L’expérience Ungemach : les enjeux de la sélection

Au pied du Parlement Européen de Strasbourg, se trouve la cité calme et troublante d’Ungemach. Ce quartier, imaginé dans les années 1920 par Alfred Dachert tel un laboratoire à échelle humaine, va établir une stricte politique de sélection eugéniste de ses habitants.

 

Les Jardins d’Ungemach, projet eugéniste strasbourgeois fondé dans les années 1920, est un véritable laboratoire de sélection humaine. Paul-André Rosenthal, à travers son ouvrage Destins de l’eugénisme, propose une étude micro-historique de ce projet mené à bien et soutenu par la mairie strasbourgeoise jusque dans les années 1980. Il consacre une partie de son œuvre à l’influence scientifique sur la culture eugéniste de l’époque.

 

L’eugénisme à la strasbourgeoise

C’est par hasard, dans les archives de l’Institut National d’Etudes Démographiques que l’historien Paul-André Rosenthal parcourt pour la première fois les affiches, graphiques, tableaux de la Cité-Jardin d’Ungemach. Pendant 60 ans, l’homme d’affaires alsacien Alfred Dachert puis ses prédécesseurs, cherchent à encourager les habitants soigneusement sélectionnés de ce quartier à créer des familles nombreuses. En étroite collaboration avec la mairie, ils vont choisir parmi de très nombreuses candidatures les couples ou familles les plus désireuses d’enfants, mais aussi une excellente santé physique et mentale. Des critères d’âges, de catégories sociales, de mariages mais surtout un engagement à enfanter sont requis. Gare à ceux qui ne se tiennent pas aux exigences natalistes du fondateur de la cité : ils se verront remettre un avertissement, ou se verront expulsés de leurs maisonnettes roses pour ne pas avoir produit suffisamment d’enfants. Bien que la création de cette expérience sociale à grande échelle corresponde aux mouvements natalistes de l’époque, Dachert assume très clairement ses convictions eugénistes derrière l’entreprise. Inspiré par Galton, il s’inscrit dans une démarche relevant clairement « d’eugénisme positif ».1

 

Quand la science sert la sélection

Dans un chapitre qu’il intitule « La culture du triage », Rosenthal évoque la biotypologie2 la science du travail, et les met en perspective avec l’eugénisme. Autant de pratiques se voulant scientifiques et prônant une démographie qualitative pour la société. Ce modèle connaît un certain succès au sein des milieux politiques à partir des années 1930, dans le prolongement de la pensée nataliste, ce qui justifie l’intérêt et le soutien de la mairie strasbourgeoise pour le Jardin d’Ungemach. On voit en parallèle émerger, dans le milieu intellectuel, des pensées s’appuyant sur des contenus et connaissances scientifiques, toujours dans le but de faire progresser l’espèce humaine. Rosenthal cite notamment le philosophe Maurice Halbwachs, le physiologiste particulièrement engagé Maurice Laugier, ou encore le psychiatre Edouard Toulouse et leur souhait d’un « contrôle scientifique de naissances »3 comme Dachert le fait à travers sa sélection des habitants d’Ungemach.

 

Tout n’est pas que biologique…

Bien que la biotypologie débouche sur une sélection de l’individu, elle se distingue de l’eugénisme en bien des points. Les variables biotypologiques (comme la pression artérielle, la capacité respiratoire mais aussi la compréhension de dispositif technique ou la rapidité de pointillage) ont pour but premier de distinguer l’individu « bien doué » de celui qui serait « anormal », afin de pouvoir l’orienter vers un travail qui serait adapté à ses capacités physiques et cognitives personnelles. La sélection s’opère donc en fonction des aptitudes de l’individu, et non de son identité, s’éloignant de la hiérarchisation ou de la comparaison et résidant dans l’utilité. En plus de cela, la biotypologie en tant que discipline considère la diversité humaine sans se concentrer sur des critères raciaux, ethnographiques ou religieux. Marcel Gauchet parle de cette discipline comme « la science de l’eugénisme de la sortie de l’eugénisme ». Les classements scientifiques relatant de la constitution biologique des individus perdent leur sens et sont nuancés par des aspects sociaux qui viennent les contredire. Les facteurs sociaux et économiques mis ensuite en lumière vont « débiologiser » une société découpée en catégories strictes et tempèrent les systèmes de sélection dans un but d’amélioration tel que l’a connu les Jardins d’Ungemach.

Si vous voulez en apprendre plus sur l’histoire de la Cité-Jardin d’Ungemach, Vincent Gaullier et Jean Jacques Lonni ont réalisé un documentaire : « L’expérience Ungemach, une histoire de l’eugénisme ».

 

Bibliographie

Paul-André Rosenthal, Destins de l’eugénisme, Paris, Seuil, « La librairie du XXIe siècle », 2016.

 



Citer ce billet
Nolwenn Quiquemelle (2022, 12 décembre). L’expérience Ungemach : les enjeux de la sélection. Contrepoints. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rafx

  1. L’eugénisme positif, contrairement à l’eugénisme négatif qui vise à éliminer les éléments indésirables (gènes mais aussi personnes, communautés), cherche à encourager la reproduction des caractères considérés favorables dans le but d’améliorer l’espèce. []
  2. Science de l’identité biologique visant à regrouper visant à regrouper les individus dans des catégories strictes []
  3. Contrôle scientifique des naissances que l’on peut traduire sur le point pratique par le développement de la contraception, et théoriquement par l’eugénisme, par exemple la formation de couples combinant des caractères dits favorables ou la stigmatisation de caractères défavorables. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search