Combien pour votre vie privée ?

En échange de quoi seriez-vous prêts à céder votre vie privée ? Rangez vos euros, dans le nouveau monde digital vos données personnelles sont la monnaie d’échange !

Cette conception libérale des données à caractère personnel est une idée très largement répandue parmi les grands acteurs du web. Les internautes accepteraient de céder certaines de leurs données personnelles, et d’abandonner une partie de leur vie privée en échange de services gratuits, plus performants, mieux personnalisés. Une vision de plus en plus contestée. Cet article a pour but de donner un petit aperçu de la manière dont les développements technologiques récents contribuent à la transformation du concept de vie privée (privacy).

titre: vie privée facebook
auteur: downloadsource.fr

La société de la mesure

Ces dernières années, la quantité de données collectées et stockées a augmentée de manière exponentielle. De plus en plus d’aspects de notre vie quotidienne font l’objet de mesures, et donc de collecte de données. Il peut s’agir de mesures effectuées directement par des entreprises, lorsque vous surfez sur Internet, par le moyen de cookies par exemple. Mais comme l’explique le sociologue Dominic Cardon, ces mesures sont souvent effectuées par les individus eux-mêmes (Cardon, 2015). Vous possédez probablement vous-mêmes un certain nombre d’objets connectés ou d’applications permettant de mesurer une activité habituelle, ce qui peut vous être utile par exemple pour vous perfectionner dans un certain domaine comme c’est le cas pour des mesures liées aux pratiques sportives, ou pour obtenir un meilleur service, comme c’est le cas lorsque vous autorisez Google Map à vous géolocaliser par exemple. Cette multiplication des pratiques de production des données a donné lieu à ce que le chercheur Jose van Dijck qualifie de datafication (mise en données) de la société (Dijck, 2014).

Vers la fin de la vie privée ?

Ces données représentent un intérêt considérable aussi bien pour les États qui les utilisent à des fins de surveillance et de sécurité comme l’a révélé avec fracas l’affaire Snowden, que pour les entreprises privées qui les utilisent à des fins commerciales, de ciblage publicitaire et pour proposer des services plus adaptés et personnalisés à leurs utilisateurs avec des algorithmes qui nécessitent de plus en plus de données pour fonctionner (sur le fonctionnement des algorithmes du web, je vous encourage à aller voir mon billet de blog à ce sujet). C’est pour cette raison que les données personnelles sont souvent désignées comme « le nouveau carburant de l’internet et la nouvelle monnaie du monde digital » (M. Kuneva lors d’un discours à la commission européenne). Ainsi, les données personnelles sont vues par beaucoup comme une monnaie d’échange permettant d’accéder à des services gratuits et mieux personnalisés contre l’abandon d’une partie de sa vie privée. Si bien que certains, s’estimant lésés dans cette échange, proposent de « monétiser » réellement les données personnelles, c’est-à-dire de faire payer les entreprises pour ces données (et non simplement de proposer des services plus performants), comme c’est la proposition de Stuart Lacey dans ce « TEDx talk » très intéressant (pour ceux qui comprennent l’anglais).

Cependant, cette conception implique un abandon progressif de la vie privée. Sans compter que en cas de monétisation des données personnelles, on pourrait très bien imaginer une société où la vie privée serait le privilège des plus riches. Si bien qu’on tendrait finalement vers une disparition de la vie privée, comme le sous-entendait le mathématicien Vint Cerf, co-inventeur des célèbresInternet Protocol et Transmission Control Protocol et présenté sur sa page Wikipédia comme l’un des pères fondateurs de l’Internet, qui affirmait que « la vie privée pourrait être une anomalie » : le concept de protection de la vie privée serait apparu à la fin du XIXe siècle en réaction au développement du journalisme et amené serait destiné à redisparaître.

Une transformation du concept de vie privée

Pourtant, si cette manière de considérer les données personnelles comme une monnaie d’échange est très présente chez les acteurs de la Silicon Valley, et semble être globalement la vision reflétée dans les règlements sur la protection des données que ce soit aux États-Unis ou en Europe, les utilisateurs de services en ligne semblent en réalité loin d’être prêts à abandonner leur droit à la vie privée. Plusieurs chercheu.r.se.s tel.le.s que Susan Barnes ou Patricia Norberg ont soulevé ce « paradoxe de la vie privée » : sur Internet, et en particulier sur les réseaux sociaux, les utilisateurs exposent leur vie privée en échange de services, sans toutefois abandonner de hautes exigences concernant le respect de leur vie privée. En témoigne le développement de nombreuses technologies de chiffrement des données. Ainsi Whatsapp par exemple a inscrit en 2016 par défaut le chiffrement bout-à-bout dans son application (Musiani, 2016). Ainsi, face à ce qui semble être un paradoxe, le sociologue Antonio Casilli affirme, que plutôt qu’une disparition de la vie privée, on assiste à une transformation de ce concept. Pour lui, « la vie privée a cessée d’être un droit individuel pour devenir une négociation collective » (Casilli, 2014, p. 430). C’est-à-dire que la « sphère intime » d’une personne ne se réalise plus individuellement mais résulte d’une négociation entre individus sur les réseaux sociaux pour décider de se qui peut être dévoilé : « les individus s’entraident à adapter les informations qu’ils partagent en développant des postures d’écoute et de collaboration », et aucune des informations dévoilées n’est privée ou intime en soi (Casilli, 2014, p. 431). À plus grande échelle, la vie privée se négocie également avec les organisations industrielles et étatiques pour « adapter les règles et les conditions d’usage des services aux besoins des utilisateurs ».

Et vous, que pensez-vous du respect de la vie privée en ligne et de l’usage qui est fait des données à caractère personnel ? Avez-vous également constaté une transformation du concept de vie privée avec le développement de l’Internet ?

Références

Barnes, Susan B., ‘A Privacy Paradox: Social Networking in the United States’, First Monday, 11.9 (2006) <https://doi.org/10.5210/fm.v11i9.1394>

Cardon, Dominique, À quoi rêvent les algorithmes: nos vies à l’heure des big data (Paris, France: Seuil : la République des idées, 2015)

Casilli, Antonio, ‘Quatre thèses sur la surveillance numérique de masse et la négociation de la vie privée’, 2014 <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01055503> [accessed 31 May 2019]

Dijck, Jose van, ‘Datafication, Dataism and Dataveillance: Big Data between Scientific Paradigm and Ideology’, Surveillance & Society, 12.2 (2014), 197–208 <https://doi.org/10.24908/ss.v12i2.4776>

‘Google’s Cerf Says “Privacy May Be An Anomaly”. Historically, He’s Right.’, TechCrunch <http://social.techcrunch.com/2013/11/20/googles-cerf-says-privacy-may-be-an-anomaly-historically-hes-right/>

Kuneva, Meglena, ‘Keynote Speech SPEECH/09/156’(Roundtable on Online Data Collection, Targeting and Profiling March 31,2009) <http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-09-156_en.htm>.

Musiani, Francesca, Internet et vie privée (UPPR Editions, 2016)

Norberg, Patricia A., Daniel R. Horne, and David A. Horne, ‘The Privacy Paradox: Personal Information Disclosure Intentions versus Behaviors’, Journal of Consumer Affairs, 41.1 (2007), 100–126 <https://doi.org/10.1111/j.1745-6606.2006.00070.x>

‘Vint Cerf’, Wikipédia, 2019 <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?itle=Vint_Cerf&oldid=159425504>

source de l’image (image sous licence CC by 2.0) : https://www.flickr.com/photos/downloadsourcefr/16042687618

source de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=JIo-V0beaBw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search