Les sciences participatives et citoyennes, sciences de demain ou utopie ?

Nous voyons aujourd’hui l’émergence de pratiques scientifiques alternatives aux pratiques actuelles dominantes, notamment  les sciences Citoyennes et participatives. Que sont-elles ? peuvent-elles surmonter le manque de confiance auquel font face les sciences aujourd’hui ? de quelle manière ?

Introduction :

 

En ce XXIème siècle, il existe une crise de confiance entre la population et les sciences concernant la capacité des sciences à résoudre les problèmes qu’elles posent. En effet, on peut remarquer qu’un grand nombre de crises actuelles, comme les inégalités socio-économiques, les problèmes de santé et les épidémies récurrentes dans certaines régions n’ont toujours pas été résolus par les sciences. De plus, certains problèmes ont été favorisés par les développements des sciences et des technologies, comme le changement climatique. L’autorité scientifique, fondée sur le progrès scientifique qui permettrait à terme d’augmenter le bien-être général de la société, se trouve alors fragilisée (Stengers-Bensaude, 2003). Les sciences n’ont plus ainsi la légitimité suffisante pour résoudre elles-mêmes les problèmes qu’elles posent. Un tournant se produit alors, avec l’émergence de concepts comme « sciences Citoyennes », « sciences participatives », où l’enjeu est de faire participer davantage le public aux sciences, qui n’est plus considéré comme une masse passive se contentant de se conformer aux sciences.

Pour mieux comprendre ces concepts, je parlerai du festival Parti-Sciences, qui est un festival centré sur les sciences participatives, et qui s’est déroulé du 6 au 12 octobre 2023 à Strasbourg. En effet, lors de ce festival j’ai pu écouter et interagir avec différents acteur·ice·s promouvant les sciences participatives. Je me concentrerai en particulier sur les associations Sciences Citoyennes et Planète mer, car elles m’ont personnellement beaucoup inspiré sur la façon dont les sciences pourraient fonctionner autrement que les pratiques scientifiques dominantes actuelles.

 

Conception des sciences participatives au sein du programme BioLit : 

 

Lors du festival Parti-Sciences, Marine Jacquin et Florian Charvolin de l’association Planète Mer animaient un stand où iels présentaient la biodiversité du littoral et ses enjeux ainsi que le programme BioLit, avec différentes images d’espèces constituant la biodiversité du littoral, comme on peut le voir dans l’image ci-dessous :

(photo prise par Sophie Bötcher lors du festival Parti-Sciences)

BioLit est un programme national des sciences participatives, créé par l’association Planète mer, et dont l’objectif est de préserver la biodiversité du littoral. Il est né de la préoccupation de mieux comprendre l’impact des activités anthropiques sur l’évolution des habitats et des espèces vivantes du littoral. Pour parvenir à cet objectif, BioLit fait participer les citoyen·ne·s dans la collecte de données, que ce soit dans la prise de photos ou l’identification d’espèces, qui sont ensuite analysées par des chercheur·euse·s spécialisé·e·s. Ainsi au sein de l’association BioLit, les sciences participatives sont conçues comme une participation des citoyen·ne·s dans la collecte de données.

 

Conception des sciences participatives au sein de l’association Sciences Citoyennes : 

 

Au cours du festival était également présent Cyril Fiorini, un membre de l’association Sciences Citoyennes, qui animait un stand parlant de cette association, et qui a également présenté une conférence intitulée « Relever la démocratie par les pratiques de recherche participative ». L’association Sciences Citoyennes est née d’une charte rédigée en 2002, elle promeut l’idée « qu’une science pour tous doit se construire avec tous » et a donc pour objectif principal la réappropriation démocratique et citoyenne des sciences (L’association, s. d.). Elle prône notamment de meilleures capacités de recherche pour les acteur·ice·s citoyen·ne·s, une plus grande liberté d’expression dans le monde scientifique, et défend l’élaboration démocratique des choix scientifiques et techniques. Dans sa conférence, Cyril Fiorini définit les sciences participatives comme une véritable démarche de co-production de savoirs, avec une collaboration dans toutes les étapes de recherche entre les scientifiques et les acteur·ice·s du tiers-secteur scientifique (lieu où les savoirs sont produits en dehors de la recherche publique et industrielle). Pour Sciences Citoyennes, cette collaboration doit se fonder sur une égale considération des savoirs produits par le tiers-secteur scientifique et les chercheur·euse·s, et dans une symétrie de pouvoirs, avec des recherches qui sont dans l’intérêt des chercheur·euse·s mais aussi des acteur·ice·s du tiers-secteur scientifique (Turcati, 2021).

 

Quelle qualité des travaux effectués ?

 

A ce stade, nous pouvons nous demander si la participation de personnes peu expérimentées dans les domaines de la recherche scientifique est souhaitable, et comment est évaluée la qualité du travail effectué.

Au cours du festival, Marine Jacquin et Florian Charvolin ont indiqué dans une conférence intitulée « 10 ans du programme de sciences participatives BioLit », que la mission BioLit intitulée « Algues brunes et bigorneaux », qui vise à établir une meilleure compréhension de l’évolution des algues et des coquillages marins, et qui a fait participer les citoyen·ne·s dans la collecte de données, a été validée scientifiquement en 2014. En effet, les analyses du programme BioLit ont montré les mêmes résultats qu’une autre étude basée sur des observations faites uniquement par des chercheur·euse·s. D’autre part, BioLit attache une importance particulière à la sociologie, qui permet de donner une approche réflexive et critique sur ses méthodes de production de savoirs, et garantit ainsi la qualité des recherches de Planète mer. Ainsi, Florian Charvolin, qui est sociologue de l’environnement, a mené une étude sociologique pour mieux comprendre la contribution effective des participant·e·s au programme BioLit lors de protocoles d’identification taxonomique en plein air, en réalisant un film sur la réalisation in situ des protocoles d’identification (Charvolin, 2021).

De même, Cyril Fiorini a indiqué dans sa conférence que l’association Sciences Citoyennes s’est intéressée dès 2013 aux pistes pour l’évaluation des projets de sciences participatives. En 2018, elle a créé le dispositif CO3 co-construction des connaissances, qui est un réseau de recherches participatives, et cinq critères d’évaluation de projets ont été définis dans le cadre de ce dispositif. Ces critères donnent une place primordiale à la qualité et la fiabilité des recherches participatives.

 

Pour conclure : 

 

En conclusion, avec l’émergence des mobilisations et initiatives citoyennes de recherches participatives, dont la qualité est dans certains cas comparables à celle des recherches publiques ou industrielles, une nouvelle relation entre les sciences et la société devient possible. Elle pourrait mettre un terme aux tensions entre les savoirs non scientifiques d’une part, jugés comme irrationnels, et les sciences de l’autre. Dans un contexte de crise écologique et de défiance envers les pratiques scientifiques, aggravé par les acteurs techno-industriels, il devient nécessaire de privilégier cette approche.

 

Références :

 

Charvolin, F., “L’importance des cadrages dans l’apprentissage de la connaissance des espèces en sortie de science participative“, ¿ Interrogations ? Revue pluridisciplinaire de sciences humaines et
sociales, vol. 32, pp. 1, 2021.

L’association | Sciences Citoyennes”. En ligne : https://sciencescitoyennes.org/l_association/. Consulté le : 27 octobre 2023.

Stengers, I., Bensaude, B., 100 mots pour commencer à penser les sciences, Les empêcheurs de penser en rond, 2003, pp. 296-299.

Turcati, L., “L’évaluation des sciences et recherches participatives”, Science ensemble, 2021, pp. 4-6. En ligne :https://www.science-ensemble.org/upload/attachment/61e94919a20fc911531728.pdf. Consulté le : 3 juin 2024.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marcial Goury (23 juin 2024). Les sciences participatives et citoyennes, sciences de demain ou utopie ? Contrepoints. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vi6


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search