La prospective: une issue capitale pour la lutte contre le réchauffement climatique.

La science-fiction, par ses projections dans le futur, permet souvent de nous mettre en garde face aux nouvelles ou futures technologies, dévoilant souvent de nombreux soucis éthiques. Cependant elle garde une dimension fictive et irréelle. Mais face aux grands enjeux du réchauffement climatique, les scientifiques sont récemment contraints de ne plus s’appuyer seulement sur leurs savoirs mais d’user d’une plume d’écrivains et de leur imagination pour tenter de se projeter vers l’avenir.

Ce billet est un début d'exploration du sujet des enjeux de l'ingénierie climatique Je remercie d'ailleurs Matthias Dörries qui dirige l'unité d'enseignement "Atmospheric science" dans le Master 1 "Sciences et société" de l'université de Strasbourg. Grâce à lui, j'ai découvert l'importance des liens entre STS et protection de l'environnement et je tiens à les mettre en avant dans ce billet.

Il est difficile de concevoir que notre imagination puisse sauver la planète. Et pourtant dans le cas de l’application de la géo-ingénierie pour diminuer le réchauffement climatique, de nombreux scientifiques ont dû se tourner vers l’élaborations de scénarios possibles afin de tirer la sonnette d’alarme et de faire ouvrir les yeux des gouvernements du monde entier sur la situation d’urgence environnemental.

Géo ingéné…Quoi ?

La définition de la Géo-ingénierie donné en 2009 par la Royal society est la suivante « Delibarate large-scale manipulation of the planetary environment »[1]. Le principe est d’utiliser la technologie afin de modifier notre environnement (Terre, climat…).  La géo-ingénierie a surtout émergé lors de la guerre froide où la naissance des nouvelles technologies pouvait apporter un pouvoir conséquent aux nations. Au départ la géo-ingénierie était vue comme une arme dans ce contexte de guerre, les gouvernements s’imaginaient déjà créer des tornades ou des pluies acides dans les pays ennemis. Il passa donc un certain temps avant que les politiques et les scientifiques ne se repenchent sur la géo-ingénierie car le contexte de Guerre Froide en a fait, durant une certaine période, un sujet tabou qui inspirait plus un outil pouvant amener à la fin de l’humanité qu’un outil de solution pour l’environnement.

Après la transition écologique caractéristique des années 70[2], c’est le chimiste Paul Crutzen qui mit principalement en avant la géo-ingénierie comme solution pour diminuer le réchauffement climatique[3]. En 2000, il publie[4] une de ses idées capitales : l’Anthropocène. Cela correspondrait à l’ère géologique dans laquelle nous nous trouvons, une ère qui est caractérisée par la modification massive de la Terre par l’homme. Nous pouvons l’illustrer avec cette citation de H. Bushnell :

« Not all the winds, and storms, and earthquakes, and seas, and seasons of the world, have done so much to revolutionize the world as he [man], the power of an endless life, has done since the day he came forth upon it, and received, as he is most truly declared to have done, dominion over it. »[5]

Horace Bushnell, 1860

C’est avec ce concept d’Anthropocène qu’a pu émerger l’idée de la géo-ingénierie. En 2000, Crutzen tire déjà la sonnette d’alarme en disant que l’effort pour la diminution d’émission de CO2 ne sera pas suffisant pour avoir un impact sur le réchauffement climatique. Pour Crutzen, même si c’est encore une intervention de l’homme sur la planète, il faut se pencher sur la géo-ingénierie pour faire des modifications sur le climat afin de diminuer progressivement le réchauffement de l’atmosphère. Les techniques qui sont envisagées sont par exemples des miroirs spatiaux permettant de renvoyer les rayons du soleil afin de diminuer la chaleur sur Terre ou encore l’injection de particules d’aérosols dans l’atmosphère pour réduire la réflexion et ainsi réduire la température en surface.

La géo-ingénierie comme solution climatique : un dilemme science et société conséquent.

Un problème d’expérimentation scientifique

Le problème majeur avec l’intervention de la géo-ingénierie dans l’atmosphère, c’est que si on modifie le climat à un endroit, cela peut avoir un impact à l’autre bout du monde. L’échelle d’application est immense et il est difficile de reproduire en laboratoire une telle expérience sur le climat. La création de modèles est donc très compliquée et il y a toujours une imprédictibilité significative de la réalité de l’atmosphère. De plus la géo-ingénierie étant encore un sujet particulièrement tabou, elle n’est pas très encouragée par les gouvernants et s’exerce particulièrement dans des entreprises ou laboratoires privés[6]. Quand aux projets d’expérience à grande échelle nécessaires au développement de l’ingénierie climatique, ils sont souvent contrecarrer par les organismes de protection de l’environnement.

« Une ONG canadienne de veille technologique et environnementale, l’ETC Group, a répertorié treize essais significatifs d’ensemencement des océans par injection de fer au cours des vingt dernières années, avant qu’un moratoire ne soit adopté en 2008 par la Convention sur la diversité biologique. »

Regis Briday, 2014

Une solution qui pourrait créer finalement des dommages environnementaux et éthiques

La géo-ingénierie apparait depuis Crutzen comme une révolution environnemental positive. Cependant elle pourrait induire des dommages environnementaux conséquents. Le climatologue Alan Robock s’est penché sur ces désavantages[7] :

« Because to produce these aerosol balloons or to create millions of solar mirrors we need a lot of energy, and often polluting energy ».

Alan Robock, 2008

Robock (2008) craint aussi que si la géo-ingénierie est utilisée, les états risquent de diminuer leurs efforts pour la diminution des émissions de CO2 et ainsi la prise de conscience environnementale pourrait s’amoindrir. De plus, si on commence à modifier fortement le climat qui nous entoure par intervention humaine, cela remet aussi en question l’identité de l’espèce humaine dans la nature et engage des débats autour du transhumanisme.

Un problème économique, social et surtout politique

La modification volontaire du climat est une responsabilité immense et cette décision de mettre en place la géo-ingénierie doit être prise dans un consensus entre les pays du monde entier. Seulement voilà, des pays se sentent moins concernés par la crise environnementale car d’un côté des grandes puissances priorisent l’économie de leur pays :

 » President Trump has announced his intention to withdraw from the Agreement altogether and has rescinded nearly all of President Obama’s initiatives « [8],

Holdren, 2019

d’un autre coté d’autres pays qui ont un indice de pollution très faible se sentent moins concerné par ces initiatives d’ingénierie du climat. La crainte est qu’un pays décide d’utiliser la géo-ingénierie sans le consentement des autres et que cela ait finalement des impacts environnementaux conséquents sur d’autres pays (pluies acides par exemple), engageant un potentiel conflit mondial autour des « Climate wars »[9].

.

Ainsi les politiques sont dans des négociations perpétuelles autour de la gouvernance et de l’application de la géo-ingénierie sans qu’un consensus ne soit adopté. Cependant les climatologues et les ingénieurs s’inquiète de ce délai dans la prise de décision car ils se retrouvent dans une impasse dans leurs travaux de recherches en ingénierie climatique. Par exemple, la création de miroirs solaires demandera un effort économique important et aussi un temps d’élaboration conséquent. Donc même si la décision de mettre en place la géo-ingénierie est prise, il sera peut-être déjà trop tard le temps que les financements soient réunis et que les technologies soient au point.

L’élaboration des scénarios d’urgences comme unique recherche autorisée.

Ainsi face à tout ces enjeux que représente l’ingénierie climatique l’unique solution qui peut permettre de faire pencher la balance dans la prise de décision est la prospective. Les scientifiques sortent de leur zone de confort, ils ne doivent plus seulement étudier des faits présents mais projeter leurs recherches sur le temps long pour convaincre de l’efficacité de telles ou telles techniques d’ingénierie climatique. Ils élaborent des scénarios d’urgences afin de se tenir prêt à mettre en place ces techniques. Ces scénarios doivent tenir compte de tous les risques possibles avec non seulement des éléments climatologiques mais aussi des éléments économiques comme les financements de techniques, des éléments juridiques comme le choix des décideurs ou encore des éléments politiques pour imaginer les méthodes de déploiement d’une technique. Les scientifiques ont donc dû puiser dans des savoirs situés beaucoup au-delà de leur domaine pour élaborer un maximum de scénarios d’urgences possibles. De nombreux scénarios sont donc disponibles pour les politiques mais le moment du choix du scénario est capital pour le devenir de notre environnement. C’est pourquoi les discussions entre politiques et scientifiques mais aussi avec le public doivent s’élargir car la question de notre futur nous concerne tous.

Comme dirait Dominique Bourg, la prédiction dans le domaine climatique est une vraie « Boite de Pandore »[10]. Seulement notre temps est limité et le consensus semble très difficile à atteindre dans la gouvernance de la géo-ingénierie du fait des enjeux climatiques et STS qu’elle pose. La vraie question qui se pose est : prendrons-nous le risque de mettre en place la géo-ingénierie sans savoir ce que cela nous coûtera pour notre santé et pour notre Terre ? Ou alors prenons-nous le temps de faire encore des études approfondies et d’élaborer des scénarios plus convaincants en prenant le risque qu’il ne soit trop tard ? Je trouve que ce dilemme souligne le fait que les technologies que l’homme à mis en place au cours du temps commencent à le rattraper par leurs enjeux non étudiés dans leurs mise en place.

Et puis finalement, en utilisant des technologies pour protéger le climat de nos technologie, ce ne serait pas combattre le feu par le feu ?

Négociations infinies sur l’ingénierie climatique , Bande dessinée aux feutres, Colic Joséphine, 7 mars 2021

[1] Stephen M.Gardiner, Augustin Fragnière. “Geoengineering, Political Legitimacy and Justice, Ethics, Policy & Environment”,  2018, pp. 265-269. En ligne :  10.1080/21550085.2018.1562524. Consulté le 5/03/2021.

[3] Paul Crutzen n’est pas le premier à parler d’ingénierie climatique, d’autre avant lui ont essayé de l’imposer mais avec moins de succès, Crutzen a permis une visibilité importante du concept. Pour une histoire de la géo ingénierie plus complète, voir : Ken Caldeira, Bala Govindasamy. “Reflecting on 50 Years of Geoengineering Research.” Earth’s Future 5, no. 1, 2017, pp. 10–17. En ligne : https://doi.org/10.1002/2016EF000454. Consulté le 5/03/2021.

[2] Pour l’histoire de l’émergence du mot environnement dans des termes écologiques, voir : Sverker Sörlin.“The Environment as Seen through the Life of a Journal: Ambio 1972-2022.” AMBIO, 2020. En ligne :https://doi.org/10.1007/s13280-020-01421-w. Consulté le 5/03/2021.

[4] Paul Crutzen, Paul J. and E.F. Stroemer, “The Anthropocene,” IGBP Newsletter, no. 41, 2000, pp. 17-18.

[5] Horace Bushnell, Sermon on the Power of an Endless Life, 1860

[6], Alan Robock. “20 Reasons Why Geoengineering May Be a Bad Idea.” Bulletin of the Atomic Scientists 64, no. 2, 2008. En ligne :  https://doi.org/10.1080/00963402.2008.11461140. Consulté le 5/03/2021.

[7] Briday Régis. « Qui alimente les études sur la géoingénierie ? Une perspective d’historien des sciences », Natures Sciences Sociétés, vol. 22, no. 2, 2014, pp. 124-131.

[8] John P. Holdren, “Why Think about Geonegineering Now? Time is Much Shorter than Most Think,” GDSG,  pp. 27-32, 2019.

[9] Michael E. Mann, The Hockey Stick and the Climate Wars : Dispatches from the front lines, Columbia University Press, 2012

[10] Dominique Bourg , Gérald Hess, « La géo-ingénierie : réduction, adaptation et scénario du désespoir [*] », Natures Sciences Sociétés, Vol. 18,  2010/3 pp. 298-304. En ligne :  https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2010-3-page-298.htm. Consulté le 5/03/2021.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/06/2021

    […] Dystopie versus utopie. Entrer dans une nouvelle ère géologique, c´est devoir faire face à l´inconnu, devoir sortir des certitudes et des repères attestés. A défaut de jalons factuels, pour ne pas perdre pied, les humains s´accrochent à des récits qui permettent d´appréhender leur action, de les mettre en forme et de dessiner une ligne d’horizon. Les multiples récits qui se disputent l’avenir de l’anthropocène semblent se positionner autour de deux pôles, dont l’un véhicule un message d´espérance par sa croyance en la toute puissance technologique et l´autre, au contraire, rompt avec cette confiance, se résolvant à envisager non moins que l´effondrement, la possible disparition de la civilisation humaine. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search