Quand le zoo nous éloigne des animaux

La visite au zoo est incontournable dans l’éducation d’un enfant. Vu comme un lieu d’amusement et d’apprentissage, celui-ci peut, cependant, provoquer des émotions et comportements bien plus complexes dans certaines conditions. 

Les primates, un modèle ambigu d’étude du rapport entre l’animal et le visiteur 

L’enquête a ainsi été réalisée par l’observation du comportement de deux espèces de primates et des visiteurs devant leurs cages. Le choix de ce modèle s’explique par le statut énigmatique de ces animaux portant un masque de figure humaine. En effet, le singe présente des similarités extérieures avec l’Homme mais une intériorité complexe qui depuis toujours nous trouble et éveille en nous des sentiments contradictoires. Cette imputation de qualités mentales à l’animal ou anthropomorphisme est donc analysée dans ce contexte d’interaction en face à face avec des primates captifs. Il s’agit donc d’une récolte de données qualitatives permettant d’analyser le rapport entre le visiteur et un animal de zoo qui, de plus, lui ressemble sur certains points.

La théorie de l’esprit au cœur de la visite 

Les observations ont mis en évidence, premièrement, le désir quasi systématique de nommer ce que fait l’animal, de chercher à « lire » ses pensées et intentions. Le cas des orangs-outangs est particulièrement intéressant dans cette analyse. En effet, ce primate jugé plus proche de nous que les cercopithèques participant également à cette étude, présente des comportements anarchiques et aléatoires difficiles à interpréter et sortant du contexte habituel comme la recherche de nourriture ou la toilette par exemple. On attribue cependant à ce dernier des états mentaux plus sophistiqués et des intentions de niveau supérieur comprenant une conscience sociale. La parenté perçue et la lisibilité du comportement ne sont donc pas les seuls motifs d’attribution de qualités mentales à une espèce, on peut y ajouter l’interaction avec le public, son sentiment d’être le destinataire des actions de l’animal. 

Cette interaction pourrait laisser penser au visiteur qu’il se trouve en face d’un être conscient dont les actes sont réfléchis et transgresser la frontière de l’humanité mais ce n’est pas le cas. En effet, le public passe de commentaires laissant entendre que l’animal s’adresse vraiment à lui à d’autres remarques, le remettant dans le contexte de la visite, lui rendant ce statut de simple « objet » d’exposition. La situation interactive est ainsi partielle et s’arrête brusquement quand les visiteurs passent aux autres animaux. 

Des animaux perçus comme fictifs, irréels

Ce lieu donne parfois l’impression que le visiteur ne croit pas vraiment en ce qu’il voit. Lorsqu’un animal semble lui sourire il le remarque mais ne réagit pas comme dans la vie réelle, il ne sourit pas en retour. De plus, il utilise la métaphore de manière exagérée (« elle fait la vaisselle ») créant une ambiguïté dans l’interprétation du comportement animal qui va d’un côté rapprocher l’animal de l’humain et l’aider à comprendre ses actes mais de l’autre, instaurer une distance en choisissant délibérément des interprétations peu crédibles voir aberrantes qui finalement l’empêche de comprendre réellement l’espèce. 

Il y a une nette distinction de « nature » entre les humains et les animaux exposés. Ce type d’anthropomorphisme s’oppose à l’empathie et permet au visiteur de minimiser la situation, de ne pas se demander ce que ressentent ces animaux enfermés. 

De l’euphorie au malaise…

Au cours de la visite, le public peut passer de l’euphorie, avec rires et applaudissements, au malaise voire à l’angoisse. L’euphorie survient dans un certain contexte, celui d’une représentation théâtrale où l’animal a un rôle d’« amuseur » et le visiteur de « spectateur ». Les rôles sont bien définis et ce type d’interaction apporte plaisir et gaieté car l’animal donne l’impression qu’il joue volontairement son rôle. 

Le visiteur se trouve aussi quelques fois dans une position gênante de voyeur lorsqu’il est confronté à un animal qui ne joue pas son rôle de représentant typique d’une catégorie. Le cadre spectateur/amuseur ne tient plus et laisse place à un silence, à un sentiment d’incommunicabilité car l’interaction au zoo n’est que partielle, il n’y a pas de réelle communication. Le visiteur à cette impression contradictoire que le singe s’adresse à lui mais ne lui « dit » rien. 

L’étude montre également que les visiteurs parviennent à ignorer volontairement l’empathie pouvant être source de malaise, de tristesse et qu’ils peuvent reconnaitre des états mentaux aux animaux sans pour autant ressentir cette empathie à leur égard. Cela suggère que ces deux caractéristiques relèvent de processus cognitifs différents. Ainsi, les visiteurs peuvent attribuer des qualités mentales aux singes sans pour autant être touchés par leur enfermement et leur souffrance.  

Quel type d’exposition pour une présentation plus respectueuse de l’animal ? 

Cette étude se déroule dans une ménagerie de construction ancienne typique des parcs zoologiques du XIXe siècle dont l’alignement des cages est représentatif des anciens cabinets d’histoire naturelle. Sa disposition spatiale, donnant une allure d’inventaire, a pour conséquence cette tendance voyeuriste et ce blocage de l’empathie évoqués précédemment. Ils sont dus au manque de connaissance sur l’espèce qui est représenté dans un environnement appauvri le réduisant à un animal-objet et non plus un animal-sujet. En effet, l’empathie est généralement stimulée par une perception de liens entre une espèce et son milieu qui ne sont pas observables dans ce cas précis. Les interactions et observations qui s’y déroulent n’ont pas l’air réelles et l’empathie est jugée non justifiée vis-à-vis d’un animal qui, malgré des ressemblances évidentes reste différent de l’homme, lui est inférieur.  

On prend ainsi conscience de l’importance des conditions d’exposition des spécimens en fonction desquelles le public réagit de manière différente. Il peut ainsi y trouver un moyen de se reconnecter avec la nature peu présente dans ce monde urbanisé et virtualisé. Il peut y découvrir la biodiversité en observant des espèces dans des dispositifs naturalisés divers créant une immersion et montrant l’importance de leur milieu naturel. Mais dans certains cas, comme dans cette ménagerie, il peut en tirer une interprétation erronée qui fait perdre à ce dispositif zoologique son but initialement éducatif. 

Référence

Servais Véronique, « La visite au zoo et l’apprentissage de la distinction humaine », Revue d’anthropologie des connaissances, 2012/3 (Vol. 6, n° 3), p. 625-652. DOI : 10.3917/rac.017.0157. URL : https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2012-3-page-625.htm

Crédit photographique : Zoo par daniel.stark, licence CC-B


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search