Edgar Allan Poe : quand la littérature critique la science

Edgar Allan Poe, écrivain du XIXe siècle célèbre pour ses récits d’horreur et son style précurseur de la science-fiction, nous émerveille encore aujourd’hui. Source d’inspiration intarissable, il stimule les imaginaires des écrivains, cinéastes et artistes contemporains, et fait réfléchir les historiens des sciences sur son implication dans le monde scientifique de son époque. Un homme de science se cachait-il derrière l’écrivain ?  

Edgar Allan Poe "Annie" Daguerreotype restored, par Laurel L. Russswurm, No Copyright
Edgar Allan Poe
Vous avez dit E. A. Poe ?

Rendu célèbre en Angleterre par son Poème Le Corbeau, publié en 1843, Poe connaitra le succès en France suite à la traduction de ses œuvres faite par le poète Charles Baudelaire. Au-delà de ses poèmes, Poe a également publié de nombreux contes faisant référence à la science de son époque, citons par exemple Eureka, où il aborde les grandes thématiques physiques et métaphysiques de son époque en y exposant des idées parfois qualifiées de visionnaires.

C’est personnellement en lisant la nouvelle Petite discussion avec une momie, publiée en 1845, que j’ai commencé à me questionner sur le rapport à la science de l’auteur. Dans une époque marquée par l’essor des sciences et techniques, Poe nous livre des écrits qui nous émerveillent ou qui nous font frissonner, mais qui, lorsqu’on y porte un regard attentif, nous font réfléchir sur le monde scientifique du XIXe siècle. 

Petite discussion avec une Momie

Un soir, le narrateur est réveillé par le Dr Ponnonner qui le convie chez lui : il a obtenu la permission d’étudier et disséquer une momie rapatriée quelques années plus tôt dans le musée de la ville. Le narrateur retrouve donc le Dr Ponnonner vers 23h, où Mr Gliddon et Mr Silk Buckingham sont aussi présents. Après quelques heures passées à étudier la momie dans son ensemble, les quatre personnages finissent par la libérer de sa gaine en papyrus, qui dévoile un corps étrangement en excellent état. Ils ont finalement l’idée de tester -sans attente particulière, et même plutôt pour s’amuser- l’effet d’une pile de Volta sur le corps de la momie.

C’est à leur grande surprise et avec effroi que les quatre hommes provoquent le réveil d’Allamistakeo. S’ensuit alors un échange destiné à comprendre pourquoi la momie est toujours en vie. En répondant aux différentes questions, Allamistakeo montre aux quatre individus qu’ils en savent bien moins sur son époque que ce qu’ils pensaient, et qu’ils se trompent sur bien des choses. La discussion se poursuit sur des comparaisons entre le monde de la momie, et celui des chercheurs : ils y abordent la question de l’architecture, du magnétisme, de la métaphysique, de la médecine, de la politique ; faisant prendre à la discussion une tournure de compétition, qui se terminera de manière bien étrange.

Science et Positivisme au début du XIXe siècle

Le début du XIXe siècle est une période particulièrement marquée par l’essor des sciences et des techniques et représente une période de transition entre le siècle des Lumières et le XIXe siècle marqué par la Révolution Industrielle.

La Révolution Industrielle, notamment en France et en Angleterre, fait que l’Europe devient le bassin du progrès technique et scientifique. Ces progrès font émerger de nouveaux courants de pensée s’inscrivant dans l’héritage de la philosophie des Lumières. Parmi les doctrines les plus marquantes, nous pouvons ici relever celle d’Auguste Comte, philosophe français, qui aura influencé le monde entier en initiant le courant positiviste.

En sciences, le positivisme remplace la croyance, ou toute notion métaphysique, par la recherche des causes premières des choses, notamment par le biais de l’expérience et de l’observation. On cherche ainsi à formuler les lois de la nature pour en dégager les relations constantes qui unissent les phénomènes.

Poe, critique de la science du XIXe siècle

Les dialogues entre les personnages sont intéressants, puisqu’ils permettent à l’auteur de mettre en comparaison les exploits scientifiques, techniques et politiques du XIXe siècle, mais aussi parce qu’ils sont dévalorisés à travers les propos de la momie sur son époque. Tout au long de la nouvelle, Poe tournera en dérision les quatre personnages censés représenter la science et le savoir.

Ainsi, le narrateur anonyme se ridiculise à travers le manque de pertinence des questions qu’il pose à la momie. Le savoir de Silk Buckingham et de Gliddon, spécialistes de l’Egypte, est remis en cause par la momie, qui s’étonne de leurs connaissances plus qu’approximatives sur son époque : « Un des quoi Egyptiens ! […] Monsieur Gliddon, je suis réellement étonné de vous entendre parler de la sorte » (p.29). Quant au docteur Ponnonner, égyptologue amateur, il ne semble même pas avoir le mérite de s’attirer l’attention de la momie, puisqu’elle le qualifie elle-même de « pauvre petit gros sot qui ne sait rien de rien » (p. 20).

Les quatre personnages, sûrs d’eux et certains de leur supériorité scientifique, finissent, par comprendre -sans l’admettre- que le savoir égyptien de l’époque d’Allamistakeo était équivalent, voire supérieur à celui de leur époque.

C’est particulièrement la figure de Gliddon qui va incarner le positivisme et cette idée de recréer la vérité à travers l’observation et les faits. En effet, les égyptologues, par leurs voyages, leur apprentissage et leurs observations sur le terrain, sont certains d’avoir acquis un savoir suffisant pour connaître le passé avec certitude. Pourtant, Allamistakeo qui fait figure d’autorité puisqu’il est directement issu du passé, leur montrera qu’ils ont tort sur bien des points.

Poe tourne en ridicule ces quatre personnages qui représentent la science du XIXe siècle, non seulement parce qu’ils sont presque humiliés par la supériorité intellectuelle de la momie, mais également parce que leur comportement et leur attitude sont tournés en dérision par l’auteur à travers un vocabulaire minutieusement choisi.

Poe semble d’ailleurs à plusieurs reprises prendre la parole à travers le narrateur pour critiquer explicitement son époque. Par exemple, lorsque le narrateur se dit à lui-même, « Mais, peut-être, la vraie raison doit-elle être cherchée dans l’esprit de ce siècle, qui procède entièrement par la loi des contraires, considérée aujourd’hui comme solution de toutes les antinomies et fusion de toutes les contradictions. » (p.21), ou encore lorsqu’il transmet ses inquiétudes par rapport à l’avenir en disant, « La vérité est que cette vie et généralement tout le dix-neuvième siècle me donnent des nausées. Je suis convaincu que tout va de travers. En outre, je suis curieux de savoir qui sera élu président en 2045. » (p41).

Pour terminer

Petite discussion avec une momie, nous permet à travers le regard d’Edgard Allan Poe, d’accéder à une cPetite discussion avec une momie, nous permet à travers le regard d’Edgard Allan Poe, d’accéder à une compréhension particulière de l’histoire du XIXe siècle via la critique qu’il fait de la science de son époque. En plus d’être une satire de la science et des scientifiques, cette nouvelle nous apporte un témoignage intéressant, sur un siècle présenté comme étant celui des grands progrès scientifiques. Edgar Allan Poe nous prouve que, bien que la littérature soit un domaine différent de l’histoire ou des sciences, les témoignages fournis par les auteurs à travers leurs écrits sont intéressants pour comprendre leur vision du monde et de leur époque, permettant ainsi aux historiens d’accéder toujours plus à de nouveaux niveaux de compréhension de l’histoire. 

Bibliographie :

POE E.A., 2007, Petite discussion avec une momie, Paris, Folio (Some Words with a Mummy, 1845,  The American Review : A Whig Journal, traduit de l’anglais (USA) par Charles Baudelaire).

TRAFTON S., 2004, “The curse of the mummy”, Egypt Land : Race and Nineteenth-Century American Egyptomania, Durham and London, Duke University Press.

Pour aller plus loin:

Tresch John, 1997, « The potent magic of verisimilitude. Edgar Allan Poe within the mechanical age », British Journal for the History of Science, vol. 30, p. 275-290.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search