Le smartphone comme second cerveau : Amélioration ou dépossession cognitive?

“Quelle que soit la perspective que l’on adopte – prolongement, prothèse ou hybridation humain/technique – la diffusion massive des usages du smartphone interpelle en ce qu’elle paraît révéler, et amplifier, cette figure fantasmée du sujet qu’est l’humain augmenté […]” (Nova, 2018).

“Figures Mobiles : Une anthropologie du smartphone” de Nicolas Nova, questionne la place de cet outil numérique à l’ère du tout connecté. Confrontant à la fois les bienfaits d’une myriade de possibilités qu’offre ce Deus Ex Machina, aux conséquences cognitives d’une délégation toujours plus grande de nos capacités à l’efficacité de cette machine, le travail anthropologique de l’auteur est nourri de témoignages et d’observations qui mettent le lecteur face à la réalité d’un objet paradoxalement insaisissable. Nous savons tous, généralement,  expliquer à quel point notre smartphone nous est utile. Sauriez-vous dire en quoi il vous dessert? 

Un second cerveau…

Un “couteau-suisse numérique”. C’est comme cela que l’appelle Pierre Marc de Biasi, dans une interview accordée à la revue des deux mondes en 20181. Le smartphone semble apparaître à tout le monde comme inéluctablement protéiforme, tant ses fonctionnalités sont nombreuses. Mais surtout, il permet un prolongement cognitif pour ses utilisateurs, qui l’utilisent comme support dans la réalisation de tâches résolument plus difficiles pour l’humain.
Nicolas Nova souligne cet aspect par l’augmentation des capacités cérébrales, perçues par ses informateurs. Certains voient le smartphone comme une prothèse de mémoire, par la fonctionnalité des rappels ou des notes que l’on peut programmer pour ne pas oublier un rendez-vous par exemple, ce qui leur confère un moyen “d’augmenter leur perception”. Le dispositif vient alors supplémenter des capacités que les utilisateurs possèdent, mais qui sont mieux exécutées par leur smartphone, ou en tout cas, plus rapidement ou plus précisément. Rien ne sert alors de vouloir jouer les Kasparov face à IBM… La bataille est perdue d’avance sur ce terrain-là ! 

Les objets techniques s’ajoutent à la morphologie humaine et le smartphone en particulier. C’est encore plus visible lorsqu’au smartphone, viennent s’ajouter d’autres outils qui collaborent avec lui, comme c’est le cas avec les objets connectés. Le terme “prothèse” prend alors un sens différent, comme nous l’explique Maxime Derian dans son article intitulé « Le métal et la chair. Anthropologie des prothèses informatisées », publié aux presses de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne :


« l’hybridation entre du vivant et du non-vivant automatisé n’est pas forcément opérée via une intrusion directe dans le corps humain. La plupart du temps, ce couplage se met en place par simple contact, qu’il soit tactile, sonore ou visuel. Ainsi, les interfaces des smartphones sont actuellement la règle quand celles des pacemakers font figure d’exception».

(Derian, 2013)

Le cœur au poignet donc? En s’ajoutant et en prolongeant le corps, le smartphone peut donc s’apparenter à un nouvel élément prothétique. Les dispositifs qui le complètent illustrent encore plus concrètement à quel point le corps, ses capacités et ses représentations sont de plus en plus sujets à leurs évaluations. Une illustration encore plus probante est celle de la mobilisation du domaine de la santé autour des technologies connectées : En 2015, 23% des entreprises éditrices d’applications de santé mobile étaient des entreprises des Technologies de l’Information (IT/TECH), 27% des développeurs informatiques, 5% étaient spécialisés dans les services de télésanté (Januals, 2017), traduisant l’intérêt pour l’innovation technique des possibilités pour elle d’agir directement sur le corps et plus généralement, sur la santé par exemple. 

 

…Pour oublier le nôtre?

Il est vrai que laisser au smartphone le soin de nous rappeler nos rendez-vous de la semaine, quel chemin prendre pour arriver plus vite à destination, ou bien encore de nous indiquer combien de temps il nous faudra encore courir pour atteindre notre objectif sportif de la semaine, ne nous aidera pas à stimuler notre matière grise ! Néanmoins, Il s’agit de nuancer. Nicolas Nova souligne plus particulièrement le fait que la mémoire constitue un principe complexe de la biologie humaine, qu’il serait impossible de soustraire intégralement à la technologie. C’est en tout cas, pour le moment, quelque chose que les concepteurs ne peuvent mettre au point. Partant de ce constat, on peut en conclure que la technologie apporte un support, mais qu’une partie du “travail” repose toujours et inévitablement sur l’utilisateur qui doit intervenir là où le smartphone ne peut pas. 

Le smartphone revêt un caractère globalisant en sa capacité à se connecter au monde. Son fonctionnement dépend de sa connectivité ce qui rend, irrémédiablement, tout utilisateur présent et sollicitable, car connecté.  Amis, collègues ou famille, chacun peut, à tout moment, vous contacter. Informations, notifications, vibrations… Constamment, le clignotement du téléphone requiert une attention qui n’est pas forcément bénéfique. Dominique Boullier, dans un entretien avec La Croix en 20172, souligne les effets de ce “bombardement” intempestif de notifications : 

“[…] notre capacité d’attention n’est pas illimitée. On doit alors faire face à ce qu’on appelle le syndrome de “saturation cognitive” . Notre concentration est hachée, nous sommes en permanence dans la réponse immédiate, dans la gestion de l’urgence et il devient difficile de s’atteler à des tâches sur le long terme”.

Nous pouvons alors nous interroger sur l’implication du smartphone dans des cas de Burn-Out, tel que c’est déjà le cas dans certaines études menées dans le cadre professionnel.

Bibliographie/Webographie :

https://www.revuedesdeuxmondes.fr/pierre-marc-de-biasi-smartphone-nambitionne-quune-chose-etre-meme-titre-encephale-ventre/

https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Numerique/Le-telephone-portable-facon-vivre-ensemble-separe-2017-08-04-1200867691

Derian Maxime. 2013. « Le métal et la chair. Anthropologie des prothèses informatisées ». Paris: Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Juanals Brigitte, Téléphone mobile et santé mobile : une approche info-communicationnelle du corps comme objet connecté, Laboratoire EA 4262 IRSIC, Aix-Marseille Université, France, 2017

Nova Nicolas. Figures mobiles : une anthropologie du smartphone. Anthropologie sociale et ethnologie. Université de Genève, 2018.

  1. https://www.revuedesdeuxmondes.fr/pierre-marc-de-biasi-smartphone-nambitionne-quune-chose-etre-meme-titre-encephale-ventre/ []
  2. https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Numerique/Le-telephone-portable-facon-vivre-ensemble-separe-2017-08-04-1200867691 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search