Et si on s’autorisait à penser le nazisme ?

Rares sont les objets historiques aussi étudiés que la nazisme, pour autant on continue d’écrire à ce sujet mais souvent en mettant le nazisme au loin, on le voit souvent comme un événement révolu qui n’aurait pas de lieu avec nos sociétés modernes Est-ce vraiment le cas ? Cette distinction/mise à distance a-t-elle du sens ? Mais surtout ne nous prive- t-elle pas d’une réelle compréhension du phénomène ?

La question que je pose ici peut paraître bête, voire absurde, des ouvrages qui traitent du nazisme on en trouve plein, on ne trouve pas une librairie sans des ouvrages, si ce n’est une section dédiée à ce sujet. Et du côté universitaire c’est de même, les travaux, qu’ils soit de l’histoire soit de la philosophie ne manquent pas.

Alors pourquoi poser cette question ?

Un élément commun à la plupart de ses travaux est justement cette mise à distance définie auparavant. On décrit le nazisme, le régime comme le parti, dans sa petite bulle, qui agit sur le monde par ses invasions et ses massacres mais qui n’en partage rien. Ainsi le nazisme est conçu comme extérieur au monde, extérieur à notre réalité, et distinct des autres sociétés occidentales. Un mal s’est pris de l’Allemagne pendant 12 ans et il n’en reste par la suite que des miettes, la plaie de sa présence dans l’histoire a été cautérisée et nous n’avons plus à nous en soucier.

Pour mieux imager ce propos et ne pas rester dans des considérations théoriques nous allons nous reposer sur une des disciplines où ce phénomène est le plus marqué, mais aussi le plus étudié : l’histoire. Plus précisément à travers l’ouvrage “Fascisme, nazisme et régimes autoritaires et Europe (1918-1945)” de Johann Chapoutot.

L’histoire que propose Johann Chapoutot n’est pas une histoire des grands hommes, ni une histoire grandiloquente sur des grands événements historiques, elle se centre sur ceux qui ont vécu cette période, comment ils ont pensé leur propre temps, quels récits eux-mêmes produisaient de leur époque.

Un récit du progrès qui ne sait pas s’accommoder du nazisme

L’effondrement du Bloc de l’Est dans les années 90 a laissé la place à un discours historique hégémonique. 

Un discours selon lequel depuis la Révolution française, et de manière plus générale depuis la philosophie des Lumières, les sociétés progressent vers un idéal. Un idéal de la société démocratique où, selon les mots de la déclaration universelle des Droits de l’Homme : “Tous les hommes naissent libres et égaux”. Ceci est inéluctable et l’effondrement du bloc de l’Est vient renforcer ce fait, l’histoire va dans ce sens, et si, par moment, ce progrès est chamboulé, il revient toujours sur ses rails.

C’est par ces perturbations que cette conception est remise en question. Cela revient à considérer ces périodes uniquement comme des parenthèses, à les exclure de la construction d’un récit historique. Celles-ci sont considérées comme des mises à l’épreuve du progrès desquels celui-ci ressort gagnant, refusant donc de voir la complexité de ces “retours en arrière”.

Quelle importance d’intégrer le nazisme dans notre récit historique ? Pourquoi s’embêter à l’approcher autrement ?

Dans cet ouvrage, Chapoutot fait une histoire plus générale du développement des régimes autoritaires en Europe : Allemagne et Italie bien sûr, mais également Portugal, Espagne, France et Autriche. 

Cette approche ne se réduit pas à une simple comparaison mais permet de mettre en évidence une chose : l’émergence de ces divers régimes est le résultat précisément de dynamiques communes à l’occident. L’antisémitisme n’est pas le propre de l’Allemagne nazie, le nationalisme, le racisme, l’impérialisme, le capitalisme… aucun n’est un propre de l’Allemagne. Dans le cas allemands ceux-ci vont se combiner pour former le nazisme mais rien de tout celà n’est spécifique à lui.

Voir ainsi le nazisme ainsi permet d’éviter ce problème important, il n’est pas une parenthèse, les allemands n’ont pas été pris d’une folie passagère, sortie uniquement d’une instabilité qui aurait fait ressortir ces démons. Cette analyse inscrit dans son époque, et permet de faire le lien à la fois avec l’ensemble de la modernité occidentale, mais également avec notre présent qui n’en est plus séparé, le nazisme devient aussi notre histoire . Pour reprendre une maxime souvent utilisée par Johann Chapoutot lors de ses conférences : “le nazisme est de notre temps et de notre lieu”. 

Accepter de voir le passé pour ce qu’il est et ne pas se faire d’illusion

Sur beaucoup de points, le nazisme ne tranche pas radicalement avec la société qui l’a précédée, ni celle qui le suivra. Ces maux qu’on aimerait mettre au loin, cette mémoire peut valorisante pour nous et que nos aïeux n’ont pas tenu à nous transmettre est aussi la nôtre.

Refuser de voir celà empêche une réelle compréhension de ce que fut ce phénomène, des influences qui l’ont créée et celle qu’il va avoir dans d’autres pays.. 

Refuser de voir cela, conduit à produire chez nous une vision idéalisée de la société passé de nos pays, que celà aurait pu être notre cas également.

Refuser de voir cela, c’est croire que ces dynamiques qui ont emporté de nombreux pays d’Europe ne sont pas encore en œuvre aujourd’hui et donc refuser de prendre du recul sur les politiques en place dans nos pays.

Présentée ainsi, la question ne semble pas tant relever du débat scientifique, plutôt de la politique ou de la philosophie.

Mais, comme je l’avais exposé auparavant, cette conception qui sépare le nazisme de la modernité est aussi extrêmement présente dans la recherche. Ainsi, les travaux de Johann Chapoutot qui portent cet approche sont précisément critiqués pour cette raison, ainsi son ouvrage Libres d’obéir : le management du nazisme à aujourd’hui a fait polémique, y compris au sein des universités pour le fait d’avoir osé faire un lien entre le nazisme et les sociétés actuelles, avoir affirmé que le nazisme ne relève pas d’un autre lointain, que le récit de la modernité progressiste ne tient pas.

Les ouvrages cités :

  • Chapoutot, Johann. Fascisme, nazisme et régimes autoritaires en Europe – 1918-1945. Presses Universitaires de France, 2013
  • Chapoutot, Johann. Libres d’obéir. Le management, du nazisme à aujourd’hui. Gallimard, 2020


Citer ce billet
corentinliraud (2024, 30 mai). Et si on s’autorisait à penser le nazisme ? Contrepoints. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qz9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search