Obésité : histoire sociale et médicale d’un phénomène clivant

L’obésité, un phénomène moderne ? Pas vraiment, quand on sait que les premières représentations de celle-ci, des Vénus symboles de fécondité, datent du Paléolithique. Mais, à partir de quand l’obésité a-t-elle été considérée comme une maladie, et non plus comme une bénédiction ?

Photo de la Vénus Willendorf, symbole de fécondité
Vénus de Willendorf, datant du Paléolithique supérieur, conservée au Musée d’histoire naturelle de Vienne en Autriche

Nous chercherons dans cet article à comprendre si l’évolution de l’image des personnes en fort surpoids a évolué conjointement avec le point de vue médical à ce sujet, ou si histoire culturelle et histoire médicale de l’obésité sont à différencier. Nous allons pour cela aborder l’histoire de la perception du corps dès le Moyen Âge, et croiser cela avec l’histoire médicale de l’obésité.

Le glouton médiéval

Nous allons commencer notre voyage à travers l’histoire de l’obésité au Moyen Âge. On distingue à l’époque deux types de gros. D’un côté on retrouve la graisse associée à la richesse, à l’abondance et au pouvoir, qui se place en opposition avec la famine. Mais d’un autre côté, déjà au Moyen Âge, le très gros, inquiète. Lorsque l’excès de poids a des conséquences sur la mobilité notamment, il est perçu par la société comme un signe de faiblesse. Néanmoins la grosseur reste une marque de prestige, rares et extrêmes sont les cas où le gros est dénigré. De la même manière, les médecins ne s’inquiètent du surpoids que lorsque celui-ci empêche de se mouvoir correctement. Pour tout de même traiter ce genre de cas extrêmes, des régimes de santé personnalisés sont proposés par les médecins.

Changement de vision à la Renaissance

Avec la Renaissance, la perception sociale du gros tend à changer. Ils sont d’avantage stigmatisés et les clichés qu’on connait aujourd’hui, comme la lourdeur ou la fainéantise, apparaissent alors. Néanmoins, la maigreur effraye toujours, puisqu’elle rappelle la famine et la maladie. Malgré des connaissances médicales faibles à ce sujet, les médecins sont de plus en plus alarmants quant à l’excès de grosseur et les observations de cas d’obésité forte les intéressent de plus en plus. Pour prouver la nature néfaste de l’accumulation de graisse, les médecins prennent pour exemple des cas d’une extrême gravité, à l’image Pomponius qui avait besoin d’une brouette pour soutenir son ventre. Cela leur permet de mettre en garde contre ce mal. Les traitements pour traiter le fort embonpoint se font de plus en plus fréquents, notamment le port de corsets et les régimes. C’est en 1620 qu’on trouve pour la première la mention d’obésité dans un traité médical, sous la plume de Tobias Venner.

Le début de la mesure avec les Lumières

Au XVIIIe siècle, l’obésité est de plus en plus mal perçue par la société. Mais comme notifié précédemment, des différences de tolérance existent. Celle en lien avec la catégorie sociale permet de faire accepter un certain embonpoint bourgeois. Mais une nouvelle distinction apparait : l’obésité féminine est intolérable. C’est avec les Lumières que l’étude de la grosseur va se quantifier et intégrer la mesure. Les instruments de pesée, notamment la balance, deviennent doucement monnaie courante pour surveiller sa santé. Désireux de mieux comprendre la répartition de la graisse, des autopsies sont aussi réalisées, ce qui permet de renforcer les connaissances médicales encore faibles à l’époque. Les médecins proposent de plus en plus de traitements pour lutter contre l’obésité, comme des diètes, des bains froids ou encore chauds, des frictions… Les travaux menés par Lavoisier, au cours de sa révolution chimique notamment, ont leur importance dans l’élaboration de soins spécifiques, puisqu’ils permettent de comprendre mieux les avantages et défauts de différents aliments et modes de vie.

Le XIXe siècle et les statistiques

Les différences de tolérance entre le surpoids féminin et masculin sont de plus en plus marquées. Avec l’utilisation courante de balances et autres instruments de mesure, c’est le poids qui définit la grosseur. On voit apparaitre progressivement au XIXe, une tendance à la minceur. Celle-ci serait entrainée par de nombreux changements sociaux en vigueur à cette époque, notamment le développement des loisirs et voyages. Du côté médical, on trouve une mathématisation grandissante, notamment en raison du développement des outils statistiques. Une nouvelle discipline apparait : l’anthropométrie. L’obésité n’est plus seulement étudiée à travers l’observation de l’apparence d’une personne et de l’inconfort que celle-ci peut ressentir, mais avec des outils qui permettent de la quantifier.  

Vers une course à la minceur au XXe siècle

On trouve une nouveauté au XXe siècle quant à la perception du corps : on recherche ce que pourrait être le poids idéal. De nombreuses façon de tenter de le définir sont mises au point comme des courbes représentant le poids en fonction de la taille par exemple. Mais un autre outil tout à fait remarquable fait son apparition. Il s’agit de l’IMC, ou indice de masse corporelle. Encore très utilisé aujourd’hui, de nombreux professionnels de santé s’en servent afin de vérifier la normalité du poids de leurs patients. L’usage de l’IMC fait pourtant débat dès la fin des années 1980, puisqu’il ne prend pas en compte la répartition adipeuse. De nombreuses études se penchent sur l’origine physiologique et non plus environnementale de l’obésité, permettant de nouvelles prises en charge plus adaptées. D’un point de vu sociétal, la course à la minceur s’accélère dangereusement au cours du XXe siècle. L’attention portée à l’image physique est de plus en plus marquée et entraine le développement de pathologie liées à la restriction alimentaire notamment.

Conclusion

On comprend à travers ce récit de l’histoire de l’obésité que durant bien des siècles, les connaissances médicales ne permettaient pas une compréhension correcte de cette maladie. Attribuée pendant longtemps aux paresseux et à la bourgeoisie, l’obésité n’était observée que d’un point de vu morphologique. C’est avec le développement d’outils statistiques que la science fut amenée à progresser dans sa compréhension la grosseur. Mais de pair avec ce développement de la mesure, on trouve un phénomène sociétal nouveau : une volonté de se diriger vers la minceur. On voit apparaitre un détachement entre une science consciente des différentes raisons physiologique pouvant être à l’origine de l’obésité, et une perception du corps de plus en plus critique envers le surpoids. La médecine ne pouvant plus être seule mise en cause dans une quête de minceur toujours plus importante, on peut légitimement se demander ce qui influe les attitudes grossophobes qui touchent, encore aujourd’hui, une grande partie de la population mondiale.

Références bibliographiques

Jean-Pierre Poirier, « Lavoisier précurseur de Claude Bernard », Histoire des sciences médicales, 30, 1, 1996, 19-28. En ligne : https://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1996x030x001/HSMx1996x030x001x0019.pdf. Consulté le 05/04/2021.

Jean-Louis Schlienger, « Du gras prestigieux au gras honteux : histoire médicale de l’obésité », Médecine des maladies Métaboliques, 9, 6, 2015, 625-631.

Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité, du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, Seuil, 2010.

Crédits photographiques

La Venus de Willendorf coruñesa par ComuniCosmos, licence BY-NC-ND 2.0


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 05/07/2021

    […] faire suite à l’article « Obésité : histoire sociale et médicale d’un phénomène clivant » nous allons cette fois nous intéresser aux représentations actuelles de l’obésité, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search