Le pouvoir des émotions – Manifeste contre les violences gynécologiques et obstétricales

Emma Tapin, Benoit Eppingler, Thibaut Goetsch

Le carnet de recherche des étudiant.es du Master Sciences-Société accueille les manifestes du séminaire de philosophie contemporaine. Ces textes ont été rédigés dans un contexte de questionnement épistémologique et de problématisation du rapport entre les différents registres de savoirs, de médiation sciences-sociéété, en lien avec la question des recherches participatives, inspirés notamment par le Manifeste DingDingDong et de l'Institut de coproduction de savoirs sur la maladie de Huntington.

Je suis une victime de violences gynécologiques. 

Le stress monte dans la salle d’attente en vue de mon premier examen gynécologique. Je suis accompagnée de ma mère qui m’a conseillé son gynécologue, un vieil homme d’une soixantaine d’année, toujours efficace m’a-t-elle dit, elle ne croyait pas si bien dire. Le moment venu d’entrer dans la salle, je récapitule dans ma tête ce que j’ai besoin de lui dire : mes douleurs de règles insupportables malgré les doses de Spasfon et d’Antadys, les douleurs anormales lorsque j’essaye de mettre un tampon, entraînant par ailleurs une peur paralysante à la simple idée d’un examen gynécologique classique. Toutes ces choses qui, avant d’entrer dans le cabinet, me paraissaient indispensables à la prise en charge de mes problématiques, se sont rapidement faites évincées par la posture du gynécologue. Il m’a directement fait comprendre que mes douleurs étaient « normales » – comment pouvait-il savoir ce que sont des douleurs de règles « normales » ? –  et que la pilule allait tout arranger. La pilule, cette solution magique censée régler tous nos maux, je n’y ai pas échappé. J’ai même cru à ses effets curateurs, allant jusqu’à remettre en question mes propres ressentis. Peut-être que je m’alerte pour rien me suis-je dis. L’examen a donc continué, sans jamais laisser de place à mon expérience ou mes antécédents. Puis, sans crier gare, tout en s’approchant de moi, le gynécologue me lance « enlevez votre teeshirt ». Je m’exécute, sans trop comprendre ce qui se passe, puis sans me prévenir, sans rien ajouter, il me palpe les seins. J’ai eu l’impression de n’être qu’un corps parmi tant d’autres, alors que pour moi, il était celui qui devait prendre soin. Pas une seconde dans cette consultation, je n’ai eu la sensation qu’on attendait de moi autre chose que l’écoute attentive de celui qui sait. Pas une seconde il n’a été question de mon expérience, d’entendre ma voix ou mes émotions. « Il faudra y passer vous savez » me lance le gynécologue à la fin de la consultation, faisant allusion à l’examen gynécologique que je redoutais tant, comme s’il avait lu le stress qui me parcourait à sa simple évocation. Pourtant, pas une fois il ne m’a posé la question. Je fais à ce moment le serment muet de ne plus jamais le revoir. 

Je suis un étudiant en médecine. 

Pendant mon externat de médecine, j’ai assisté à des consultations de gynécologie d’un vieux professeur à l’hôpital public. Beaucoup venaient pour réaliser une biopsie du col de l’utérus à la suite d’un frottis anormal. La matinée était dense, et il semblait toujours pressé de vite réaliser le geste pour passer à la consultation suivante. Avant de commencer il m’explique que le geste est indolore, car cet organe n’est pas innervé. Mais les patientes défilent, matin après matin, et je perçois rapidement que toutes semblent avoir mal. Souvent légèrement et brièvement, mais une patiente souffrira nettement plus. Le médecin râle, car il a plus de mal à faire la biopsie. Elle sort en pleurs de la consultation ; lui me regarde, en me répétant que cet organe n’est pas innervé, insinuant que sa plainte ne pouvait donc être qu’une imposture. L’existence d’une plainte douloureuse est purement incompatible avec la représentation qu’il a du corps de ses patientes.

Notre colère est là. Nous, victimes[1], étudiant·es en médecine[2], practicien·nes du soin[3], dénonçons ces violences. 

En théorie, il devrait suffire d’un « j’ai mal » d’une patiente pour voir le raisonnement du médecin s’effondrer, et donc l’enquête scientifique recommencer. Mais comment manifester l’existence de ce qui ne peut pas exister ? Comment, pour une patiente isolée, remettre en cause un médecin qui pratique depuis une quarantaine d’années ? De quel côté est la science ?

Pour Isabelle Stengers : « Depuis que nos sociétés se veulent démocratiques, […] le seul argument d’autorité quant à ce qui est possible et ce qui ne l’est pas provient toujours, d’une manière ou d’une autre, de la science. »[4] Selon elle, la morale est ce qui fait communiquer le normal et le bien. La référence morale devient donc la pratique médicale comme elle a l’habitude de se faire, et celle-ci se trouve en position de légitimité. La patiente peut remettre en question les normes, mais se heurte à sa méconnaissance des autres déroulements possibles.

On peut également le voir sous l’angle de Spinoza, où la société est un vaste réseau structuré par des relations de pouvoir, entendu comme capacité d’affecter[5]. Ici, l’affect s’inscrit dans sa chair, dans son intimité ; mais il s’inscrit aussi dans l’autorité à remettre en question ses propres sensations. Il constitue une forme d’évènement dont seule la patiente est témoin, entraînant une asymétrie dans les faits qui sont donnés à penser, ainsi que dans les raisons de le faire. Il y a un désaccord profond sur la situation, donc aussi sur sa normalité, et sa moralité. Ces sensations sont elles-mêmes porteuses d’une charge épistémologique contre le médecin, qui refuse de se laisser affecter. Parce que s’il y a bien un principe éthique au cœur de l’identité symbolique du médecin, c’est celui de ne pas nuire.

Pour Georges Canguilhem, l’épistémologie médicale est fondée sur la subjectivité des patient·es[6] qu’elle est à même d’interroger. Laisser une place à cette subjectivité suppose aussi de disposer du temps et de la formation pour l’écoute. L’état actuel de la démographie médicale française, et la volonté politique amenant à contracter toute durée à son minimum, ne laissent que peu de place à la singularité de la patiente de s’exprimer. Le soin est standardisé, et ne relève plus de l’enquête mais de la technique.

Dans une enquête de Mediapart sur la pose de bandelettes sous-urétrales, ces différents manquements ont été soulignés[7]. De même que le rôle de différents échelons participant à l’institutionnalisation de ces violences. Il est flagrant dans cette affaire que la relation médecin-patiente est profondément dégradée, puisque d’une part des techniques mal évaluées sont utilisées massivement ; et d’autre part des taux de complications élevés ne poussent que tardivement à une remise en question des savoirs et de la pratique.

Ces situations sont aussi profondément sexistes. La responsabilité de l’affect est déplacée du geste à la victime, et la supposée identité qu’on lui a assignée. L’affect est aussi bien à la base de notre rapport au corps, aux autres ou à nos connaissances. C’est l’absence d’affect provoquant une révision des connaissances qu’on peut dans ce cas reprocher au médecin ; absence d’affect soulignant la fragilité de la relation.

Nous dénonçons ainsi la rupture de la relation de confiance dans toutes ces situations où un·e soignant·e rejette les signes de souffrance d’une patiente, là où il·elle devrait activement les rechercher. Le suivi de ces signes fait partie de la prise en charge, et ce d’autant plus quand ce ne sont pas des signes, mais une plainte. Nous dénonçons toute prétention à un savoir définitivement construit sur l’Autre et ce qu’il peut ou non ressentir. Nous dénonçons le biais sexiste et l’assignation à une identité de l’Autre. Nous dénonçons, de la formation à la pratique, les déterminants structurels de ces non-remises en question. Nous dénonçons enfin des tentatives de minimisation de ces problèmes par les institutions.

Nous invitons la société à écouter la parole des victimes. L’émergence du concept de « violences obstétricales » était un premier pas. De plus, des initiatives existent déjà, notamment sur les réseaux sociaux avec l’apparition de # comme #PayeTonUterus en novembre 2014, puis de #PayeTonGyneco, #PayeTonAccouchement, #ViolencesObstetricales[8]. Et des associations comme le collectif Stop aux violences obstétricales et gynécologiques[9] créé par Sonia Bisch luttent déjà de leur côté pour libérer la parole, mais nous considérons que la lutte doit continuer, pour que jamais plus la parole des victimes ne puisse être ignorée ou remise en question. 

Nous invitons les professionnel·les de santé à se rendre plus disponibles pour les patientes. Une situation qui semble normale à un professionnel peut être vécue comme une épreuve pour ces dernières. Nous pensons qu’il faut repenser la relation patiente-médecin en mettant l’accent sur la communication, en adoptant une posture qui permette d’exprimer ses émotions, ses sensations, son malaise d’un côté et d’informer, expliquer, accompagner de l’autre. De cette façon, les a priori des deux côtés s’étiolent et tous·tes y gagnent.

Nous demandons à ce que les institutions médicales agissent concrètement. En particulier au niveau de la formation des futur·es gynécologues (qui ont conscience du problème et souhaitent « mieux appréhender la dimension relationnelle de leur métier »[10]), en les formant sur l’importance du consentement des patientes et les enjeux humains de leur futur métier. Nous pensons que ces institutions gagneraient à élire des portes paroles qui pourraient se spécialiser sur les questions de violences et ainsi devenir des interlocuteur·ices privilégié·es entre patientes, étudiant·es et professionnel·les. De plus, le cadre d’exercice des médecins ne leur permet pas toujours de consacrer le temps nécessaire à leurs patientes, etfavorise une certaine automatisation des gestes et des diagnostiques, ce qui augmente les risques de violences

Nous demandons à ce que la place des émotions dans la relation patiente-médecin soit repensée. Les émotions sont au cœur de toute pratique, particulièrement en gynécologie ou la consultation touche à l’intimité des patientes[11]. Pourtant au lieu d’être mises en avant, elles ont tendance à être refoulées, tues, invisibilisées. Nous gagnerions à les mettre en lumière, et cela participerait à la production de nouvelles connaissances. Les retours des patientes permettront aux médecins de porter un regard neuf sur leur pratique et de questionner leurs connaissances.

Nous appelons chacune et chacun à faire valoir nos affects et nos vécus en tant qu’expertise. Nous pensons qu’une alliance entre patientes et professionnel·les de santé est nécessaire pour donner une place légitime à ces savoirs d’expériences. Ce afin de transformer intrinsèquement les relations patientes-médecins pour que les trames violentes cessent de se reproduire. D’autres allié·es, comme Sonia Bish, soutiennent également cette idée d’un partenariat soignant.es-soigné.es[12] dans lequel l’expertise des patientes permettrait de modifier les pratiques professionnelles.

Nous en appelons finalement aux pouvoirs des émotions en tant que levier collectif de mobilisation.

Bibliographie :

Canguilhem G., 1994, « Puissances et limites de la rationalité en médecine », Études d’histoire et de philosophie des sciences, Vrin, 7e éd., p. 408.

« Charte de la consultation en gynécologie ou en obstétrique, 2021. », Collège national des gynécologues et obstétriciens français, url : https://cngof.fr/app/uploads/2022/12/Charte-de-consultation-en-gynecologie-et-obstetrique.pdf?x13417, consulté le 15 janvier 2014.

Coq-Chodorge C., « Bandelettes contre les fuites urinaires : une mutilation des femmes en toute impunité », Mediapart, 8 janvier 2024.

Cordier S., Stromboni C., « Une charte pour la consultation en gynécologie », Le Monde, 21 octobre 2021.

Lordon F., 2013, La Société des affects : Pour un structuralisme des passions, Paris, Le Seuil.

« Quand les gynécos sont brutaux », L’Obs, url : 

https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170920.OBS4907/violences-gynecologiques-ces-7-histoires-vont-vous-mettre-en-colere.html, consulté le 15 janvier 2024.

Riverain C., 2023, « Violences obstétricales et gynécologiques : les étudiants en médecine sont-ils suffisamment formés ? », Le Journal du Dimanche, url : https://www.lejdd.fr/societe/violences-obstetricales-et-gynecologiques-les-etudiants-en-medecine-sont-ils-suffisamment-formes-136764, consulté le 15 janvier 2024.

Rozée V., Schantz C., 2021, « Les violences gynécologiques et obstétricales : construction d’une question politique et de santé publique », Santé Publique, vol. 33, no. 5, pp. 629-634.

Stengers I., 1997, Sciences et pouvoir : la démocratie face à la technocratie, Paris, La Découverte.

Stop aux violences obstétricales et gynécologiques, url :https://stop-vog.fr/, consulté le 15 janvier 2024.

« Violences médicales : des étudiants en santé dénoncent l’impunité des médecins », Radio France, url :https://www.francetvinfo.fr/sante/politique-de-sante/tribune-violences-medicales-des-etudiants-en-sante-denoncent-l-impunite-des-medecins_4884511.html, consulté le 15 janvier 2024.


[1]  « Quand les gynécos sont brutaux », L’Obs, url : 

https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170920.OBS4907/violences-gynecologiques-ces-7-histoires-vont-vous-mettre-en-colere.html, consulté le 15 janvier 2024

[2] « Violences médicales : des étudiants en santé dénoncent l’impunité des médecins », Radio France, url :https://www.francetvinfo.fr/sante/politique-de-sante/tribune-violences-medicales-des-etudiants-en-sante-denoncent-l-impunite-des-medecins_4884511.html, consulté le 15 janvier 2024.

[3] « Charte de la consultation en gynécologie ou en obstétrique, 2021. », Collège national des gynécologues et obstétriciens français, url : https://cngof.fr/app/uploads/2022/12/Charte-de-consultation-en-gynecologie-et-obstetrique.pdf?x13417, consulté le 15 janvier 2014.

[4] Stengers I., 1997, Sciences et pouvoir : la démocratie face à la technocratie, Paris, La Découverte.

[5] Lordon F., 2013, La Société des affects : Pour un structuralisme des passions, Paris, Le Seuil.

[6] Canguilhem G., 1994, « Puissances et limites de la rationalité en médecine », Études d’histoire et de philosophie des sciences, Vrin, 7e éd., p. 408. « Il faut parvenir à admettre que le malade est plus et autre qu’un terrain singulier où la maladie s’enracine, qu’il est plus et autre qu’un sujet grammatical qualifié par un attribut emprunté à la nosologie du moment. Le malade est un Sujet, capable d’expression, qui se reconnaît comme Sujet dans tout ce qu’il ne sait désigner que par des possessifs : sa douleur et la représentation qu’il s’en fait, son angoisse, ses espoirs et ses rêve »

[7] Coq-Chodorge C., « Bandelettes contre les fuites urinaires : une mutilation des femmes en toute impunité », Mediapart, 8 janvier 2024.

[8] Rozée V., Schantz C., 2021, « Les violences gynécologiques et obstétricales : construction d’une question politique et de santé publique », Santé Publique, vol. 33, no. 5, pp. 629-634.

[9] Stop aux violences obstétricales et gynécologiques, url :https://stop-vog.fr/, consulté le 15 janvier 2024.

[10] Riverain C., 2023, « Violences obstétricales et gynécologiques : les étudiants en médecine sont-ils suffisamment formés ? », Le Journal du Dimanche, url : https://www.lejdd.fr/societe/violences-obstetricales-et-gynecologiques-les-etudiants-en-medecine-sont-ils-suffisamment-formes-136764, consulté le 15 janvier 2024.

[11] « Charte de la consultation en gynécologie ou en obstétrique, 2021. », Collège national des gynécologues et obstétriciens français, url : https://cngof.fr/app/uploads/2022/12/Charte-de-consultation-en-gynecologie-et-obstetrique.pdf?x13417, consulté le 15 janvier 2014.

[12] Cordier S., Stromboni C., « Une charte pour la consultation en gynécologie », Le Monde, 21 octobre 2021.



Citer ce billet
autrice (2024, 19 février). Le pouvoir des émotions – Manifeste contre les violences gynécologiques et obstétricales. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv57

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search