La cartographie : entre outil et témoin

Au cours du temps, des améliorations sont effectuées sur les cartes pour perfectionner mais surtout afin d’ajouter des précisions. La carte est plus qu’un simple outil, mais elle est un témoin d’une histoire politique, de l’humanité, mais également d’une histoire naturelle. Les humains changent l’histoire, mais la Terre change également. La carte est un reflet, une représentation d’une planète, mais également de son évolution. C’est un outil que l’humain utilise à différents usages selon le temps, mais reste témoin de ce qu’il fait de la terre qu’il foule.

 

Qu’est-ce qu’une carte ?

Tout d’abord, l’étude des cartes géologiques et géographiques se nomme la cartographie. C’est une science qui décrit et représente le monde.

Une carte est un outil visuel qui transmet un savoir. Ce savoir est un plan d’un territoire, d’un lieu ou du monde qui permet de s’orienter, se repérer. Pour cela, une carte doit être précise et compréhensible. Elle comprend donc des codes visuels, comme des couleurs, des lignes qui sont les mêmes pour chaque carte.

La cartographie est liée à d’autres disciplines comme à la politique, la géopolitique, les religions, l’histoire naturelle et liée à la découverte.

Dans l’imaginaire commun, ou seulement le mien, une carte est faite par un explorateur ou une exploratrice qui transmet le visuel qu’il découvre. La carte est le reflet d’une terre. Puis, au fil du temps, c’est devenu une discipline, plus règlementé, universel et faite par des expert-e-s. On n’a plus de terre à découvrir, seulement la précision et des changements du temps. Mais qu’en est-il vraiment ?

 

Qui fait les cartes et comment sont-elles faites ?

Durant l’Antiquité, les cartes se faisaient par des témoignages. Ptolémée, notamment, transposé les dire en carte. Ce dernier était un savant grec, astronome, mathématicien, géographe et astrologue.

Carte portulan de Benedetto Bordone, issus de Parker & Ruderman, 2020, pp 13.

Par la suite, jusqu’au Moyen-Âge, les cartes se sont précisées. La discipline s’est associée aux statistiques. Elle a pu se développer avec le début des grandes expéditions. De plus, des experts ont pris en charge la cartographie, sous la coupe d’autorités (l’Eglise notamment). Ces cartographes n’étaient pas seulement spécialistes des cartes, mais également astronomes, mathématiciens, certains dessinateurs, etc. Les cartes sont plus précises, plus véridiques, mais restent encore grossières. Par exemple, on peut voir cela avec les cartes Portulans.

Durant la Renaissance, la discipline va encore progresser. La méthodologie va entrer en compte pour concevoir des normes et que toutes les cartes regroupent les mêmes codes. Normalement sur des données, les cadres, la représentation. En plus des statistiques, les mathématiques s’ajoutent pour la précision. En France, Jean Picard, un cartographe, est le premier à utiliser et développer les mesures astronomiques. Comme nous le voyons sur cette carte :

Au début du XXe siècle, les appareils d’aviation permettent d’obtenir des données et des vues depuis le ciel. La seconde partie du XXe siècle amène la conquête spatiale et donc, les données satellites qui se rajoutent aux précédentes méthodes.

De nos jours, à l’ère du numérique, la cartographie est partout sur Internet, sur les GPS, et toujours avec nous sur les téléphones. Les données sont actualisées régulièrement. Les cartes sont encore plus précises avec de nombreuses données et vues. Nous avons certes la carte géographique, mais aussi des vues satellites, des vues avec les reliefs et des vues depuis les routes, comme si nous y étions.

Cependant, l’utilisation de la carte sur support papier reste toujours présente. Elle est diminuée, mais nous avons certainement dans notre entourage des personnes gardant des cartes papiers ou des guides Routard.

 

Les cartes comme témoin

https://www.legendes-cartographie.com/nos-cartes/atlas

Comme nous avons pu le voir précédemment, les cartes sont témoin d’un savoir-faire. Elle devient universelle par les codes qu’elle utilise. Nous sommes capables de distinguer de l’eau, de la terre et des routes. Pour cela elle utilise des couleurs, mais également des lignes, des dessins. De plus, elle désigne par une légende intégrée sur la carte, les lieux qu’elle désigne. Par exemple les océans, les villes, les pays, etc.

Le savoir-faire passe également sur la manière de faire. On est passé de la représentation manuelle au numérique. Les cartes ont donc eu différents supports, comme le papier, le parchemin, la pierre, le métal, et plus récemment l’informatique.

La carte est également témoin des environnements.

(Islandia, dans Abraham Ortelius, Le théâtre du monde, Anvers, 1595)

La carte représente tout ce que l’on peut voir et rencontrer. On y voit des paysages avec les mers, les fleuves, les forêts, les villes, les montagnes.

La cartographie est également présente sous les flots. Il existe des cartographies des fonds des océans, des fleuves, des eaux au sens large.

Parfois, les cartes représentent également les espèces animales, comme certaines cartes de la Renaissance qui contenaient des monstres marins dans les océans.

La carte permet également de représenter des époques avec une évolution de l’environnement. Des cartes de la Pangée, avant la séparation en continent, ont pu être représentées. Comme nous en avons de plusieurs époques. Cela permet de comparer les territoires, mais également l’environnement, les forêts, l’extension des villes, des activités humaines et la réduction de la nature. Également, avec le niveau de l’eau qui augmente et la fonte des glaces, des îles disparaissent sous les eaux. A l’avenir, il est possible que le paysage change et que nos cartes le reflètent.

La carte est témoin des cultures.

Carte portulans de la méditerranée de Joan Riczo Oliva, Naples, 1586, issus de Parker & Ruderman, 2020, pp 20

Chaque partie du monde, pays, peuple, à sa culture. La culture peut être retransmise dans les cartes. D’abord, par le langage. Les cartes adoptent la langue du peuple qui la produit.

Également, des religions peuvent être reflétées sur les cartes. Des lieux de cultes peuvent être indiqués. Mais également, dans le christianisme, la place du paradis pouvait être indiquée. La représentation du monde n’était pas la même autrefois. En Occident, la place de la religion était plus présente dans la société. L’autorité était religieuse. La représentation du monde était le reflet de la Genèse, donc le paradis était sur Terre, et avec une représentation en haut, comme dominant le monde. En plus de transmettre un savoir, de se repérer, la carte est un bon moyen de mémoriser, lorsque les personnes ne savent pas lire.

 

De nos jours, la représentation de la Terre est universelle et acquise. Cependant, le planisphère est centré selon la position dans le monde.

Planisphère centré sur les Amériques  / Planisphère centré sur l’Océanie

         

La carte est également témoin de géopolitique.

Une carte permet de tracer des frontières entre les Etats. Mais elle permet aussi de témoigner des guerres de territoire. Que ce soit dans le temps, les cartes représentant les territoires des empires, où durant la guerre, par exemple avec l’Alsace en France et en Allemagne. Mais cela est encore d’actualité. Certaines frontières sont encore disputées et cela est visible sur Maps.

 

Bibliographie :

Béguin, M., Pumain, D. (2017). La représentation des données géographiques : Statistique et cartographie. Armand Colin. https://doi-org.scd-rproxy.u-strasbg.fr/10.3917/arco.eguin.2017.01

« Cartographie : comment représenter le monde », programme Le dessous des cartes, Chaine Arte, 6 novembre 2021. https://www.youtube.com/watch?v=WJUMOyreOAM&ab_channel=LeDessousdesCartes-ARTE

Collectif. (1985). « Cartographies », numéro préparé par Bernard Beugnot et Françoise Siguret, Études françaises, volume 21, numéro 2. (lire en ligne)

Lambert, N., Zanin, C. (2016). Manuel de cartographie : Principes, méthodes, applications. Armand Colin. https://doi-org.scd-rproxy.u-strasbg.fr/10.3917/arco.mbert.2016.01

Mille J., Fermon P. (2017). « Une carte portulan récemment découverte. Peut-être une des plus anciennes conservées ? La carte d’Avignon », dans The Brussels Map Circle. (lire en ligne)

Netchine, È. (2023). Monstres marins : Plongée dans les abysses. BnF éditions.

Pantin, I. & Péoux, G. (2013). Mise en forme des savoirs à la Renaissance : À la croisée des idées, des techniques et des publics. Armand Colin.

Parker, K., & Ruderman, B. L. (2020). Cartes des mers : Du Moyen âge au XIXe siècle. Heredium.

 



Citer ce billet
Mélanie Nivet (2024, 3 juin). La cartographie : entre outil et témoin. Contrepoints. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rnz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search