La science et le scientifique dans le cinéma de science-fiction

“Ce qui donne véritablement naissance à la SF, c’est le développement scientifique” [1] Mais quels sont la science et les scientifiques présents dans Star Wars ou 2001 : l’Odyssée de l’espace? Éric Dufour s’est intéressé à ce sujet.

La science dans le cinéma de science-fiction

La science est représentée de façon différente suivant le genre de SF dans laquelle elle est présente.

La SF space opera ne se préoccupe pas des avancées en technoscience (techniques rendues possibles par la science), pas plus que de vraisemblance. Elle fait du cinéma un lieu où tout est possible en termes de sciences et de technologie et met l’accent sur la dimension spectaculaire. Dans ces films, on entend les vaisseaux spatiaux exploser et les protagonistes visitent des planètes inhabitables. La saga Star Wars (G. Lucas, 1977-2005) est un exemple de SF space opera.

Au contraire, la SF scientifique met l’accent sur la vraisemblance et la véracité de la science. La SF scientifique est illustrée pour la première fois, selon l’auteur, par Destination Moon (I. Pichel, 1950), qui vulgarise les concepts de technoscience. À cette fin, le réalisateur a recours à des conseillers scientifiques pour améliorer la crédibilité scientifique du film. On peut aussi citer 2001 : l’Odyssée de l’espace (S. Kubrick, 1968) comme exemple connu de SF scientifique.

Eric Dufour dégage trois éléments dont dépend la science représentée dans le cinéma de SF. D’abord, des possibilités que la science offre au moment où le film est produit. Ensuite, de la technologie qui permet certains types d’images. Pour appuyer cette idée, l’auteur donne l’exemple de When Worlds Collide (R. Maté, 1951) et 2012 (R. Emmerich, 2009). Selon lui, 2012 réalise ce que When Worlds Collide n’avait pas pu faire grâce à la technologie numérique, en montrant un évènement, la fin du monde, sous toutes ses coutures, plutôt qu’une représentation abstraite de la maquette d’une ville. Enfin, la science représentée au cinéma dépend des préoccupations scientifiques au moment où est réalisé le film (guerre froide dans la SF des années 1960, préoccupation écologique dans les années 1970, progrès de la génétique, …). 

Poster du film When Worlds Collide

Le scientifique dans le cinéma de science-fiction 

On retrouve dans les films de SF plusieurs figures usuelles du scientifique : le savant vieillissant en blouse blanche, inattentif à son apparence physique ou encore le scientifique représenté sous un tableau couvert d’équations incompréhensibles. Mais selon Eric Dufour, la véritable identité du personnage est révélée par le discours qui fait apparaître la dimension scientifique du savant. Le discours produit « l’effet science » sur le spectateur : l’explication scientifique donnée, qu’elle soit inventée ou non, donne une impression de validité du discours car elle fait appel des procédés techniques incompréhensibles pour le profane. L’auteur donne l’exemple de Starcrash (L. Cozzi, 1978), où deux hommes clament « Entrons dans l’hyperespace ! » en manipulant de faux boutons en plastique. C’est le discours qui donne une crédibilité à cette scène[2]. On peut noter que les auteurs de science-fiction s’approprient les mots et les concepts des sciences pour que les scènes soient plus intéressantes et plus crédibles. C’est également le cas en littérature. Comme le précise cet article, la scientificité d’un personnage lui donne de la crédibilité et de la cohérence.

Selon Eric Dufour, c’est le cinéma de SF anglais (Les Damnés, J. Lorsey, 1963) qui repose la question de la représentation du scientifique en montrant que ce sont les découvertes scientifiques elles-mêmes (et non leur utilisation) qui sont conditionnées à être réalisées ou non en fonction de choix moraux et politiques. Dans Orange mécanique (S. Kubrick, 1971), Kubrick représente la science comme dans la réalité, c’est-à-dire la science comme pratique sociale : non désintéressée et au service du pouvoir. Il montre que les besoins et attentes de la science sont fixés par le pouvoir politique, qui oriente comment la science doit être pratiquée. 

La perméabilité de la science à son environnement social et politique s’accroît dans les films américains contemporains. Dans Alien (R. Scott, 1979), c’est le progrès de la science qui rend inévitable la mise à mal des valeurs morales. Dans Robocop (P. Verhoeven, 1987), c’est le financement de la science par des entreprises privées qui en est responsable et le scientifique qui apparait comme corrompu.

Conclusion

En conclusion, plusieurs éléments permettent de représenter la science dans le cinéma de SF ; les effets spéciaux qui permettent de simuler des techniques qui ne sont pas encore inventées ; les décors, et la dimension sonore qui donne une scientificité aux discours.

Les films de SF, qu’ils fassent partie de la space opera ou de la SF scientifique, sont en relation avec les préoccupations de l’époque de leur réalisation. Reflets des progrès scientifiques, ces films permettent d’imaginer des possibles qui parfois se réalisent ensuite. 

La représentation de la figure du scientifique a évolué dans les films de SF. Selon Eric Dufour, le cinéma contemporain de SF présente l’image d’un scientifique corrompu, perméable aux enjeux de pouvoir politique et économique.


Bibliographie

Article de référence : Dufour E., 2012, « Les représentations de la science et du scientifique dans le cinéma de science-fiction », Alliage, No. 71, p. 123-134.

[1] Millet G., Labbé D., 2004, La Science-fiction, Paris, Belin, p. 80.

[2] Bellagamba Ugo, Lehoucq Roland, 2019, « Mots et discours de science dans la science-fiction », Socio, N°19, p. 23-44.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search