L’affaire Sésostris III, une controverse entre Art et Science

Pendant 8 ans, la controverse sur l’authenticité de le statue Sésostris III a suscité des débats entre Art et Science. Qui de l’expertise artistique ou de l’expertise scientifique a réussi à démêler le vrai du faux ?

Contexte historique de l’affaire

Les ambitions des époux Pinault

L’achat de la statue de Sésostris III était inédit pour les époux Pinault, et leur projet était de la léguer au musée du Louvre suite à la vente. Mais face au doute sur son authenticité, ils demandèrent la suspension de la transaction, l’annulation de la vente et une expertise.

En 1999, la procédure judiciaire démarre. Pinault fait appel à deux conservatrices du Louvre, spécialistes des antiquités égyptiennes : Elisabeth Delange et Christine Desroches-Noblecourt. Leur objectif était de montrer que la statue était bien antique, dans le but d’un jour acquérir cette statue au profit du musée du Louvre. Existait-il des conflits d’intérêt entre ces deux parties ? Les époux Pinault voulaient-ils que la statue soit déclarée authentique dans le seul but d’en faire don au musée ?

Affrontements entre experts artistiques

En 2000, après 6 mois d’étude artistique, les deux conservatrices présentèrent un rapport détaillé qui récusait tous les arguments exposés quelques mois plus tôt par Dietrich Wildung, un égyptologue allemand. Celui-ci avait déclaré à plusieurs reprises que la statue de Sésostris III était issue d’un faussaire. Selon lui, un nombre aussi grand de maladresse n’aurait pas été permis au sein d’un atelier royal. Mais Delange et Desroches-Noblecourt voyaient ces maladresses comme la preuve de l’authenticité de l’œuvre : un faussaire n’aurait pas pu faire autant d’erreurs. La statue avait dû être réalisée après le règne de Sésostris, ce qui expliquait ces imperfections. Ce serait l’unique statue réalisée après la mort du pharaon, ce qui en ferait une pièce unique.

En parallèle, Wildung relança une expertise photographique avec l’aide de Luc Wartin lors d’un colloque regroupant de nombreux experts artistiques. Mais en 2001, le tribunal conclut que la vente s’était déroulée dans les règles et qu’elle n’était pas annulable.

Un changement d’ambition

Malgré le verdict du tribunal, Pinault voulait annuler la vente car le Louvre ne prendrait pas le risque d’accepter cette statue douteuse au sein de ses collections. Son objectif bascule : il veut désormais prouver que la statue est un faux. Il fit appel, présenta le rapport de Wartin et demanda une expertise scientifique. Mais en 2002, le tribunal annonça que la statue du pharaon avait déjà été identifiée comme authentique. Pinault paya le prix de la statue et des intérêts.

Basculement vers l’expertise scientifique

Suite à la décision du tribunal, Pinault décida de faire analyser scientifiquement la statue de Sésostris III par le laboratoire Francine-Maurer, spécialiste de la datation d’œuvres d’art. En 2003, il demande au tribunal de passer en cassation. Le rapport scientifique est unanime : des traces d’acier chromé sont présentes, matériau développée à partir du XXe siècle. Même si le bloc de pierre est bien antique, les résidus montrent l’utilisation d’outils modernes lors de la réalisation de la statue. La statue de Sésostris III est donc un faux. Cependant, bien que les scientifiques partageaient le même avis au sujet de la fausseté de l’œuvre, le parquet rejeta la demande de révision et s’en tint au rapport d’expertise artistique proposé en 2000.

Et aujourd’hui ?

En 2007, la cour d’appel a rouvert l’affaire et a finalement accepté d’annuler la vente. Les époux Pinault se sont fait rembourser la somme d’1 million d’euros. Le faussaire, créateur du faux Sésostris III aurait même été retrouvé au Caire. Son réseau d’art a été démantelé, et de nombreuses œuvres provenant de son atelier ont été identifiées.

Question de l’expert

L’affaire Sésostris III est une étude de cas spécifique mêlant expertise artistique et scientifique, mais celle-ci peut s’ouvrir à une réflexion plus large.

Tout d’abord, cette affaire soulève des questions sur la figure de l’expert. En France, l’expert se trouve dans la sphère privée et s’exprime en public lors de situations de crises, alors qu’en Allemagne, l’apparition de l’expert est très fréquente et quotidienne. On peut alors noter une différence de pratiques à échelle internationale, où l’expert n’est pas présent et intégré de la même manière au sein de la société.

Ensuite, en France, chacun peut se proclamer expert. Ceci peut mener à de nombreux problèmes car des professionnels ayant des formations et statuts bien différent peuvent atteindre le même degré de crédibilité. Or, certains experts n’ont pas les connaissances suffisantes et abusent de leur notoriété. Ce cas a pu être observé lors de la pandémie du COVID-19, où des ‘experts’ ont étés invités à s’exprimer sur des sujets qu’ils ne maîtrisaient pas toujours.

Enfin, on peut observer que la décision finale de l’authenticité de la statue revient à un troisième acteur : l’expert juridique. Mais celui-ci ne possède aucune connaissance ni compétence en art ou en sciences. A quel point est-il légitime de laisser le choix final à la Justice ? Est-ce là une question de neutralité ou d’ignorance ?

Rapports entre Art et Science

Cette affaire témoigne de tensions au sein du domaine artistique. Il y a des affrontements entre différents experts, qui ne s’accordent pas sur un avis général. Ce cas est moins retrouvé au sein du domaine scientifique, qui tend à s’accorder sur un avis commun. Dans cette affaire, bien que les scientifiques s’expriment sur la base d’un consensus, on voit que cela ne suffit pas à les faire triompher face au domaine artistique qui expose des avis partagés. Nous sommes donc face à un paradoxe : même si les experts artistiques ne sont pas d’accord entre eux, ils ont plus de crédibilité, de pouvoir et de légitimité que les experts scientifiques. Ceci montre la dominance de l’Art face à la Science dans le cas des authentifications d’œuvres d’art, d’où le titre pertinent de l’article « L’art plus fort que la science ? ». Mais n’y a-t-il pas des situations où l’art et les sciences sont complémentaires, plus que rivales ?

Ensuite, cette affaire révèle des tensions entre les différents domaines abordés. L’art semble être présenté comme une des seules discipline restant imperméable aux sciences. Dans l’article, les conservateurs et historiens de l’art sont très réticents face à l’analyse scientifique d’une œuvre, qu’ils utilisent en dernier recours. Ils veulent donc garder les frontières étanches avec la science car elle remettrait trop en question les méthodes stylistiques et artistiques mises au point en histoire de l’art.

Ainsi, cette controverse révèle une concurrence entre disciplines et questionne leur légitimité : ici, l’art domine la science durant une grande partie de l’affaire. Cette lecture met donc en lumière une hiérarchisation et une forme de pouvoir des disciplines.

Références bibliographiques

Alain Quemin, « L’art plus fort que la science ? L’affrontement entre expertise stylistique et expertise scientifique dans une querelle sur l’authenticité d’une œuvre d’art: l’affaire Sésostris III », Sociedade e Estado, 20, 2, 2005, pp. 403-424. En ligne : https://www.scielo.br/j/se/a/XddZZHKmKZDwpNz8PKRwv6h/?format=pdf&lang=fr. Consulté le 03/03/2022.

Yves Miserey, « La polémique sur une statue de Séostris III se poursuit », Le Figaro, 1, 8, pp. 436-438, 2009. En ligne : https://www.lefigaro.fr/sciences/2009/03/02/01008-20090302ARTFIG00436-la-polemique-sur-une-statue-de-sesostris-iii-se-poursuit-.php. Consulté le 03/03/2022.

Illustration

Symboles égyptiens par Lady Escabia (CC)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search