Histoire de l’anorexie mentale

Vu d’abord comme une méthode pour atteindre la sainteté, puis comme un simple cas de trouble gastrique et nerveux, ce n’est que vers la toute fin du XIXe siècle que les médecins s’intéressent réellement à l’anorexie en tant que maladie à part entière.

L’anorexie et le discours médical

L’anorexie se définit aujourd’hui comme une volonté de maigrir à l’extrême, passant par des méthodes comme la restriction alimentaire, une pratique sportive excessive, des vomissements ou l’ingestion de laxatifs à outrance. Les émotions et la perception de son corps sont également fortement perturbées, l’anorexie s’accompagnant souvent de dépression, d’anxiété et de dysmorphie. Ces caractéristiques étaient déjà observées par les médecins du XIXe siècle, mais vues comme un symptôme de l’hystérie, qui expliquait alors de nombreux troubles féminins. Ce n’est qu’après la mort de Jean-Martin Charcot que le paradigme médical décrivant l’anorexie connaît un basculement, la pathologie passant de trouble hystérique à une véritable maladie indépendante. La maigreur extrême, le refus de s’alimenter et la perte de ses menstruations constituent le diagnostic dominant à l’époque. La maladie reste cependant comprise comme un problème physique, la guérison passe donc essentiellement par une reprise de poids. Pour cela, les plans alimentaires constituent le principal traitement envisagé par le corps médical. Une alimentation fractionnée est mise en place, parfois allant jusqu’à une suralimentation aussi nommée “gavage” pour engraisser les patient.e.s dont l’état semble le plus grave. Bien souvent les malades refusent de se nourrir de nouveau, mais leurs sentiments sont totalement effacés au profit d’une alimentation forcée et violente. Les médecins contraignent ainsi à la déglutition par la méthode de l’extension forcée du cou, ou ont recours aux sondes oesophagiennes, descendant directement dans l’estomac. La dimension psychologique de la maladie et le traumatisme du traitement n’intéressent pas les médecins de l’époque, qui voient le retour des règles comme le principal signe d’une guérison.
Ce n’est qu’au début du XXe siècle que la portée psychologique est considérée. Certains comme Charles Lasègue pensent que l’entourage peut avoir une influence négative et retarder la guérison, préconisant ainsi, comme le faisait Charcot, l’isolement des patient.e.s. La voix des malades est également de plus en plus écoutée, les échanges entre patient.e et soignant sont plus courants permettant ainsi de diagnostiquer les causes de la maladie comme étant cognitives et émotionnelles. Cependant, l’identification des traumatismes responsables de la pathologie ne fait pas encore l’objet d’un soin ou traitement particulier, et seuls la reprise de poids et le retour des règles comptent.

L’anorexie et le contrôle du corps féminin

Il n’est pas étonnant que la fin du XIXe siècle voit naître un fort intérêt du domaine médical pour l’anorexie. Le mouvement romantique de l’époque connaît déjà une véritable fascination pour des maladies telles que la tuberculose, forgeant un idéal du corps féminin comme une enveloppe frêle au teint fantomatique, prônant un état de torpeur et de mélancolie. La maigreur devient l’indicateur d’une classe sociale bourgeoise et d’un contrôle parfait sur son corps et ses désirs, tandis que les rondeurs sont l’apanage des prostituées ou des paysannes.
Le développement du thermalisme depuis les années 1840 et l’accès des femmes au sport et aux loisirs favorisent un dévoilement du corps féminin. Il se traduit par une diminution de la pudeur et la disparition progressive du corset. Si l’éradication de cet instrument de torture pourrait être perçue comme le témoin d’une émancipation féminine et une réappropriation d’un pouvoir sur leur corps, la réalité est toute autre. Le corset devient “incorporé”, les courbes féminines se doivent naturellement d’être maigres et toniques, dans leur intimité comme dans leur vie sociale. Le surpoids devient un défaut physique typiquement féminin, objet de dégoût profond. La grossophobie se développe rapidement, faisant du poids un sujet d’inquiétude permanente. Le contrôle de son assiette par le foisonnement de régimes dans les journaux féminins permet d’atteindre cet idéal dangereux, tandis que les pilules magiques pour maigrir entrent rapidement sur le marché. Dans un premier temps, les médecins prescrivent certains de ces régimes, interdisant les féculents et contrôlant fortement l’apport en protéines animales. Mais ils finissent par s’inquiéter des dérives qu’ils entraînent, telles que l’anorexie. Selon eux, par “coquetterie”, la patiente va finir par s’arrêter complètement de se sustenter, par peur de grossir et par culpabilisation.
Ils voient dans le culte de la maigreur une des raisons possibles du développement de l’anorexie. Une autre explication fortement soutenue à l’époque est l’apparition des formes féminines durant la puberté, et les perturbations hormonales dont les adolescentes sont victimes. Une volonté de se soustraire à la sexualisation de son corps serait ainsi une seconde cause de la pathologie, ce qui témoigne bien du regard masculin porté sur les adolescentes de l’époque.
Enfin, une dernière raison avancée par les médecins incrimine les mères. Que se soit par transmission héréditaire des tares ou par suraffection, la faute provient nécessairement du côté maternel. La pression de la société sur le corps féminin se resserre donc, et les femmes elles-mêmes sont blâmées des dérives que cela entraîne sur les plus jeunes.

Si cette thématique vous a intéressé, je vous invite à aller lire l’article de Maud : Obésité : histoire sociale et médicale d’un phénomène clivant.

Bibliographie

Bemporad, J. R.,1996, “Self-starvation through the ages: reflections on the pre-history of anorexia nervosa”, The International Journal of Eating Disorders, 19(3), 217‑237
Dell’Osso, L., Abelli, M., Carpita, B., Pini, S., Castellini, G., Carmassi, C., Ricca, V., 2016,. “Historical evolution of the concept of anorexia nervosa and relationships with orthorexia nervosa, autism, and obsessive-compulsive spectrum”, Neuropsychiatric Disease and Treatment, 12, 1651-1660
Gardier, J., 2019, La Belle Époque de l’anorexie. Genèse, traitements et analyse socioculturelle de l’anorexie mentale en France entre 1873 et 1914, Mémoire de Master 1 “Sciences humaines et sociales”
Glon, M.,Van Dyk, 2009, “Une question d’histoire : qu’est-ce qu’être mince ? Entretien avec Georges Vigarello”, Repères, cahier de danse, n° 24, 9-10
Habermas, T., 1989, “The Psychiatric History of Anorexia Nervosa and Bulimia Nervosa: Weight Concerns and Bulimic Symptoms in Early Case Reports”, International Journal of Eating Disorders, vol. 8(3), 259-273
Miller, M. N., Pumariega, A. J., 2001, “Culture and Eating Disorders: A Historical and Cross-Cultural Review”, Psychiatry: Interpersonal and Biological Processes, vol. 64(2), 93-110

Crédit image : Miss C.,1874, Gravure sur bois, Sir William Withey Gull “Anorexia nervosa (Apepsia Hysterica, Anorexia Hysterica)”, Transactions of the Clinical Society of London, Licence ouverte – BIU Santé


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search