Causes et motivations du complotisme

Les théories du complot sont les expressions concrètes de critiques adressées à la science moderne et aux gouvernements actuels. Pourtant, nombre de ces théories se réclament d’elles-mêmes d’une « méthode scientifique » qui, reposant sur la logique, la déduction et des phénomènes observables, les justifierait et les validerait. Cette même méthode servant par ailleurs aux détracteurs desdites théories pour y répondre, une question émerge : pourquoi cette critique ? En d’autres termes : quel est le moteur du complotisme ?

Bon sens et pseudo-science

Le complotisme est un ensemble éclectique et hétérogène. Beaucoup de théories du complot sont indépendantes les unes des autres, avec des sujets aussi variés que le climat, la santé, la politique, la science ou même la Nature. La théorie de la Terre plate, ou « platisme » selon ceux qui la moquent, est sans aucun doute la plus connue et la plus représentative de toute, tant par son fonctionnement argumentatif que par ses motivations.

Supposant que notre planète soit un disque et non une boule, et reprenant par là même le modèle géocentrique, elle s’emploie à démontrer cette forme grâce à de multiples arguments qui sont au centre de débats passionnés entre « platistes » et « sphéristes ».

Il est intéressant de constater que, par une technique similaire au rasoir d’Ockham, cette théorie fait essentiellement appel aux perceptions physiques, doublées d’une logique reposant sur le sens commun, pour tenter de prouver ce qui apparaît comme une « évidence ».

La Flat Earth Society, un groupe se définissant lui-même comme promoteur actif de cette théorie, affirme ainsi sur son site officiel que cette dernière dispose de preuves, « dérivée[s] de plusieurs aspects de science et de philosophie », dont « la plus simple repose sur l’utilisation de nos sens pour distinguer la vraie nature du monde qui nous entoure ». Est ensuite évoqué le doute cartésien, selon lequel « on trouverait rapidement que la théorie d’un monde sphérique est celle qui porte le fardeau de la preuve, non la théorie de la Terre plate ».

La FES défend l’idée d’une terre en forme de disque, et non de boule.
Source : https://de.wikipedia.org/wiki/Datei:Flat_Earth_Society_Logo.png

Ces « évidences » s’accompagnent de « preuves » plus travaillées, reposant toujours sur des questions de sens commun mais poussant le raisonnement plus loin ; ainsi retrouve-t-on régulièrement des arguments contre la rotation de la Terre (pourquoi les avions ne vont-ils pas plus vite en allant d’Est en Ouest que l’inverse ?), contre sa courbure (pourquoi les instruments de vol se basent-ils sur des plans et non une sphère ?), voire contre la gravité (pourquoi les poissons ne sont-ils pas attirés plus fort que l’eau autour d’eux ?).

De telles questions nécessitent des connaissances plus techniques et plus précises que les « évidences », et peuvent ainsi amener leur lot d’inconfort intellectuel pour quiconque ne sait pas comment y répondre soi-même. Ces arguments trouvent cependant très rapidement des réponses d’ordre scientifique, souvent en lien avec un défaut de connaissance ou de raisonnement qui dépasse le simple « sens commun ».

Les justifications de la théorie de la Terre plate reposent donc par essence et par définition sur la pseudo-science, utilisant des raisonnements ou des interprétations qui semblent à première vue scientifiques tout en étant en réalité fallacieux, sciemment ou non. Tout l’intérêt est donc de comprendre le pourquoi de ces justifications : qu’est-ce qui motive les défenseurs de théories du complot ?

Croyance, défiance, méfiance

Il existe deux grandes motivations au complotisme, qui se retrouvent facilement en explorant les divers sites liés aux différentes branches de ce mouvement intellectuel, comme la Flat Earth SocietyEarth Society évoquée plus haut.

   La foi, et par extension les religions, constituent le premier de ces leviers et se retrouvent essentiellement dans les thèses complotistes liées à la Nature, comme la Terre plate ou le créationnisme. Le site Flat Earth Science and the Bible par exemple, fait le lien entre les textes bibliques et ces deux théories ; la vidéo ci-dessous montre une thèse conservatrice dans un autre domaine.

La seconde source de justification est une méfiance totale à l’égard de certaines institutions, et se subdivise en deux sous-catégories : la suspicion d’un contrôle gouvernemental de certaines informations, ou le rejet du monopole de la Science en tant que système de croyances.

   En effet, il n’est pas rare de retrouver dans les forums traitant de ces sujets, ou sur les pages Facebook des groupes liés à des thèses complotistes, des messages appelant à « l’éveil des consciences », dénonçant une manipulation étatique, un trucage photographique ou une manipulation de données ; la théorie des chemtrails, selon laquelle les gouvernements répandraient des aérosols via les avions, illustre parfaitement cette position. Les gouvernements représenteraient ainsi un danger par leurs manipulations des masses à l’échelle internationale.

D’autre part, les institutions étatiques se reposant en grande partie sur la production de résultats scientifiques, la méfiance s’étend nécessairement aux organismes en charge des recherches, par exemple la NASA pour son implication dans le voyage lunaire ou la production de données satellites concernant la Terre, et que l’on accuse d’avoir fabriqué des documents et présenté de faux clichés dans les deux cas.

Accuser les institutions de falsification et de dissimulation permet de revenir à des théories plus simples, moins aventureuses, tout en fournissant une explication aux dysfonctionnements, incohérences et injustices scientifiques et sociétales. Le problème étant qu’en critiquant le dogmatisme scientiste, beaucoup de complotismes s’enferment tout autant dans leur vision critique, opposée au système.

Conclusion

Les croyances, dans lesquelles est inclus le domaine scientifique puisqu’il repose sur la foi en la Science, sont l’affaire de chacun et s’embarrassent peu de logique à leur niveau le plus intime. Chacun est libre de choisir la sienne, au risque de la défendre avec un peu trop de ferveur, mais en cas de doute, mieux vaut éviter les points de vue uniques, surtout lorsqu’ils en accusent un autre d’être le responsable de tous les maux – réels ou imaginaires. La réalité n’est pas protéiforme, seule l’est la vérité.

Bibliographie

  • Baillargeon, N. (2006). Petit cours d’autodéfense intellectuelle. Montréal, Lux Editeur.
  • Taïeb, E. (2010). Logiques politiques du conspirationnisme. Sociologie et sociétés, 42(2), p.265-289

Webographie

Crédit image : Elena Schweitzer, StockLib, id 13134452


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search