Les bébés ont-ils un sens moral ?

Les bébés possèdent-ils un sens moral ? Un être humain qui est sur Terre depuis seulement quelques mois a-t-il des notions de justice et d’équité ? En d’autres termes : la morale est-elle innée ? En 2015, Jean Decety, professeur de psychologie et de psychiatrie à l’université de Chicago écrit « Le sens moral chez le bébé : neurosciences développementales ». Selon lui il n’y a pas de doute : l’être humain naît avec des prédispositions morales.

Qu’est-ce que le sens moral ? Qu’entend-t-on par « prédispositions morales » ?

Le sens moral repose sur la capacité à distinguer le bien du mal. Il inclut les notions de justice, d’équité et de droit. La morale invite donc à prendre soin des autres et dissuade de nuire. 

Les « prédispositions morales » ou « dispositions morales » comme le dit Jean Decety dans son article (Jean Decety, 2015), impliqueraient donc que l’être humain naît avec une tendance naturelle au sens moral.

Inné ou acquis ?

La fameuse question. Ne vous êtes-vous jamais demandé si certains de nos comportements humains étaient ancrés en nous dès la naissance, inscrits dans nos gènes, ou si nous les avions acquis avec l’âge ? En ce qui concerne la morale, la réponse à cette question semble évoluer dans le temps. « Jusqu’à il y a douze ans, l’opinion dominante des scientifiques et des décideurs était que les humains étaient fondamentalement ‘méchants’ » (Frans de Waal, 2012). En effet, au XIXème siècle, des biologistes tel que Thomas Henry Huxley pensaient que la moralité était une création humaine et par conséquent, absente de la nature.

Par la suite, des études sur certaines espèces proches de l’humain (primates, éléphants, etc…) ont poussé les chercheurs à admettre le caractère inné du sens moral. Les comportements de coopération et d’entraide ont « un fondement biologique » (Frans de Waal, 2012).

Les bébés naissent avec des dispositions morales

On aurait tendance à penser que parce qu’un bébé ne possède ni le langage ni la conscience de soi il ne peut pas analyser les interactions sociales. Or, un nouveau-né est sensible aux comportements positifs ou négatifs entre deux personnes. Cela va même plus loin : il exprime une préférence pour les caractères pro-sociaux. Decety nous donne un exemple : le bébé va préférer une marionnette qui donne sa balle plutôt que celle qui prend la balle de quelqu’un d’autre. Le nouveau-né possède déjà la notion de justice : il sera surpris si une marionnette bienfaisante est punie et inversement. A partir de 15 mois, il sera également surpris devant les distributions inégales, par exemple si une personne reçoit plus de gâteau qu’une autre, il a donc une notion d’équité.

Un bébé peut-il réussir à vous apaiser si vous êtes en situation de détresse émotionnelle ? La réponse est oui. Il peut en effet avoir un comportement affectueux (caresses, partage d’objets) et offrir du réconfort s’il perçoit une souffrance. L’empathie du nouveau-né n’est pas le résultat d’une « contagion émotionnelle » (expression utilisée par Jean Decety dans son article) puisqu’en effet ce sont les bébés qui montrent le moins de signes de détresse émotionnelle pour eux-mêmes qui expriment le plus ces comportements de réconfort.

La morale trouve son origine dans l’évolution

A la manière de Frans de Waal, le professeur Decety pense que la morale est innée et ne serait pas seulement le résultat de nos expériences et de notre éducation. Le jugement moral a longtemps été assimilé à un raisonnement conscient et délibéré. Ainsi, l’idée de raisonnement moral a laissé place à l’idée de conduites morales, rattachées à la théorie de l’évolution. En effet, la morale trouve son origine dans l’évolution : au fil du temps le cerveau s’est adapté pour être sensible aux stimuli extérieurs (voix, expressions du visage) dès la naissance pour ainsi être prêt à y répondre et faire face aux potentiels dangers (système de défense). Le bébé possède alors un mécanisme neuronal qui lui permet de différencier les tonalités de la voix. Par électroencéphalographie (technique permettant de mesurer l’activité électrique du cerveau), on peut par exemple percevoir une augmentation de l’activité neuronale dans certaines régions du cerveau liées au traitement affectif lorsque le bébé perçoit une voix triste.

Le rôle fondamental du cortex préfrontal ventro-médian 

Le cortex préfrontal ventro-médian est une région du cerveau primordiale pour l’acquisition et la maturation du sens moral. Une personne atteinte d’une lésion au niveau de ce cortex présentera des troubles du jugement moral et un manque d’empathie. Si la lésion est apparue avant 5 ans, les conséquences seront plus graves que si elle apparait à l’âge adulte, le patient aura d’importantes difficultés d’apprentissage des règles sociales et aura des jugements moraux très égocentrés. 

Conclusion… et consensus ?

Le bébé possède donc un sens moral et ce, grâce à l’évolution. Il est empathique et peut distinguer dès sa première année les interactions sociales positives des interactions négatives. L’environnement extérieur, l’éducation et le raisonnement cognitif ne sont donc pas nécessaires à la mise en place du sens moral. Ils viennent cependant, au fil des années, aider au développement et à l’enrichissement de ces dispositions morales innées (discernement des normes sociales etc…).

Nous venons de voir le point de vue du professeur Decety qui, selon moi, est plutôt convaincant. Mais pouvons-nous affirmer avec certitude que le sens moral est inné ? Hormis Frans de Waal, son avis est-il partagé ? A priori, de nombreux autres chercheurs/professeurs partagent cette idée. Par exemple Marine Buon (professeure assistante en psychologie développementale) qui écrit en 2022 “Les bébés, moralistes-nés ?” ou encore J. Kiley Hamlin (professeure en psychologie) en 2011 avec “How infants and toddlers react to antisocial others“. Ces deux professeures en viennent à la même conclusion que Decety : les bébés sont capables de percevoir un caractère immoral et préfèrent les comportements pro-sociaux.

 

Références

[1] Decety, J. (2015). Le sens moral chez le bébé : Neurosciences développementales. Spirale, 76(4), 35-42. https://doi.org/10.3917/spi.076.0035

[2] Inné ou acquis? – Pour la science, la morale est dans la nature. (2012, février 21). 24 heures. https://www.24heures.ch/pour-la-science-la-morale-est-dans-la-nature-397798160818 Consulté le 4 mars 2024.

[3] Buon, M. (2022, octobre). Les bébés, moralistes-nés ? cerveauetpsycho.fr; Pour la Science. https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/developpement-enfant/les-bebes-moralistes-nes-24313.php. Consulté le 4 mars 2024.

[4] Hamlin, J. K., Wynn, K., Bloom, P., & Mahajan, N. (2011). How infants and toddlers react to antisocial others. Proceedings of the National Academy of Sciences, 108(50), 19931-19936. https://doi.org/10.1073/pnas.1110306108

 



Citer ce billet
Lauryne Calascention (2024, 27 mai). Les bébés ont-ils un sens moral ? Contrepoints. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q0g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search