Le corps : protagoniste ou figurant sur la scène muséale ?

Le début du XXIe siècle s’accompagne d’un corps, support de notre identité, qui fascine et qui interroge. Le rapport à notre corps évolue, s’approfondit ; il n’est plus seulement vu sous une perspective biologique mais également sous une perspective sociologique.

Comment définir le corps ? Le corps est, selon Maurice Merleau-Ponty, philosophe français du XXe siècle, « l’enveloppe vivante de nos actions » (Merleau-Ponty, 1942), il est « voué à l’inspection d’un monde » (Merleau-Ponty, 1952).  Le penseur en fait une analogie avec « l’instrument général de ma compréhension» (Merleau-Ponty, 1945).

D’un corps spectateur…

« A l’origine, les règlements du British Museum semblaient avoir été établis pour dissuader les visiteurs de venir et pour s’assurer que les seuls qui entraient au musée apprenaient le moins de choses et prenaient aussi peu de plaisir que possible. »

(Hudson, A social History of Museum, 1975, p. 9)

En effet, le British Museum autorisait les visites exclusivement aux personnes écrivant au musée au préalable afin de convaincre et de justifier le fait qu’ils étaient curieux, dans les normes, et studieux. C’est seulement deux semaines après minimum, que l’intéressé avait l’occasion de parcourir le musée, durant une demi-heure, sans aucune information complétant les éléments exposés. En outre, de la précipitation découle l’irréflexion, ce qui rompt avec l’ambition du visiteur qui est l’appétit de savoirs. Toute visite ou répartition d’objets s’avérait linéaire et réglementée, afin d’accueillir un public discipliné et passif. Les besoins d’expérimentation du visiteur sont alors totalement délaissés par l’institution muséale, et le corps n’est que la représentation apparente de l’esprit.

Le seul sens utilisé était la vue, car elle était la seule manière d’appréhender une connaissance sans la moindre interaction. L’expression « toucher avec les yeux » n’a jamais était aussi véridique. De même, les interactions entre individus, le partage de connaissances et d’opinions étaient inenvisageables puisque le silence était de rigueur.

C’est seulement en 1963, que le règlement des musées est modifié ; règlement ne faisant pas l’unanimité. Certains musées conservateurs demeuraient fidèles aux anciennes coutumes mettant en exergue un corps contraint et surveillé.

…à un corps acteur de sa visite :

« Le musée n’a pas de visiteurs, il a des habitants »


(Varine, 1973, p. 244).

Le renversement de la place du visiteur au musée a entrainé une réflexion sur ses structures, le « musée traditionnel » plaçant le visiteur comme un être passif, contemplatif et surveillé n’est plus en phase avec la place que le corps a pris dans nos sociétés. Ce renversement traduit la prise en compte du visiteur comme la résultante d’un esprit et d’un corps pourvu de sens. En effet, le corps ne se rapporte plus qu’au naturel, à la biologie ou la médecine, mais émerge dans un nouveau domaine, celle de la sociologie. C’est Marcel Mauss, à la suite de sa conférence sur Les techniques du corps (Marcel Mauss, 1934) qui est à l’origine de cette émergence.

Le plaisir des visiteurs devient une des finalités du Musée. Grâce à ce plaisir et cette exaltation, l’implication du visiteur devient plus importante. Le visiteur devient une entité appartenant à la dynamique du musée, un des chainons du processus de partage de savoir. Le visiteur s’élève comme un organe vital dans l’espace du musée, représentant l’organisme en entier. Il réinterprète et réinvente le sens d’un savoir, pour qu’il fasse sens pour lui-même.

Faire rimer culture et loisirs ; ambition très bien développée par Jacques Guichard dans son article « Quand loisirs et éducation scientifique font bon ménage au Palais de la découverte » (Guichard, 2009). Aucun doute pour l’ancien directeur du Palais de la découverte, la stimulation du corps et des sens contribue favorablement à la transmission du savoir. La surprise permet quant à elle alors d’empreindre intensément la mémoire.

« L’émotion, née de la surprise, développe l’intérêt et est conservée dans les souvenirs. Elle peut être créée en mettant la science en spectacle. Ces situations, comme l’expérience d’électrostatique où les cheveux se dressent sur la tête, marquent la mémoire en faisant passer de l’émerveillement au mystère dévoilé, grâce à l’accompagnement par des médiateurs scientifiques. La mobilisation pour une activité par des jeux moteurs qui mettent à contribution l’adresse, la force, l’agilité, le mouvement, induisent la recherche de solutions, le déclenchement du questionnement (…). »

(Guichard, 2009, p.188)

Et maintenant ?

L’absence physique de visiteurs n’a en rien altéré ce désir de placer son corps en tant qu’acteur de sa visite. L’objectif reste le même : donner vie à une connaissance par le biais d’une expérience sensorielle, susciter l’émotion et la surprise, et placer le corps du visiteur sur le devant de la scène. Le savoir, accompagné de sentiments de plaisir et d’étonnement, est la résultante de ce corps en spectacle.

Il est plus qu’évident que nous nous plaçons dans une ère où le corps est mis à l’honneur dans les milieux muséaux. « Immersion », « stimulation des sens », « perception sensorielle » et « expérience interactive » en sont les mots-clés. Malencontreusement, les nouvelles contraintes sanitaires semblent placer des barrières paraissant infranchissables face à un corps en mouvement, un corps qui découvre, un corps qui expérimente.

De quelle manière le corps peut-il survivre à sa position de protagoniste sur la scène muséale tout en respectant les contraintes corporelles imposées ? Allons-nous revenir à une forme de visiteur soumis à une surveillance constante comme au siècle dernier ? Comment recréer des interactions avec le savoir sans l’utilisation de l’entièreté de nos sens ? Globalement, après cette crise sanitaire, l’institution muséale a riposté par le numérique, une méthode d’action occasionnant des débats plus que virulents. Est-ce que le numérique est la seule réponse à un corps qui apprend en respectant les barrières sanitaires ?

Ressources :

Bibliographie : 

Pour aller plus loin :

  • Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, « Tel », 1945.
  • Maurice Merleau-Ponty, Prose du monde, Paris, Gallimard, « Tel », 1952.

elisajoly

Titulaire de la licence de "Sciences de la Vie" à l'Université de Strasbourg, j'ai souhaité approfondir mon rapport à la science d'un point de vue épistémologique par le biais du Master Science et Société. Ayant toujours été passionnée par la transmission de savoirs scientifiques chez les plus jeunes, j'aspire à évoluer dans le domaine de la médiation scientifique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search