L´Anthropocène – un sujet clivant

Après 12 000 années de stabilité géologique, un nouvel âge s´ouvre à nous, nous disent les scientifiques. Au revoir Holocène – bonjour Anthropocène, l’Âge de l’Homme ! Celui de l’Homme créateur ou celui de l’Homme (auto-) destructeur ? Le terme n´est pas sans ambigüité et n’est pas le seul à flirter avec la contradiction. Nombre de textes consacrés à la thématique évoquent des exemples de concepts tant divergents qu´intrigants, invitant lecteur et lectrice à découvrir des problématiques aussi variées que captivantes. Quatre de ces duos rencontrés au fil de mes lectures seront explorés ci-dessous. Bien entendu, les paragraphes respectifs peuvent se lire de manière indépendante.

Mais avant cela, voici un bref rappel de ce que signifie ce néologisme de racine grecque. Le magazine Sciences et Avenir l´explique ainsi : « L’anthropocène est une nouvelle époque géologique, où l’humanité en tant qu’espèce serait devenue la principale force géologique. Marquée par de telles modifications environnementales, l’Anthropocène souligne un point de non-retour : perte drastique de biodiversité, dérèglement climatique, pollution (atmosphérique, pédologique et aquatique). Autant d’évènements qui font que l’empreinte anthropique (humaine) sur l’environnement planétaire est devenue si vaste et intense qu’elle rivalise avec certaines grandes forces de la nature (forces géophysiques). »1 Le météorologue et chimiste de l´atmosphère Paul Crutzen, ancien prix Nobel, et le biologiste Eugène Stoermer sont à l´origine de ce concept apparu au tournant du siècle dernier.2

Dystopie versus utopie. Entrer dans une nouvelle ère géologique, c´est devoir faire face à l´inconnu, devoir sortir des certitudes et des repères attestés. A défaut de jalons factuels, pour ne pas perdre pied, les humains s´accrochent à des récits qui permettent d´appréhender leur action, de les mettre en forme et de dessiner une ligne d’horizon. Les multiples récits qui se disputent l’avenir de l’anthropocène semblent se positionner autour de deux pôles, dont l’un véhicule un message d´espérance par sa croyance en la toute puissance technologique et l´autre, au contraire, rompt avec cette confiance, se résolvant à envisager non moins que l´effondrement, la possible disparition de la civilisation humaine.

Le premier scénario, l´optimiste, incarné par la géo-ingénierie, prévoit de freiner de manière significative le réchauffement terrestre par des interventions de grande ampleur sur l´environnement. Deux voies d´ingérence sont mises en perspective. La première consiste à absorber le dioxyde de carbone dans l´atmosphère, cause principale de l´augmentation de la température planétaire ; la seconde, la plus appuyée au sein de la communauté scientifique, se propose de réfléchir le rayonnement solaire par l´injection massive d’aérosols de sulfate dans la stratosphère. En recourant à la technologie comme voie de salut, la géo-ingénierie prolonge, le rêve humain à vouloir dominer la nature par la technique. Mais cette fois-ci, l´Homme songe à intervenir à une échelle supérieure, au niveau planétaire. Utopie ou promesse fondée ? Les avis d´experts sont plus que partagés.

L´autre récit, de lecture pessimiste, voire apocalyptique, prédit une époque de grande instabilité où les perturbations deviennent la norme. Un monde qui doit composer avec des relations de cause à effet non linéaires, des boucles de rétroaction et des points de basculement susceptibles de provoquer un mouvement général vers un désordre croissant. Une telle configuration rend difficile la planification, même à court terme. Un rien, un grain de sable risque de déclencher l´avalanche et d´emporter, si ce n´est pas la vie humaine tout entière, du moins ses ambitions et projets les plus chers. La vision catastrophiste ne renonce pourtant pas à toute lueur d´espoir. Cependant, pour éviter le pire, un changement de mode de pilotage s´impose : alors qu’il était essentiellement basé jusqu’alors sur la prévision, il s’agit de faire place à présent au pilotage fondé sur le principe de précaution.

Anthropocène versus Noosphère. Noosphère, à l´instar du terme concurrent, réclame lui-aussi ses origines grecques. Noos peut se traduire par esprit, le suffixe sphère de sphaîra lui confère une dimension spatiale, se distinguant ainsi de l´aspect temporel du celui de cène. Ce néologisme fut introduit au début du XXe siècle notamment par Vladimir Vernadsky, minéralogiste et chimiste, lui-même inspiré par la lecture de La face de la Terre, ouvrage d´Eduard Suess, géologue autrichien et écologiste avant coureur. C´est à Suess que nous devons le terme biosphère, utilisé pour désigner l’ensemble des organismes vivants ainsi que les milieux de vie dans lesquels ils habitent. En prolongeant les travaux de Suess, Vernadski constate dès les années 1920 l’accroissement du CO² en raison des activités humaines, une découverte qui le conduit à qualifier le rôle de l’humanité de redoutable agent géologique.3 Selon sa théorie, la Terre est passée par trois phases de développement. La première est caractérisée par l´unique existence d´une matière inanimée, qui constitue la géosphère. Une seconde voit émerger la vie et avec elle la biosphère. Une étape supplémentaire est franchie par l´apparition de l´espèce humaine. Elle fait émerger la noosphère qu´on peut envisager comme une fine couche entourant la terre, matérialisant à la fois les consciences de l’humanité et ses capacités intellectuelles.

Nous voici donc munis de deux paradigmes – d´un côté la Noosphère, de l´autre l´Anthropocène. Si les deux attribuent chacune une force géologique à Homo sapiens, ils le font d´une manière très différente. Là où l´Anthropocène met en exergue la puissance technologique et sa dimension matérielle, la Noosphère, sans nier cet aspect-là, met en avant la dimension spirituelle en faisant valoir l´interconnection grandissante culturelle et intellectuelle des êtres humains. Lorsque le premier évoque temporalité et rupture, la deuxième, cautionne spatialité et continuité. Tandis que le paradigme de l´Anthropocène insiste sur l´impact négatif de l´activité humaine et alarme, celui du Noosphère, à l´inverse, appelle à l´optimisme et véhicule un message d´espérance et de promesses. Les deux paradigmes sont complémentaires, dit Boris Shoshitaishvili, auteur de référence de ce paragraphe.4  En effet, avoir deux clés de lecture à disposition permettrait de mieux comprendre les bouleversements qui nous menacent, d´y attribuer du sens, chose indispensable pour que nous puissions malgré tout développer des perspectives d´avenir.

Nature versus culture. Sur ce partage catégoriel, légué par les Lumières, se fond à la fois la construction du savoir scientifique et notre manière de concevoir le monde. Mais est-il toujours de mise au XXIe siècle ? Il semble que les explications anthropogéniques du changement climatique nous incitent à mettre en question une cosmologie en mal d´envisager l’humanité comme une espèce biologique à part entière.

Au sein des sciences sociales, l´universalité d´une vision basée sur l´antagonisme nature/culture est questionnée depuis les années 1990, par l´anthropologie en particulier. Les enquêtes de terrain entreprises par Philippe Descola, Eduardo Viveiros de Castro ou Tim Ingold ont démontré l´existence et la valeur d´autres cosmologies que celle héritée de la modernité occidentale. Les travaux de Viveiros de Castro, par exemple, valorisent l’animisme amérindien ; Ingold, quant à lui, met en relief les relations particulières qu´entretiennent les sociétés de « chasseurs-cueilleurs » avec la nature. Descola, principal penseur du renouvellement de la discipline anthropologique, montre que certains peuples se sont abstenus de l´idée-même de nature. Pour les Achuar, par exemple, les humains et les non-humains s’inscrivent dans un continuum, les deux types d´êtres disposeraient d´un intériorité semblable et se distingueraient uniquement par leur enveloppe corporelle. Par conséquent, Descola appelle à renoncer à appréhender la diversité humaine au travers du seul prisme nature/culture, son objectif n´étant pas tant de combattre le dualisme nature/société pour lui-même qu´à pointer qu´il ne s´agit que d´un mode possible parmi tant d´autres de concevoir le rapport au monde et à autrui.5

Dans ce sillon, d´autres disciplines des sciences sociales semblent avoir besoin d´un renouvellement. L´historien américain Dipesh Chakrabarty par exemple estime qu´en admettant le lien intime entre la nature et l’humain, l´histoire, du moins celle qui se consacre aux grandes périodes, devrait, elle aussi, tenir compte de ce lien et être écrite en conséquence.6

Anthropocène versus Capitalocène ? Ère de l´anthropos versus ère du capitalisme ? Le néologisme Capitalocène a été forgé par le sociologue et historien américain Jason Moore7 qui a souhaité ainsi mettre en avant la question de la responsabilité. En effet, bien que l’impact de l´activité humaine ne soit pas intentionnel, il n’empêche qu’il est le fruit de décisions et de volonté humaines. Qui dit volonté, dit responsabilité, juge Larèrre. L´homme, principal maître d’oeuvre de la planète, devrait dès lors pleinement assumer la charge du désastre environnemental. Cependant, l´infliger à l´humanité tout entière, sans nuance, ferait oublier que les différentes populations n’ont pas participé de façon égale au processus. Les habitants des pays pauvres n´en sont pas imputables et malgré cela, c’est à eux d’en subir principalement les conséquences, notamment à travers des sécheresses, des inondations et des ouragans.

Alors, au lieu de charger la seule figure du « mauvais » Anthropos, il conviendrait d´identifier tout d´abord le mécanisme qui a pu déclencher, voire perpétuer, la décadence. Andreas Malm8, jeune chercheur en écologie humaine, à l´instar de Moore, s´est penché sur le rôle qu´a pu jouer le système économique dans cette affaire. Les études qu´il a menées l´ont conduit à la conclusion que c´est au capitalisme que revient le rôle déterminant de la transition géologique. Malm montre cependant que ce n´est pas tant l´acitivité humaine en soi qui est en cause. Plutôt faudrait-il pointer la mise en forme de cette activité par le mode de production capitaliste, expression empruntée à Karl Marx. Marx avait mis en lumière qu´au cours de l’histoire occidentale plusieurs modes de production s’étaient succédés (tribal, communal, féodal) avant que ne s´installe, à la fin du XVIIIe siècle, celui assigné au capitalisme. En privilégiant le profit en lieu et place des véritables besoins humains, le capitalisme, par intensité croissante, a favorisé la surproduction de biens inutiles – de surplus non bio-dégradables dans la plupart des cas – et ainsi déclenché et entretenu la pollution environnementale. Attribuer au nouvel âge géologique l´appellation Capitalocène au lieu de celle d´Anthropocène aurait alors l´avantage de pointer le rôle moteur du régime capitaliste concernant la problématique écologique. Il existe par ailleurs une variante de ce terme, défendue notamment par l’historien français Christophe Bonneuil. Il s´agit de la notion d’Occidentalocène qui a la spécificité d´imputer la responsabilité du changement climatique de manière nette et exclusive au monde occidental industrialisé.

Références :

1/ Mais avant cela …

Bibliographie/Notes:

Image :

Pour aller plus loin

2/ Dystopie versus utopie

Bibliographie:

Hyperliens:

Pour aller plus loin

  • Bourg D., « Anthropocène, apocalypse et parousie ? », Socio-anthropologie [En ligne], 28 | 2013, septembre 2015, URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/1589, consulté le 03/05/2021

3/ Anthropocène versus Noosphère

Bibliographie/Notes:

  • 3 « Vladimir Vernadsky, la géochimie et la biosphère », Matérialsime dialectique, mai 2021, https://materialisme-dialectique.com/vladimir-vernadsky-la-geochimie-et-la-biosphere, consulté le 05/05/2021
  • 4 Shoshitaishvili, B, « From Anthropocene to Noosphere: The Great Acceleration », Earth’s Future, 9/2020, URL : https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1029/2020EF001917, consulté le 28/04/2021

Image :

Pour aller plus loin

  • de Jong, T, « The Noosphere Concepts of Pierre Teilhard de Chardin and Vladimir Vernadsky reassessed, in the Pursuit of a Future after the Anthropocene », Academia,2019,  URL : https://www.academia.edu/38978074/The_noosphere_concepts_of_Pierre_Teilhard_de_Chardin_and_Vladimir_Vernadsky_reassessed_in_the_pursuit_of_a_future_after_the_Anthropocene_2019_, consulté le 02/05/2021
  • Robin, L, Steffen W, « History for the Anthropocene », Historical Geography, July 2007, URL :  https://doi.org/10.1111/j.1478-0542.2007.00459.x, consulté le 20/04/2021

4/ Nature versus culture

Bibliographie/Notes:

Hyperlien:

Ottmann C., (janvier 2020)

Image:

https://www.urtikan.net/dessin-du-jour/un-monde-ou-le-vivant-seffondre

Pour aller plus loin

  • Descola Ph., L’Ecologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature, Versailles, Editions Quae, 2011
  • Larrère C. et Larrère R., Du Bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubin, 1997
  • Viveiros de Castro E., From the Enemy’s Point of View: Humanity and Divinity in an Amazonian Society, Chicago ; London, University of Chicago Press, 1992

5/ Anthropocène versus Capitalocène ? 

Bibliographie/Notes:

Image:

Pour aller plus loin

  • « Les populations touchées par le changement climatique : les réalités méconnues des victimes de la sécheresse, des inondations, des ouragans, de l’énergie polluante et des murs dressés contre la libre circulation. » Site de Les Amis de la Terre International, rubrique Actualités, novembre 2017, URL : https://www.foei.org/fr/accueil/les-populations-touchees-par-le-changement-climatique, consulté le 01/05/2021

6/ Image de couverture


Birgit

Parcours d´études universitaires hétéroclite. Depuis toujours grand intérêt pour les sciences et les techniques sans jamais l´avoir transformé en projet professionnel. Métier exercé avant tout et pratiqué également à présent : ingénierie de formation. En Master Sciences et Société depuis 2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search