Habitudes et Familiarités en Bibliothèque

Vous marchez méticuleusement en ce lieu, dans lequel vos pas résonnent à chaque instant. Votre attitude est solennelle comme celle des autres lecteurs. Quelle que soit la manière dont vous déambulez, et quelle que soit votre personnalité, tous vos gestes détiennent un sens à la Bibliothèque.

Igor Babou, Photographe – ©, Paris (2016), Licence Creative Commons 2.0 BY-NC-ND
Dominique Perrault, Architecte – © ADAGP, Paris (2016)

 

Dans un contexte où l’on demande à la Bibliothèque de se dynamiser, deux chercheuses vont dire « Objection ! ». Judith Dehail et Joëlle le Marec vont nous dévoiler la méconnaissance des promoteurs de dynamisation sur la Bibliothèque, lieu qui serait loin d’être inerte si on observe son activité interne. Cela va se réaliser grâce à une enquête anthropologique dans le Haut-du-Jardin de la Bibliothèque Nationale de France. Cette enquête leur permettra de montrer avant tout qu’il s’agit d’un lieu de savoir, et non de consommation. La Bibliothèque recèle d’énigmes et de mystères qu’il nous faut mettre en lumière et ce, grâce à la communauté qui occupe son espace.

 

Une communauté d’Etudieurs 

Il y aurait d’abord un problème avec le terme « lecteur » ou « étudiant » d’après nos deux chercheuses. Le premier problème de ces termes est l’homogénéisation du public d’une bibliothèque, se révélant en réalité très hétérogène. Dire « lecteur » ou « étudiant » reviendrait à affirmer que le public d’une bibliothèque se retrouve dans ces deux généralités, or il n’en est rien. Chercheur, professeur, étudiant, lycéen, salarié ou même retraité, on y trouve de tout ! Chacun est la bienvenue pour la bonne réalisation de son projet, et cette hétérogénéité fait la force d’une bibliothèque.

Le second problème est que la vocation d’un individu n’est pas forcément seulement de lire ou d’étudier, lectorat et étudiants renvoyant directement aux activités des individus. Un entrepreneur questionné par l’enquête évoque qu’il préfère travailler en Bibliothèque plutôt que dans son entreprise, pour pouvoir mieux réfléchir sur ses activités. Cet individu travaille à la bibliothèque sans pour autant chercher à lire ou étudier. Il est donc évident que la Bibliothèque offre un espace, non pas uniquement pour la lecture ou l’étude, mais aussi pour une myriade de pratiques correspondant à la diversité de son public.

Cette démarche des individus se réalise essentiellement dans un objectif de connaissance. « L’étudieur », un meilleur terme pour les chercheuses, est donc celui qui vient à la Bibliothèque pour mettre à bien « sa pratique ou son projet de savoir », généralement plus efficace dans cette dernière. Mais pourquoi cette meilleure efficacité à la Bibliothèque ?

 

Pourquoi choisir la Bibliothèque ?

S’intéresser à la communauté des étudieurs, c’est avant tout s’intéresser à leurs intentions d’aller à la Bibliothèque. Pourquoi faire le choix de cette institution plutôt qu’un laboratoire, un bureau ou une salle de classe ? On retrouve généralement deux cas de figure.

En allant à la bibliothèque, il serait d’abord plus simple de se documenter dans un espace dédié à la connaissance et aux collections. Les conditions matérielles qu’offrent une bibliothèque sont en effet sans égal dans le travail des étudieurs. Une étudiante en psychologie de l’enquête, par l’accessibilité directe aux ouvrages, affirme être bien plus détendue à la Bibliothèque pour ses révisions. La Bibliothèque apparait dans cet exemple avant tout comme un lieu bénéfique par les collections qu’elle met à disposition, mais cela ne doit pas être son seul critère.

Car effectivement, le plus intéressant dans cet article est l’intérêt des étudieurs pour l’atmosphère énigmatique de la Bibliothèque. Cela est dû notamment au silence qu’instaure ce temple de livres, un silence qui peut être pesant, réflexif ou relaxant. Un rythme sonore s’instaure à travers ce silence par le son des pages qui se tournent, des stylos qui se posent ou encore du personnel qui déambule. Une retraitée, étudiant la philosophie et la théologie, explique dans l’enquête s’y rendre car le cadre et l’ambiance l’inspirent dans son travail.

La Bibliothèque est donc inspirante et nous pousserait ainsi aux réflexions et pratiques de savoir grâce à un rythme sonore et visuel. Par ses nombreuses caractéristiques, il s’agit donc d’un espace dédié au savoir se révélant nécessaire dans le travail de certains étudieurs. Un travail soutenu qui par un certain degré d’habitude et de gestes vont finir par « habiter la bibliothèque ».

 

Des habitudes somatiques

Dehail et Le Marec vont avoir une approche somatique (par le corps) des enquêtés, explicitement inspirée de l’approche de Marcel Mauss (Mauss, 1966). Une habitation de la bibliothèque se produirait par des familiarités, une manière singulière et d’agréable d’occuper ce milieu.

Cela se voit tout d’abord par le choix d’une place particulière. On cherche une place au coin de la salle, proche d’une source de lumière, ou encore dans un espace discret plus en retrait. Les mêmes places sont en adéquation avec les personnalités des mêmes individus. Une rivalité interne pour une même place peut donc se créer. Ce choix d’une place préférée, cette rivalité interne ou la passion pour le lieu en lui-même sont parfaitement décrits dans l’ouvrage d’Arlette Farge, « Le goût de l’archive ».  

On retrouve aussi ces rythmes et habitudes dans la disposition des tables des étudieurs. Certaines tables possèdent un éparpillement particulier avec de l’ordre comme pour aider à « cadrer l’esprit ». D’autres, un éparpillement hasardeux mais où l’on y retrouve toujours des objets récurrents comme des cahiers, smartphones ou des ordinateurs. Cette disposition sur la table permet enfin de délimiter le territoire des étudieurs, marquant leur espace personnel et respectif.

Enfin, nous retrouvons des gestes et des déplacements particuliers au sein de la bibliothèque. Des allers-retours réguliers à la photocopieuse, aux toilettes ou à la cafétéria dont les étudiants en groupe se mettent d’accord sur une horaire de pause-café. On y constate aussi une manière particulière de marcher, de déambuler qui s’avère souvent être plus consciencieuse et conventionnelle. Enfin, nos deux chercheuses remarquent une contagion du sérieux entre étudieurs, nous faisant adopter inconsciemment une gestuelle particulière à la Bibliothèque. On peut alors parler d’initiation invisible qui s’opère entre les étudieurs, créant un dynamisme auto-opérationnel. 

 

Un véritable Lieu de savoir

En bref, nous avons pu constater grâce à l’article de Dehail et Le Marec, « la manière dont les lecteurs transforment ce lieu en un espace habité ». La Bibliothèque devient l’effet de son opération interne, dont le moteur fonctionnel est l’ensemble de son public. En observant ces nombreuses habitudes, gestuelles et objectifs des étudieurs, nous remarquons qu’il y a une manière particulière et intime d’habiter cet endroit et de s’y familiariser. La Bibliothèque apparait certes comme un lieu inerte d’un point de vue externe, mais se révèle en réalité parsemée de dynamiques et de mouvements par son public. C’est donc un espace où les projets de savoir naissent, se réalisent et s’accomplissent, un espace qu’il ne faut point chercher à changer. Nous avons là, sans aucun doute, la preuve qu’il s’agit d’un lieu de savoir et de sciences à mettre en lumière dans la recherche académique comme le font les sciences studies.


Liens

En lien l’enquête ethno-photographique dirigée par nos deux chercheuses sur ce même lieu. Nous y trouvons de nombreuses photos illustrant leurs propos sur les habitudes somatiques.  

http://www.champ-visuel.org/enquete-ethno-photographique-sur-les-lecteurs-du-haut-de-jardin-de-la-bibliotheque-nationale-de-france

 

En lien aussi la page officielle de l’enquête anthropologique des chercheuses (avec une vidéo de l’enquête et un grand rapport de 60 pages)

https://www.bnf.fr/fr/le-haut-de-jardin-lieu-de-travail-et-lieu-familier

 

Références :

DEHAIL J., LE MAREC J., 2018, « Habiter la Bibliothèque : Pratiques d’étude, entretien d’un milieu », Communications et langage, 195, 7-22

FARGE A., 1989/1997, Le goût de l’archive, Paris, Seuil

LANKES R. D., 2018, La mission des bibliothèques : bien plus que des livres, Sens public.

MAUSS M., 1966, « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, Puf, 3e éd., p. 365-390.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search