Justifier l’usage de la photographie en sociologie.

Quand s’arrête l’art ? Quand débute la science ? Voici des interrogations qui ont fait couler de l’encre… surtout lorsque l’on se penche sur le cas de la photographie dans les sciences sociales.

L’utilisation de ce médium visuel dans les sciences liées à l’humain n’est pas toujours allée de soi. Beaucoup de sociologues et autres scientifiques ont soumis les problèmes engendrés par cette fusion : problèmes de scientificité, problèmes d’objectivité, problèmes techniques, … Toutefois, le courant de la sociologie visuelle et notamment Douglas Harper tentent depuis plusieurs années de légitimer la photographie dans la sociologie.

Art ou Sociologie ?

Justifier l’usage de la photographie en sociologie ou comment rendre la technique de la photographie scientifique. Voilà tout l’objet de la réflexion proposée dans ce billet. C’est en s’appuyant sur trois auteurs à la fois sociologues et photographes que je vous propose de réfléchir à cette problématique.

Distinguer les typologies de clichés : l’approche d’Howard Becker

Dans un article intitulé « Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme », l’auteur distingue plusieurs catégories de prises de vue en lien avec le social. La photographie documentaire est une photographie engagée née aux Etats-Unis au tournant du XXème siècle. Aussi appelée parfois « photographie sociale », elle est usitée pour dénoncer les conditions sociales des populations pauvres. Les photographies liées à la sociologie visuelle renvoient également à des prises de vue effectuées par des photographes engagées, à la différence près qu’elles sont publiés dans l’American Journal of Sociology. Une valeur scientifique leur est donc attribuée de par cette publication dans un journal disciplinaire reconnu. Le photojournalisme enfin, englobe toutes les photographies produites par les journalistes pour la presse. Les codes de ces clichés sont la lisibilité et l’interprétabilité rapide. Il n’y a pas de spécialisation thématique ou de terrain spécifique. Ici, l’objectif est de donner à voir un phénomène social choisi à un maximum de lecteurs1 .

On comprend ainsi que Becker accorde une grande importance au contexte des clichés : contexte de prise de vue, contexte de justification, contexte théorique. Le contexte devient le terme clé pour la scientificité de la photographie.

Howard Becker en 2012, sociologue américain

Distinguer l’usage méthodologique des photographies : l’approche de Sylvain Maresca et Michaël Meyer

Dans le Précis de photographie à l’usage des sociologues, Maresca et Meyer tentent de classifier les trois différentes études sociologiques qui peuvent s’appuyer sur la photographie. Toutes s’intègrent au courant de la sociologie visuelle. La première renvoie à ce qu’ils nomment la « sociologie sur les images ». Elle consiste à se pencher sur une photographie en tant qu’objet d’étude. Cette idée de photographie comme objet à étudier ne va pas dans le sens de notre réflexion. Toutefois, les deux perspectives suivantes rentrent dans l’idée de la photographie comme support technique.

La seconde perspective est en effet une « sociologie avec les images ». Dans ce cas, la photographie devient le moyen privilégié pour capturer des données. Elle est un outil du scientifique. Son rôle est davantage illustratif. La dernière perspective correspond à la « sociologie en images ». Elle signifie que la photographie vient argumenter, servir le propos du scientifique et non plus seulement l’illustrer comme dans la deuxième perspective. Elle fait partie intégrante de l’analyse sociologique.

Les auteurs justifient donc la technique photographique par l’usage méthodologique qui définit la nature même de l’étude sociologique.

Mettre la réflexivité au cœur de son étude : un aspect souligné par tous les sociologues-photographes

Il est essentiel de souligner que les auteurs ci-dessus ne s’arrêtent pas à de simples distinctions pour justifier l’utilisation de la photographie en sociologie. Ces derniers soulignent plusieurs aspects qui doivent être pris en compte par le sociologue-photographe pour rendre valide son travail : réfléchir sur la posture sur le terrain, réfléchir sur le regard adopté, songer à la particularité du terrain d’enquête, justifier le choix des clichés (et du matériel), …

Enfin, Maresca et Meyer tiennent à rappeler la question du droit à l’image et la restitution du travail effectué aux enquêté.e.s (comme cela doit être le cas pour toute autre méthodologie en sociologie).

Ce qui ressort de ces dernières mises en garde est le terme « réfléchir » / « réflexion ». Il est effectivement crucial de toujours prendre le temps de réfléchir à la démarche globale adoptée (aspect technique, scientifique mais aussi humain et éthique). Tout doit être justifier car ici c’est la justification qui fait science. Il est aussi intéressant de noter que pour pouvoir faire science, il faut être formé, aussi bien à la sociologie qu’à la technique photographique. Connaître c’est pouvoir justifier, pouvoir justifier c’est pouvoir expliciter et faire comprendre.

Constance Prigot

Pour aller plus loin (bibliographie) …

  • Howard Becker, « Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme », In: Communications, 71, 2001. Le parti pris du document, sous la direction de Jean-François Chevrier et Philippe Roussin, pp.333-351.
  • Loïc Ballarini, « Sylvain Maresca, Michaël Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues », Questions de communication [en ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014
  • Elodie Hommel, « Sylvain Maresca, Michaël Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues », Lecture [en ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 janvier 2014.
  • « Les sociologues-photographes et leurs photographies : un corps à corps fécond », Carnet de recherche du RT47 Sociologie visuelle et filmique, Association Française de Sociologie (AFS) – https://rt47.hypotheses.org/
  1. Il est intéressant de souligner que pour H.Becker, les frontières décrites ici s’amenuisent car pour lui la pratique scientifique actuelle conduit « de plus en plus à empiéter sur d’autres genres ». Il serait intéressant de poursuivre notre réflexion en se penchant sur l’actualité de ce fait. Mais ce ne sera pas le propos ici. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search