Le numérique, une injonction à l’innovation du musée de demain ?

Durant les confinements, l’imaginaire, la découverte, le divertissement ont généralement été le désir de nous tous ; créer l’émotion, l’imprévu, la surprise, l’étonnement à travers cette monotonie soporifique. Nous recherchons – pour contrebalancer un quotidien où chaque sortie se doit d’être nécessaire à notre survie – un échappatoire culturel et divertissant. Quel meilleur endroit que le musée pour répondre à ces attentes sociales ?

La médiation physique sur le banc de touche

Le sacrifice de la médiation physique a contraint la communauté muséale à transmettre autrement. Un auto-diagnostic incessant s’opère dans chaque institution, chaque communauté, chaque individu, et s’accélère exponentiellement depuis la crise sanitaire. Reconsidérer ses méthodes et ses techniques est l’ambition unanime de tout musée. Il serait déraisonnable de ne pas exploiter ce temps pour innover, embellir et enrichir le monde muséal. Naturellement, la médiation à distance a été la démarche dominante utilisée depuis plus d’un an, mode de transmission où tous les efforts se sont concentrés.

Photo de Magda Ehlers provenant de Pexels

Si la médiation à distance est en vogue, c’est parce qu’elle permet au musée de préserver son rôle social. Cette médiation essentiellement connectée gravite autour de deux intentions, influencées par les besoins de la population : une ludification de la méditation et de la connaissance transmise, ainsi qu’une démystification du « musée traditionnel » (Macdonald, 1993[1]).

La médiation à distance n’a pas comme ambition de supplanter la médiation physique. Néanmoins, nous ne devons pas ignorer les possibilités que nous offre ce dispositif. En effet, elle permet de rendre plus accessible la culture à une population géographiquement isolée, à une population ne pouvant pas se déplacer (hôpitaux, prison, handicap), ou à une population ne pratiquant pas la langue territoriale, provoquant alors une diversification des publics. En élargissant les lieux de partage et de transmission de savoir, on élargit également le temps de ce dernier. En effet, lorsque je vais à un musée, je peux, si l’envie me chante, accéder à sa collection via le web, avant ou après ma visite. Ma relation avec le musée peut perdurer dans le temps.

L’ancrage de la médiation à distance dans le monde muséal, complété par la prise de conscience de ses avantages et de sa facilité d’adaptation, donnent un argument capital au camp technophile de la communauté muséale. Comment peuvent riposter leurs opposants, défenseurs du réel ? La médiation à distance durant le confinement a-t-elle fait pencher la balance pour les partisans du virtuel ?

La relation musée -visiteur de plus en plus fusionnelle… et virtuelle

Depuis les années 1970, le discours culturel et politique converge vers une participation plus étendue de la population dans la culture. La relation entre le musée et le visiteur se consolide. Cette fusion durable s’étend incessamment moyennant des musées davantage inclusifs et s’éloignant du « musée traditionnel » ; le corps du visiteur devient acteur dans la médiation muséale. Toute innovation tend à placer la corporéité et les sens du visiteur comme finalité première.

Les outils numériques interactifs sont très bien placer pour mettre cette corporéité en valeur en le stimulant par divers mécanismes ; le visiteur n’est plus passif, il fait partie à part entière au processus de médiation par la participation, le divertissement, et le loisir, qu’installe le virtuel. L’expérience de visite s’éloigne progressivement de celle des musées traditionnels, et nous pouvons voir les outils digitaux de médiation se diversifier et évoluer. Les aînés du numérique muséal sont les dispositifs numériques mobiles et fixes comme les smartphone, tablette tactiles, bornes. Par la suite, les institutions muséales se sont installées sur le territoire du web et des réseaux sociaux, ce qui a entrainé sans étonnement la numérisation du patrimoine. Désormais, nous avons à faire aux outils multimédias, permettant une interaction davantage charnel entre le musée et son visiteur, et plaçant son corps au centre de toutes les attentions.

Photo de VAZHNIK provenant de Pexels

La relation visiteur-musée est renforcée par le numérique, trait d’union de leur alliance. Tous les sens du visiteur sont exploitées pour une immersion maximale et une appropriation de l’espace muséal par le corps.

Cette muséologie moderne s’harmonise et s’intensifie à travers le règne du numérique. Les innovations participatives des musées s’articulent majoritairement autour des innovations numériques, elles vont de pair. Est-ce que la participation des visiteurs au musée deviendrait dépendante de l’actualité technologique ?

Ne pas se précipiter…

In the race to deliver, I worry we may distract ourselves from the potential to envision and deliver true community value.

(Nina Simon, 2020)

Dans le monde muséale, cet objectif louable d’innovation et de rétrospection générale dégénère maladroitement en « race to deliver [2]» (Nina Simon, 2020). Cette pression engendre des prises de décisions rapides, sans réflexion profonde, et l’utilisation du numérique devient l’unique solution immédiate et garantie. En outre, depuis les années 80, la norme muséale place le numérique comme une injonction, comme la logique évolution de chaque musée, jusqu’à ternir les musées non équipés digitalement (manque financier, pas d’outils digital adapté).

L’instauration de nouveaux outils numériques est surcommuniquée par les musées, surfant sur l’engouement technophile de la société. La promotion d’un nouvel évènement numérique dans un musée est généralement décrit sous une perspective révolutionnaire face au public. Il nous paraît évident qu’une innovation numérique est obligatoirement bénéfique et va faire évoluer favorablement le milieu dans lequel il est mis en place, ce qui rend le rend essentiel, et de ce fait inévitable. Le numérique n’est plus considéré comme un dispositif original, mais comme une norme.

Eva Sandri, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, met en lumière l’injonction au numérique dans l’institution muséale.

Voyage au centre de la thèse, n°4: Eva Sandri, série proposée par l’association Mêtis.

Le numérique est, dans l’univers muséal, un outil de médiation ; il fait le lien, unit irrésistiblement le visiteur avec le musée. Dans ces jours difficiles, nous, en tant qu’être pourvu de sens et d’émotions, estimons, et aspirons au partage culturel et sensible. A ce jour, je pense que l’environnement numérique n’a pas encore les clés pour envahir pleinement le milieu muséal physique, parce que nous avons pris conscience de la richesse de l’interaction avec le monde.

Bibliographie:

  • Camille Jutant, Aude Guyot et Annie Gentès, « Visiteur ou joueur ? », La Lettre de l’OCIM, 125 | 2009. En ligne : http://journals.openedition.org/ocim/243. Consulté le 1 mai 2021.
  • Eva Sandri, “Musée et médiation par le numérique : vers une approche critique”, publié sur Com’en Histoire, le 4 avril 2018. En ligne : https://cehistoire.hypotheses.org/1276. Consulté le 1 mai 2021.
  • Florence Andreacola, « Musée et numérique, enjeux et mutations », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 5 | 2014. En ligne : http://journals.openedition.org/rfsic/1056. Consulté le 25 avril 2021.
  • Nina Simon, « Comment puis-je contribuer ? Quatre étapes qui m’aident à trouver une réponse. », 5 avril 2020 (« How Can I Contribute? Four Steps I’m Taking to Figure it Out », 29 mars 2020, traduit de l’anglais par Alexia Jacques-Casanova). En ligne : https://www.artizest.fr/nina-simon-comment-puis-je-contribuer/. Consulté le 26 avril 2021.
  • Yann Emery, « D’un confinement à l’autre. Récit d’une expérience de médiation à distance », La Lettre de l’OCIM, 194 | 2021. En ligne : http://journals.openedition.org/ocim/4253. Consulté le 1 mai 2021.
  • Sébastien Appiotti et Éva Sandri, « « Innovez ! Participez ! » Interroger la relation entre musée et numérique au travers des injonctions adressées aux professionnels », Culture & Musées, 35 | 2020. En ligne : http://journals.openedition.org/culturemusees/4383. Consulté le 2 mai 2021.

Pour aller plus loin :

  • Eva Sandri, Les imaginaires numériques au musée – Débats sur les injonctions à l’innovation, Paris, MkF Editions, « Les essais numérique », 2020.

Ressource :


[1] MACDONALD, Sharon. (1993). « Un nouveau « corps des visiteurs » : musées et changements culturels ». Publics et Musées, n°3, 1993, p. 13-27.

[2] « Course à l’action » : Nina Simon, « Comment puis-je contribuer ? Quatre étapes qui m’aident à trouver une réponse. », 5 avril 2020 (« How Can I Contribute? Four Steps I’m Taking to Figure it Out », 29 mars 2020, traduit de l’anglais par Alexia Jacques-Casanova). En ligne : https://www.artizest.fr/nina-simon-comment-puis-je-contribuer/. Consulté le 26 avril 2021.


elisajoly

Titulaire de la licence de "Sciences de la Vie" à l'Université de Strasbourg, j'ai souhaité approfondir mon rapport à la science d'un point de vue épistémologique par le biais du Master Science et Société. Ayant toujours été passionnée par la transmission de savoirs scientifiques chez les plus jeunes, j'aspire à évoluer dans le domaine de la médiation scientifique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search