Que faire de nos imaginaires ?

Lutter grâce aux imaginaires : avec Alain Damasio, Li-cam, Paloma Moritz. Une table ronde organisée dans le cadre de l’émission Planète B du média Blast, un format mensuel qui discute des imaginaires et de la science-fiction. Quel rôle donner à la fiction à l’heure de la lutte anticapitaliste et environnementaliste ?

Comment me situer ? 

Cela fait deux semaines qu’on nous a demandé de choisir un document pour ce billet. Ce n’était pas une mince affaire. Je ne pouvais passer une journée sans trouver une autre idée. L’abondance des ressources réflexives est réelle. Il m’a fallu faire un choix. Un choix dont je suis plus ou moins satisfaite puisqu’il rejoint mes questionnements présents. Depuis ma rencontre virtuelle, le 7 février, avec Isabelle Stengers dans Fabriquer de l’espoir au bord du gouffre, un documentaire de Fabrizio Terranova, erre dans mon esprit ses réflexions écoféministes, anticapitalistes, anticoloniales et bien d’autres. Ce n’est pas complètement nouveau, ce qui l’est c’est la perspective adoptée qui est celle de l’imaginaire, de la fiction, de l’autre, du soi-disant impossible, de l’uchronie et de la lutte réelle. Quel souffle d’air frais! 

Tous les soirs depuis bien deux années maintenant, la même routine. La lecture du soir qui peut s’éparpiller dans la journée mais qui ne s’égare jamais dans de l’imaginaire. Mes lectures parlent du réel, du présent. Et ça, c’est fatiguant. Depuis plusieurs semaines, je comprends l’importance de la fiction qui n’est en aucun cas signe d’apolitisation. Bref, une phrase qui résonne tous les jours : se créer de nouveaux imaginaires. Un imaginaire qui n’est pas destructeur, masculin, capitaliste, hostile, dénaturé, dominateur, etc. Une liste qui pourrait faire l’objet d’un billet. Cette capacité d’abstraction doit être investie par d’autres possibles. Cette graine plantée dans mes pensées m’a surtout confronté à mon imaginaire, mon pauvre imaginaire, mon imaginaire destructeur, masculin, capitaliste, hostile, dénaturé, dominateur, etc. Il est temps de revoir nos rêves et de ne jamais plus les abandonner à ces dynamiques de détestation totale.

Le vif du sujet : quels rapports entre fiction et lutte ? 

Lutter grâce aux imaginaires. Tout est dit dans le titre. Quatre personnes pour tenter de répondre à la question : “Les imaginaires fertilisent-ils les luttes” ? Alain Damasio et Li-Cam, écrivain.es de science-fiction, Paloma Moritz, journaliste pour Blast et Hugues Robert, l’animateur de l’émission. 

La création de fictions comme “engrais naturels” aux luttes. Tout est conditionné par des imaginaires. Le technosolutionnisme l’emporte, seule la technologie nous sauvera d’où la difficulté de représenter un autre monde. Au-delà des lanceur.euses d’alerte, il nous faut des créateur.ices de fiction. Peut-être a-t-on besoin de changer les mots, remplaçons le mot sobriété par “nouvelles abondances”, lance Paloma Moritz. Donna Haraway subvertit la figure du cyborg afin de parler de la fluidité du genre en faisant appel à un imaginaire qui n’est pas celui qu’on lui prête habituellement, militaire. Dans Visite, Li-Cam imagine un monde low-tech. Sortir de nos mécanismes habituels de pensée pour aller au-delà. 

Interlude : nos rêves capitalistes

Je vous préviens, ce type de lecture (d’écoute) dérange autant que rassure. Quand on se décide à accepter que l’imaginaire, les rêves et projections sont pétries par la société (destructrice) dans laquelle on vit, on se sent perdu.e. Depuis petit.e on fait l’expérience d’un monde cadré par une connaissance humaine du réel, tout se fixe dessus. Le capitalisme colonise tout, les rêves n’y échappent pas. C’est ainsi que je me suis mise à remarquer que beaucoup de mes désirs présents et futurs étaient orientés à des fins consommatrices et ostentatoires. Et là, en rencontrant d’autres personnes, en assimilant politiquement le réel, on bloque. Nos rêves sont en adéquation avec un paradigme précis. Or, ne constatons-nous pas, chaque jour, ses failles ? Mais comment transformer nos rêves ? Lesquels fabriquer ? On se sent enfermé.e. C’est ici que semble intervenir la fiction. Elle nous console, nous dit qu’autre chose est possible, que peut-être nous ne sommes pas condamné.es à ce monde réel et imaginé mais, avant tout, destructeur, masculin, capitaliste, hostile, dénaturé, dominateur, etc.

La littérature fictionnelle : espoir ou désespoir ? Utopie ou dystopie ? 

Dystopie ou utopie ? Pour Alain Damasio, la dystopie crédible d’hier ne l’est déjà plus, elle est dans le camp du réel, de l’angoisse. Le récit alarmant de la dystopie n’est plus réservé aux auteur.es de science-fiction, les médias s’en occupent fièrement. Je ne développerai pas l’exemple évident des chaînes d’information en continu. Les utopies alternatives forment un possible dans lequel s’installer. Damasio n’est plus dans la seule dystopie, l’écriture d’une fiction dystopique doit proposer des possibilités de lutte, de l’utopie. Le facteur dystopique, dit-il, intervient dans l’histoire pour mettre en avant la lutte de ses personnages dans le système. Davantage nécessaire, rendre attrayant cette résistance. Paloma Moritz apporte une nuance à son propos : la prise de conscience d’un désastre présent et surtout à venir gagne du terrain, or, cela est loin d’être suffisant. Les preuves sont abondantes et se situent dans les politiques des gouvernements. En excluant les climatosceptiques, nous savons de manière (très) générale les risques et dégâts présents et futurs. Or, arrive-t-on vraiment à nous les représenter ? La fiction nous prépare. Nous ne pouvons pas échapper à l’augmentation des températures. Pour Li-Cam, une utopie ça se travaille, en lisant les rapports du GIEC, par exemple. La dystopie, trop anxiogène, n’est pas une option pour elle. Il faut changer de paradigme, en trouver un nouveau pour construire son récit : il faut une nouvelle grammaire sans tout déconstruire non plus, afin de garder nos repères. Construire de nouveaux univers et décaler notre regard. Il ne faut pas oublier la fonction cathartique de la fiction, nous rappelle Alain Damasio. 

Que dire pour conclure ? 

On ne peut jamais conclure sur l’imaginaire, c’est vaste, quasiment infini. Comment conclure sur une perspective future, une volonté de changer ? Ne concluons pas. Disons simplement que la fiction et l’art doivent être investis par nos idées critiques, nos pas de côté et notre envie de changer et de rompre avec un ordre établi qui nous démange. Croire en l’alternative mais, plus important encore, vivre dans l’alternative pour qu’elle n’en soit plus une. 

 

Bibliographie : 

Blast. (2024). Lutter grâce aux imaginaires : avec Alain Damasio, Li-cam, Paloma Moritz. [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=b3l9vGh5AL4

Terranova, F. (Réalisateur). (2023). Fabriquer de l’espoir au bord du gouffre. [Film]. Wrong Men Production. 

Pour aller plus loin : 

Anderson, B. (1983). Imagined communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism

Bareau, A. (2023). Pablo et Barrau sont dans un bateau … : la technologie nous sauvera-t-elle ? [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=Ry2129LhNf0&t=2999s 

Blast. (2023). L’imaginaire capitaliste est devenu ringard, il se fissure de partout. [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=Y8SpcxR6FjQ

Larue, ï. (2018). Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe. Éditions Cambourakis. Le Guin, K. U. (1969). The Left Hand of Darkness. Ace Books.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Morgane Gourmelon (29 avril 2024). Que faire de nos imaginaires ? Contrepoints. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/zeni


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search