Une société du soin ?

Un réagir technique face aux problèmes climatiques

Source : Jacqueline Jiménez

La crise climatique que nous vivons est indéniable et ses conséquences sont de plus en plus catastrophiques, or avons-nous déjà tout essayé pour en arrêter ? La réponse pourrait se trouver plutôt dans notre conception anthropologique de l’humain comme maître et possesseur de la nature mais aussi en développant d’une philosophie de la technique.

_

Les études sociales ont pris la question de notre relation avec la nature comme une préoccupation essentielle et l’ont abordée à partir de l’anthropologie, la philosophie, l’éthique, l’ontologie. C’est le cas du philosophe français Xavier Guchet1, qui dans son ouvrage très récent “Du soin dans la technique”2 propose un changement de paradigme à travers une philosophie de la technique.

Selon lui, il y a « un nouveau mot d’ordre mobilisateur, qui est en train de fédérer un nombre croissant d’initiatives visant à faire adopter aux pays industrialisés un rapport moins destructeur à la nature »3 et il le résume dans cette phrase : il faut prendre soin de la nature. 

Nous serions ainsi en train de passer d’une société dont la priorité est la recherche du bien-être à une société du soin

(Rodotà 1995, p. 103.)

Cependant, ce terme n’est pas si nouveau et a déjà été utilisé pour plusieurs chercheur.euses avant en le traduisant de l’anglais care. Toutefois d’après l’auteur le terme ‘soin’ en français pourrait lui prêter à confusion puisque il y a deux usages « prendre soin » et « faire des soins », care et cure respectivement. L’importance pour l’auteur se de maintenir la dualité des perspectives : une préoccupation mais aussi des  ‘soins attentifs et affectueux’ avec une action efficace, et il remarque qu’il ne suffirait pas de prodiguer des soins comme s’il s’agissait d’une maladie – cure – avec des actions réparatrices puisque la crise écologique est plus profonde que cela.

Aussi le soin a déjà été étudié et développé théoriquement à partir de la philosophie morale, dans ce que nous appelons les “éthiques du care” où l’être humain ne se constitue comme un sujet moral qu’avec sa vulnérabilité et dépendance aux autres, et il part du présupposé que notre vie repose sur notre capacité à « attirer l’attention sur » où à « faire attention à » tout ce qui permets l’ordinaire de notre vie, et ce dont nous nous nourrissons (voir Pelluchon, 2015).

Source : Jacqueline Jiménez

Après nous nous retrouvons face au concept de carelessness qui est le contraire de prendre soin, c’est à dire le manque de soin, l’indifférence et même la négligence de nos actions sur l’environnement proche. Guchet l’explique en utilisant le terme de “l’invisible” qu’il définit comme tout ce qui rend possible et supporte nos existences au quotidien, mais l’idée ici serait plutôt d’un care environnemental et pas seulement un calcul rationnel des conséquences de nos actions au-delà des incitations moralisantes et culpabilisantes : « une reconnaissance de notre dépendance à l’égard de la nature », selon lui.

Néanmoins, l’auteur affirme que cet approche éthique peut être limitantes dans un moment donné, et c’est là qu’on peut chercher une approche plus généraliste et qui s’intéresse au sujet primordial : la problématique des liens entre le soin et la technique traitée par la “philosophie du soin”. Ici il cite la philosophe italienne Elena Pulcini qui assure que « seulement une transformation dans notre conception du sujet peut permettre de dépasser les pathologies du monde globalisées »4, comme l’individualisme extrême ou le narcissisme. Donc il s’agit d’en finir avec cette idée du sujet qui vient de la modernité pour un sujet rationnel qui reconnaît sa vulnérabilité et sa dépendance mais aussi sa responsabilité face aux autres.

Dans cette ligne de pensée, l’auteur développe ses idées sur le design de la nature, c’est-à-dire continuer à agir avec l’idée de maîtriser et posséder, comme s’il s’agissait seulement de faire un meilleur design. Ce qu’il propose est un changement vers un soin de la nature “ordinaire”, c’est à dire des choses naturelles qui nous environnent au quotidien, et ici nous pouvons faire un lien avec ses idées sur la faculté de la juste mesure, le soin dans notre agir technique qui ne se laisse pas dominer par la ‘raison calculante’, ce qui selon lui devrait être son principe directeur.

Tout cela est présenté par Guchet dans l’introduction de son livre6, qui nous laisse avec des doutes et des questions non répondues et qui donne envie de lire son ouvrage en entier : Comment agir techniquement d’une manière plus soignante ? ; comment peut-on s’ériger en designer du monde tout en se reconnaissant assujetti à lui ? ; comment réintroduire la mesure, la justesse et le soin dans notre agir technique ? ; peut-on renouer les fils distendus entre la technique et le soin ? 

L’homme tout seul fait beaucoup de ravages. un homme bien technicisé, intelligemment technicisé à travers un réseau, qui a un sens géographique, est beaucoup moins dangereux pour la nature que l’homme tout seul.

(Simondon G., 2014, Sur la technique, Puf, Paris, p. 443.)

Réferences :

1 Xavier Guchet est professeur de philosophie à l’Université de technologie de Compiègne, France et membre de l’alliance Sorbonne-Université. Il gère des recherches interdisciplinaires sur les enjeux épistémologiques et éthiques des nouvelles technologies.

2 GUCHET X., Du soin dans la technique, London, ISTE Editions, 356 p.

3 Guchet, p. 8.

4 Pulcini, 2013.

5 Préface et introduction disponibles à télécharger sur le site de l’éditorial du livre: https://www.istegroup.com/en/produit/du-soin-dans-la-technique/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search