L’avenir cérébral

La destinée du cerveau humain, The Future of the Mind: The Scientific Quest to Understand, Enhance, and Empower the Mind, Michio Kaku, 2019. 

Avide de neurosciences autant que de science-fiction mais vous n’osez pas mélanger les deux ? Michio Kaku ose pour vous, avec sa perturbante destinée du cerveau humain. Le projet vous semble orgueilleux ? Physicien et futurologue, il a pourtant tout pour vous convaincre. 

Le domaine des neurosciences séduit de plus en plus le grand public du fait de ses applications et de ses enjeux variés mais il demeure complexe à vulgariser. En effet, si l’étude du cerveau est ancienne, ce domaine est en plein développement. De nombreuses découvertes récentes restent encore difficiles à expliquer. Un chercheur au fait des dernières théories et capable de les projeter dans un futur semble néanmoins y parvenir.

Dans son livre, “L’avenir de l’esprit : la quête scientifique pour comprendre, améliorer et autonomiser l’esprit” (2014), Michio Kaku retrace tous les aspects importants du domaine des neurosciences et se permet d’aller encore plus loin grâce à de nombreuses figures imagées : les cent milliards de neurones sont assimilés aux étoiles de la Voie lactée, les télescopes sont comparés aux outils d’imagerie cérébrale comme l’IRM, etc.

Lorsque l’on ouvre l’un de ces livres sans le connaître, on peut douter du sérieux de son œuvre. D’abord par manque d’habitude à ce type d’écrit qui se veut scientifique mais qui “ose” mélanger des sujets sans consensus (extra-terrestres, religion etc). 

Pourtant dès l’introduction, on constate que Kaku remercie les quelques deux cents personnes qui l’ont aidé à rédiger cet ouvrage : prix nobels, chercheurs reconnus, psychiatres, biologistes, neurologues… mais aussi astronautes de la NASA, informaticiens, environnementalistes, vulcanologues et même le créateur de Marvel Comics et de Spider Man. Pour comprendre cette quantité hétéroclite d’intervenants, il faut savoir que ce physicien diplômé major de promotion à Harvard, ayant un doctorat à Berkeley et un poste de conférencier à l’Université de Princeton, est très reconnu par ses pairs. Il obtient notamment le Prix ​​commémoratif Klopsteg en 2008.

Kaku s’intéresse aux sciences humaines mais c’est d’abord un spécialiste de la “Théorie du Tout” : il tente de résoudre et de compléter la théorie du champ unifié d’Einstein. Il est le premier à décrire la Théorie des cordes sous forme de champ avec le professeur Kikkawa en 1974. Néanmoins, ce qui le rend si particulier, c’est la manière dont il sort du champ traditionnel et habituel du chercheur. Sa vulgarisation et la façon dont il sensibilise à la physique sont très particulières : il utilise des supports variés : articles, manuels, télévision (Sci Fi Science: Physics of the Impossible), films (Me & Isaac Newton), interventions à la radio (Talk Radio Network) et internet, où il a sa propre émission en science ouverte (Next World). Ainsi, il parvient à communiquer directement avec le grand public et à se constituer un large carnet d’adresse.

En mêlant science, imagination et fiction, il traite la base scientifique d’idées inspirées de fictions populaires, comme le voyage dans le temps et les sabres laser. Il explique à quel moment ces technologies pourraient réellement subvenir. Dans L’avenir de l’esprit, il traite de toutes les avancées des neurosciences et de ce qu’elles peuvent permettre à terme : mémoire, émotions, quantique et même extra-terrestres et univers multiples.

Il propose des projections à court et à long terme en s’appuyant sur l’histoire, de multiples théories, des recherches actuelles, une large documentation et, plus étonnant et peu conventionnel, des anecdotes, des interviews et des exemples personnels. Cette démarche permet au lecteur d’entrer dans l’univers des chercheurs et de comprendre la complexité de certaines questions mais également des aspects pratiques qui les entourent. 

Cette façon d’illustrer ces dires par des cas précis, imagés et des exemples concrets permet à Kaku de retracer de façon ludique l’histoire cérébrale (des études de Paul Broca à celles d’aujourd’hui, jusqu’aux hypothèses d’un futur proche : cartographie cérébrale, techniques d’imagerie cérébrale, mécanismes décisionnels, etc.). Après l’aspect historique, il consacre un chapitre à la conscience abordée d’un point de vue de physicien, avec des comparaisons avec l’espace et il n’hésite pas à faire référence à la culture populaire comme le film La planète des singes. Il utilise un style direct assez particulier pour un chercheur, les références ne sont pas par exemple en bas de page, mais directement citées dans le texte ou à la fin du livre. 

La deuxième grande partie est consacrée à “l’esprit face à la matière” et traite de sujets comme la télépathie, la télékinésie et l’amélioration des capacités cérébrales. Quand il s’intéresse à la notion complexe d’intelligence, il aborde sa mesurabilité de façon biologique, sociale et si par exemple, il est possible de l’améliorer de façon héréditaire. Les simples nouveautés, qu’elles soient pratiques ou médicamenteuses, ou les avancées un peu plus révolutionnaires sont passées au crible. 

La dernière partie de l’ouvrage porte sur les différents états et formes de conscience : rêve, manipulation, expériences extracorporelles. Il répond par exemple dans le chapître “L’intelligence artificielle et la conscience à base de silicium” à une question que l’on retrouve dans beaucoup d’œuvres populaires : “Les robots prendront-ils le pouvoir ?”. 

Il y relate l’origine du mot robot qui signifie “travailleur” et apparaît dans une pièce de théâtre en 1920. Ensuite, il nous informe des dernières avancées du domaine et nous explique comment leur autonomisation peut en effet être dangereuse : défaillances de logiciels, objectifs mal définis en étant contradictoires par exemple. Il existe néanmoins des solutions qu’il expose : créer une hiérarchie d’objectifs, ne pas faire prendre en compte les ordres contradictoires, etc. Il décrit ensuite des interviews de chercheurs qui donnent leur avis sur la question. Certains évoquent de façon positive la possibilité que les robots nous succèdent à très long terme et aillent plus loin que l’Homme, et préfèrent agir dès maintenant pour que les robots restent nos subordonnés. Ainsi, ce travail permet au lecteur de se faire une idée mais cela reste une remise en contexte et l’exposition de possibilités futures sans aucune garantie. Il n’y a pas de calcul de probabilité ou autre, c’est surtout une ouverture au sujet plus qu’une étude en soi, d’où la quantité de sujets traités. Néanmoins, l’auteur traite d’autres questions liées aux robots dans ce chapitre et la vision finale qu’il expose reste nuancée et plus complète. 

Sa conclusion est une ouverture philosophique. Il parvient ainsi à évoquer des sujets controversés et des questions non résolues, comme l’accès à la réalité et son existence, et ce, dans le plus grand des sérieux, références et argumentation à l’appui, en exposant les enjeux sociaux, juridiques, économiques, éthiques (confidentialité, statuts, etc.) et toutes les dérives possibles des possibilités envisagées. On a finalement un livre qui ne laisse pas indifférent et qui est accessible à tous. Pour se faire une idée sur ce chercheur si singulier, vous pouvez également vous rendre sur son site web, dont le design parle par lui-même.

Bibliographie

Michio Kaku, “The Future of the Mind: The Scientific Quest to Understand, Enhance, and Empower the Mind”, DoubleDay, 2019. 

Article Wikipédia, “L’avenir de l’esprit”, WIKIPEDIA, site Internet Wikipédia.org. 

En ligne : https://en.wikipedia.org/wiki/The_Future_of_the_Mind. Consulté le 02/03/2022.

Article Wikipédia, “Mikio Kaku”, WIKIPEDIA, site Internet Wikipédia.org. En ligne : 

https://en.wikipedia.org/wiki/Michio_Kaku. Consulté le 02/03/2022.

Site Internet officiel du Dr Michio Kaku, “Official Website of Famed Futurist – Physicist – Bestselling Author – Radio & TV Personality”, mKaku.org. En ligne :  https://mkaku.org/home/category/book-updates/. Consulté le 02/03/2022.

Crédits photographiques

Artificial Intelligence par BangDB, licence CC BY-SA 2.0.



Citer ce billet
sarahguillot (2022, 26 septembre). L’avenir cérébral. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rafd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search