Psychohistoire: Asimov était-il prospectiviste?

Il m’est difficile d’estimer le nombre de fois où, lorsque j’étais enfant, mon père, grand réfractaire à la forme romanesque, a insisté pour me faire lire le Cycle des Robots d’Isaac Asimov. C’est pourtant grâce à livre Fondation qu’adolescent, j’ai pu prendre conscience de l’apport immense de l’auteur dans le domaine de la science-fiction.  Mais, en entamant mes projets de recherche, je n’imaginais pas à quel point cette œuvre et les concepts qu’il y introduisait auraient un impact sur ma vision de la prospective.


Si le genre de la science-fiction entretient un rapport tout particulier avec la recherche prospective, le concept de Psychohistoire défini par Asimov dans Fondation (1951, première publication en 1942) résonne comme une métaphore appuyée du domaine. Il serait alors facile de hisser l’auteur/vulgarisateur au rang de précurseur des études prospectives. Mais dans quelle mesure  cette discipline fictive répond-elle aux recherches effectuées stricto sensu ? Et peut-on assimiler le reste de l’œuvre d’Asimov à une réelle démarche futurologue ?


Des concepts similaires ?

Dans l’Encyclopædia Galactica, ouvrage fictif du cycle de Fondation, la Psychohistoire est définie comme « la branche des mathématiques que traite des réactions des ensembles humains en face des phénomènes sociaux et économiques constants » (Asimov, 1951, p.21). Au cours de son œuvre, Asimov, élargit cette conception à une méthode statistique consistant à prédire avec une haute probabilité l’évolution de la société et des technologies, à un point tel que le personnage de Hari Seldon, ayant vécu au CXXIème siècle, parvient à anticiper précisément des évènements se produisant plusieurs siècles après sa mort.  Si l’on compare cette définition avec l’image communément admise de la prospective, la  «construction de récits racontables de l’avenir » (Gaudin, 2005) basée sur l’état des connaissances scientifiques actuelles et à partir d’outils de modélisation et de concertation, la similarité apparente a de quoi surprendre. Cependant, il convient d’examiner plus en détail les considérations théoriques et philosophiques en jeu pour chacun des concepts.

Tout d’abord, on peut lister deux approches distinctes de la prospective. La première, d’inspiration française, refuse de voir la discipline comme une science de la prévision, mais comme la mobilisation des savoirs scientifiques dans une démarche danticipation d’un avenir souhaitable (Berger, 1964). Outre-Atlantique, on cherche plus souvent à appréhender la prospective par le biais de modélisations apportant une scientificité apparente au domaine. En cela, la vision américaine assume un positionnement déterministe assez radical.

La psychohistoire, se revendiquant du domaine des mathématiques, semble donc se rapprocher de l’école prospectiviste anglo-saxonne. Cette analogie est amplifiée par l’exactitude de ces prédictions elles-mêmes basées sur des modélisations statistiques, et est confortée par les propos d’Asimov, lui aussi adepte d’un déterminisme strict.

Toutefois, les deux disciplines se distinguent dans la temporalité dans laquelle leurs prédictions sont effectuées.  Si la prospective cherche à anticiper des évènements ou des tendances  qui adviendront à l’avenir, c’est-à-dire dans un contexte temporel et social relativement rapproché, la psychohistoire se préoccupe des évènements futurs, bien plus éloignés et sujets à la spéculation, au fantasme.

Les mêmes dérives ?

Quelle que soit l’approche adoptée, la prospective n’est pas exempte de défauts. D’une part, il est clair que, même si l’on se place dans une perspective déterministe, la multiplicité des paramètres à prendre en compte ne permettra jamais aux modélisations effectuées d’être suffisamment fiables pour correspondre exactement à la réalité. On ne peut ainsi que dégager une tendance des prévisions effectuées.  On retrouve un argument similaire chez Asimov, où les bases statistiques de la psychohistoire ne permettent d’effectuer des prévisions qu’à une échelle macrosociale, les tendances individuelles ne pouvant pas être déterminées précisément.

D’autre part,  la critique la plus souvent émise à l’encontre des prospectivistes est liée au risque d’instrumentalisation des prévisions: en pratique, les chercheurs produisent plusieurs scénarios possibles en partant d’une même situation ; puis jugent qualitativement lesquels sont les plus susceptibles de se produire. Ce choix peut alors être influencé par les mandataires de l’étude, ou encore mener à des  prophéties autoréalisatrices. On peut par exemple citer L’œuvre de Samuel Huntington (Le Choc des Civilisations, 1997) qui, avertissant les Etats-Unis contre un conflit islamo-occidental, semble avoir eu une influence sur les interventions américaines en Irak et en Afghanistan. La psychohistoire, de son côté, postule une règle pour se prémunir de ce risque : pour que  ses comportements ne soient pas influencés par les études « ledit ensemble humain [doit ignorer] qu’il est soumis à une analyse psychohistorique » (Asimov, 1951, p.21). Cela n’empêche pourtant pas les dirigeants de la Fondation d’utiliser les prévisions de Hari Seldon tout au long de l’œuvre dans le but d’étendre leur influence dans l’ensemble de la galaxie.

Et en pratique ?

Si le Cycle de Fondation semble présenter une forme de proto-définition utopiste de la prospective, on peut rechercher dans l’œuvre d’Asimov un semblant d’études prospectives.  Biochimiste de formation, il était également connu pour son travail de vulgarisation des sciences physiques. En cela, on aurait pu imaginer que ses connaissances lui auraient permis de construire des récits scientifiquement plausibles. La réalité est beaucoup plus complexe : Dans l’univers de l’auteur, toute intelligence artificielle  a recours à un cerveau positronique. Lorsqu’Asimov introduit pour la première fois cette technologie, le positron n’a été découvert qu’une dizaine d’années auparavant. [1] Encore aujourd’hui, l’utilisation technique de l’antimatière n’en est qu’à un stade spéculatif. Il ne faut néanmoins  pas oublier que les premières mentions du cerveau positronique sont situées près de soixante ans après leur écriture. Si l’on raisonne sous le prisme de  la troisième loi de Clarke[2] (Arthur C. Clarke, 1962), on peut envisager que, pendant une période d’une telle amplitude, la technologie aurait eu le temps d’être développée.

Une pensée avant tout métaphorique

Attardons nous maintenant à la manière  dont Asimov conçoit les intelligences artificielles. Je ne traiterai pas ici des trois lois de la robotique énoncées dans le Cycle des Robots et encore appliquées aujourd’hui dans la recherche : celles-ci ont déjà été maintes fois abordées, et je n’aurai pas grand-chose à y apporter. Intéressons-nous plutôt à Multivac : un ordinateur dont les  performances sont devenues si puissantes que son intelligence est parvenue à suppléer celle de l’homme. Si, dans les nouvelles mettant en avant le super-ordinateur, on peut noter l’anticipation de certaines tendances comme la miniaturisation des systèmes informatiques jusqu’à l’avènement d’une forme de « cloud » (La dernière question, 1956), l’intérêt de ces nouvelles est avant tout philosophique. Qu’adviendrait-il si l’homme perdait le contrôle de ses propres créations? Dans Le Votant (1955), Multivac choisit le vainqueur de l’élection présidentielle américaine en interrogeant un électeur unique et en extrapolant ses réponses sur la base de statistiques. Au début de La Vie et les œuvres de Multivac (1975), c’est cette même IA qui gouverne le monde de manière purement rationnelle, en négligeant toute considération éthique. On peut y voir un questionnement autour du dilemme liberté/sécurité remis sur le devant de la scène par les vagues d’attentats de la dernière décennie et la situation sanitaire actuelle.

Les récits d’Asimov sont donc à considérer comme de simples métaphores desquelles la prospective pourrait s’inspirer de sorte à générer des idées nouvelles et envisager des évolutions possibles de la société (Calvez, 2012). L’auteur propose donc une série d’expériences de pensée, prenant des directions différentes selon les décisions des humains. Asimov l’assume lui-même : il se « contente de poser les problèmes »  (Asimov, 1974). Toutefois, son positionnement au sujet du rapport de l’homme aux technologies de meure critiquable. Dans une conception déterministe assez radicale, il n’hésite pas à conférer une conscience à certaines machines (La Vie et les œuvres de Multivac ,1975), et suppose que ces dernières seraient susceptibles de remplacer la vie par un mécanisme de sélection naturelle. Si ces conceptions sont récurrentes dans le genre de la science-fiction, l’auteur finit par abandonner le registre de l’envisageable en allant jusqu’à hisser Multivac au rang de divinité (La dernière question, 1956).

Alors ?

Evidemment, Asimov n’était pas un prospectiviste stricto sensu. Néanmoins, à travers Le Cycle de Fondation, l’auteur a anticipé les fondements d’une discipline qui aura recours à de maintes reprises au genre de la science-fiction dans des objectifs divers : pour faire office de métaphore, avertir contre certaines dérives ou encore afin de stimuler l’imagination des chercheurs. A ce titre, si toute œuvre du genre peut être mobilisée par la recherche, celle d’Asimov constitue à la fois un terreau pour la prospective et une métaphore utopiste de cette dernière.


[1] Le positron a été observé pour la première fois par Anderson en 1932, trois ans après que Paul Dirac ait postulé son existence

[2] « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie »


  1. Asimov, Isaac, et Pierre Billon. 1996. Les Robots. Le cycle des robots ; 1. Paris, France: J’ai lu, impr.1996.
  2. Asimov, Isaac, et Marie Renault. 2011. L’homme bicentenaire. Paris, France: Gallimard.
  3. Asimov, Isaac, et Jean Rosenthal. 1974. Fondation: roman. Paris, France: Denoël.
  4. Asimov, Isaac, et France-Marie Watkins. 1988. Le robot qui rêvait. Paris, France: J’ai lu.
  5. Bowler, Peter J. 2017. A history of the future: prophets of progress from H.G. Wells to Isaac Asimov. Cambridge, Etats-Unis d’Amérique: Cambridge University Press.
  6. Calvez, J.-M. 2012. « Combiner créativité et science-fiction dans une finalité d’expertise ». Prospective et stratégie n°2-3 (1): 219‑33.
  7. Crépon, Marc. 2002. « Les philosophes de l’avenir ». Lignes n° 7 (1): 220‑32.
  8. Gottardi, Donata. 2018. « From Frankenstein to Asimov: “Predictive” Literature, Robotics and Work ». Labour & Law Issues 4 (2): 1‑13. https://doi.org/10.6092/issn.2421-2695/8796.
  9. Ina Sciences. 2013. Isaac Asimov, les incroyables prédictions sur le futur – Archive vidéo INA. https://www.youtube.com/watch?v=tN8uaDh_laY&ab_channel=InaSciences.
  10. Ioan Halalae, et Calin-Octavian Miclosina. 2019. « The Impact of Isaac Asimov’s Ideas on the Intelligent Robots Evolution ». Robotica & Management 24 (2): 8‑10.
  11. Lehoucq, Roland. 2017. « Science et science-fiction, un duo détonant ». Futuribles N° 416 (1): 39‑54.
  12. Michaud, Thomas. 2017. « Science-fiction et innovation ». Futuribles N° 416 (1): 55‑66.

Crédits photographiques: A sorte só favorece a mente preparada. Isaac Asimov, 1920-1992, par Eugenio Hansen, OFS, licence CC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search