Représentation sociale et prise en charge médicale de l’obésité

Le Code de la santé publique affirme que « aucune personne ne peut faire l’objet de discriminations dans l’accès à la prévention ou aux soins ». Pourtant, de nombreuses personnes en situation d’obésité dénoncent toutes sortes de violences subies dans le domaine médical, en raison de leur poids.

Pour faire suite à l’article « Obésité : histoire sociale et médicale d’un phénomène clivant » nous allons cette fois nous intéresser aux représentations actuelles de l’obésité, particulièrement dans le domaine médical. Le but de cet article et de comprendre en quoi le rapport sociétal au corps gros impact la prise en charge médicale des personnes en situation d’obésité.

Obésité et société

Il n’est pas bien compliqué de se rendre compte que le corps gros n’est pas l’idéal de notre société. Que ce soit dans les magazines de mode, les émissions télévisées ou encore sur les réseaux sociaux, la finesse est prônée. Découle de cette fascination pour la minceur une forte discrimination envers les personnes en surpoids : la grossophobie. Celle-ci se définit comme une attitude de discrimination envers les personnes obèses ou en surpoids. Un nombre grandissant de personnes dénoncent ces injustices qui touchent tous les aspects du quotidien, en allant du monde professionnel à la vie privée.

« Nous subissons une violence quotidienne. Lorsque je fais mes courses, par exemple, les gens regardent mon panier. Si je prends une tablette de chocolat, j’ai le droit à des réflexions comme : « Ah, on comprend mieux… », accompagnées de regards appuyés ».

Gabrielle Deydier, 2019

Malgré cela, cette forme de discrimination n’est pas encore complètement reconnue aujourd’hui, comme le souligne l’auteure Gabrielle Deydier dans une interview pour le magazine Psychologies. La grossophobie sociétale que l’on vient de décrire touche malheureusement aussi une partie du personnel soignant. Cette vision négative du corps gros est, dans certains cas, un obstacle à une prise en charge médicale correcte des patients souffrant d’obésité.

Grossophobie : une barrière pour l’accès aux soins

La grossophobie des soignants est notamment évoquée dans une « Lettre ouverte d’une fille grosse aux toubibs ». Dans ce témoignage, Anouch, obèse et militante anti-grossophobie, décrit les différentes formes de violences médicales qu’elle a pu subir au cours de son parcours. Elle explique redouter les consultations médicales et toujours attendre au maximum pour se rendre chez le médecin, par peur des remarques et du jugement. Elle demande un changement de la manière de traiter les patients en surpoids dans le cadre médical. Mais les patients ne sont pas les seuls à dénoncer cette situation. En effet, certains soignants cherchent à analyser et comprendre ce phénomène de grossophobie médicale. Plusieurs types de complications peuvent découler de cette mauvaise prise en charge des patients en fort surpoids, complications bien plus graves que de simples problèmes de communications ou relationnels. Les soignants grossophobes peuvent, sans s’en rendre compte, effectuer de mauvais diagnostiques, menant parfois à des erreurs dans les parcours de soins. Les raisons avancées pour expliquer cette discrimination des obèses par les professionnels de santé sont souvent en lien avec une non compréhension de la situation des patients. De la même façon que la société juge les obèses comme des personnes fainéantes, certains soignants pensent que ceux-ci manquent de motivation et de rigueur.

Photographie de l’hôpital Necker à Paris.

Vers une amélioration des prises en charges ?

Malgré ces problématiques, un changement des mentalités est en route. L’obésité est de plus en plus considérée comme une maladie sérieuse, ne dépendant pas seulement de la bonne volonté des patients. Les professionnels de santé sont bien sûr invités à encourager une perte de poids chez les patients obèses, mais cela doit se faire de la bonne manière. Les patients ne doivent pas être jugés ou incriminés. Le but recherché est un accompagnement, prenant en compte la maladie qu’est l’obésité, mais ne se focalisant pas sur celle-ci. C’est la communication entre patients et soignants qui doit principalement être améliorée pour espérer une amélioration des conditions de prise en charge médicale des patients souffrants d’obésité.

« Le corps appartient à chacun, qu’il est du registre de l’intime et n’est pas destiné à être rectifié à tout prix au nom de normes sociales en vigueur ».

Patrick Conrath et Delphine Goetgheluck, 2013

Il est important de garder en mémoire que l’obésité est une maladie qui nécessite un suivi médical régulier. La stigmatisation des personnes obèses par le corps médical doit donc impérativement cesser, si l’on veut garantir à ces patients une prise en charge médicale correcte.

Retrouvez une liste de soignants aux comportements éthiques et respectueux sur https://graspolitique.wordpress.com/liste-safe/

Références bibliographiques

Mathieu Blard, « Grossophobie : « Nous, obèses, subissons une violence quotidienne ! » », Psychologies, 2019. En ligne : https://www.psychologies.com/Planete/Vivre-Ensemble/Interviews/Grossophobie-Nous-obeses-subissons-une-violence-quotidienne. Consulté le 05/05/2021.

Anouch, « Lettre ouverte d’une fille grosse aux toubibs », Streetpress, 2017. En ligne : https://www.streetpress.com/sujet/1494949204-stop-grossophobie-medicale. Consulté le 06/05/2021.

Patrick Conrath et Delphine Goetgheluck, « Images des corps », La journal des psychologues, 311, 2013, 3. En ligne : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2013-8-page-3.htm?contenu=article. Consulté le 05/05/2021.

Antoine Cuvelier et Camille Taillé, « Face aux patients obèses : un nécessaire changement de paradigme », Revue des Maladies Respiratoires, 36, 2019, 915-918. En ligne : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0761842519302797. Consulté le 04/05/2021.

Crédit photographique

Hopital Necker Paris par Furcifer Pardalis, licence CC BY-NC 2.0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search