tournier et Christophe Tzourio « Les services en santé mentale à disposition des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur : le cas de l’université de Bordeaux », Revue française des affaires sociales, no. 2, 2016, pp. 105-122.

[3] Elodie Charbonnier, Sarah Le Vigouroux, Aurélie Goncalves. “Étudiants en temps de confinement et au-delà”, La Presse Médicale Formation, 2021, vol. 2, no 3, pp.267-272.

[4]  Melissa Macalli, Christophe Tzourio, « Santé mentale et pensées suicidaires des étudiants au cours de l’épidémie de Covid-19 : comparaison avec les non-étudiants »,Suicide : mesurer l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 – 5ème rapport, rapport de l’observatoire national su suicide, 2022, pp. 233-239. https://www.vie-publique.fr/rapport/286200-rapport-observatoire-du-suicide-limpact-de-la-crise-du-covid-19.

[5]  Sophie Arfeuillère « Nous avons tous et toutes une santé mentale » La santé mentale sur les campus universitaires face aux défis contemporains : de la discrimination à la COVID-19. Regards croisés : Communication, Droit et Psychologie, Oct 2020, Toulouse, France.

[6]  Dominique Lassarre, Céline Giron et Benjamin Paty, “Stress des étudiants et réussite universitaire : les conditions économiques, pédagogiques et psychologiques du succès”, L’orientation scolaire et professionnelle, no 32/4, 2003, pp. 669-691.

[7] Aude Caria, Sophie Arfeuillère, Céline Loubières et Camille Joseph « Passer de l’asile à la Cité, de l’aliéné au citoyen : un défi collectif. Destigmatisation et environnement politique », Pratiques en santé mentale, vol. 61, no. 1, 2015, pp. 22-31.

[8]   Léa Iribarnegaray  « On compte en France un psychologue pour 30 000 étudiants. C’est consternant », Le Monde, 2020.

[9] Stéphane Justeau, Anne Musson, Damien Rousselière “Confinés ! Une étude de la santé mentale des étudiants dans une Ecole de Management française pendant la crise sanitaire COVID-19 à l’aide du questionnaire POMS.”, Working Paper SMART-LERECO, n°21.

[10]  Aude Caria, Sophie Arfeuillère, Céline Loubières et Camille Joseph « Passer de l’asile à la Cité, de l’aliéné au citoyen : un défi collectif. Destigmatisation et environnement politique », Pratiques en santé mentale, vol. 61, no. 1, 2015, pp. 22-31.

[11] Mette Egsdal, Ilaria Montagni, Marie Tournier et Christophe Tzourio « Les services en santé mentale à disposition des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur : le cas de l’université de Bordeaux », Revue française des affaires sociales, no. 2, 2016, pp. 105-122. 

[12]  Plateforme de soutien pour étudiants: https://sante.unistra.fr/etudiants-relais-rescue



Citer ce billet
autrice (2023, 21 décembre). Briser le tabou passe par vous : manifeste contre le silence sur la santé mentale des étudiant.es. Contrepoints. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf08

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search