Ce que les critères de démarcation entre sciences et pseudosciences ne disent pas

À la catégorie de “sciences” appartiennent tous les énoncés falsifiables, ceux qui survivent aux tests sévères, ou alors ceux qui résolvent mieux les énigmes. D’accord, mais quels que soient les critères de démarcation entre science et non-science, peuvent-ils nous garder contre les fausses croyances ?

La démarcation entre la science et la non-science semble être une problématique importante du XXe siècle. Pour les positivistes logiques, c’est entre les questions empiriques et les questions métaphysiques ; chez Popper, réaliste, la science est l’ensemble des théories falsifiables ; chez Lakatos, rationaliste, est scientifique un programme de recherche avec un degré de cohérence et un nombre de prédictions élevés[1] ; et finalement chez Kuhn, relativiste, la capacité à résoudre des énigmes.

Nous sommes tombés justement dans un champ de bataille entre sciences et pseudosciences, dont chaque champ possède des critères de démarcation. Le philosophe, en tant que soldat, s’arme des arguments semblables à des munitions de fusils, tout se protégeant au maximum. Mais tantôt le risque de mourir subsiste pour lui, tantôt nous risquons de tomber dans les fausses croyances ! Je me propose donc de parler de l’éventualité que celles-ci exploitent notre esprit, et je m’en tiendrai au sens de “pseudo” comme “faux”, d’après Hansson.[2]

Croire en théories pseudoscientifiques, parce que nous sommes si naïfs ?

Non. Ce problème se rapporte plutôt à notre cognition qu’au niveau d’intelligence de chacun. Nous, êtres sociaux, pouvons dépasser les bornes de l’expérience directe grâce à la communication, directe lors de la rencontre physique avec d’autres, ou indirecte à travers des informations de seconde main[3]. Plus nous élargissons nos connaissances sur le monde, plus nous courons le risque d’être exposés aux fausses informations. En réalité, d’après Dan Sperber[4], chercheur en sciences cognitives d’origine française, la capacité à distinguer le vrai du faux est inhérente à l’esprit cognitif humain. Il théorise cette idée sous le nom de « vigilance épistémique » : pour une information donnée, nous pensons d’une part à la fiabilité de sa source selon l’honnêteté et la compétence de l’interlocuteur ; nous examinons d’autre part la crédibilité du contenu en miroir de nos croyances de base. Mais, le problème des pseudosciences s’impose lorsque l’intuition s’infiltre dans la réception des savoirs scientifiques.

La double rationalité humaine

D’après Blancke et De Smedt[5], l’esprit humain est doté de rationalités adaptatives dans lesquelles l’intuition joue un rôle considérable. Elles permettent de réagir rapidement et efficacement aux questions imminentes de la vie. Les rationalités scientifiques exigent en revanche une mûre réflexion, une argumentation basée sur des faits bien construits, ainsi qu’une mise à distance par rapport à nos croyances de base. En effet, si une expérience bien menée est en contradiction avec les croyances intuitives, soit les gens remettent en question celles-ci, soit ils rejettent l’expérience en question. Nous voyons assez fréquemment ce deuxième cas, parce que les croyances déjà établies sont très résistantes aux changements.[6] Ainsi, les gens ont tendance à être plus rebelles pour les illustrations contre-intuitives.

Il s’y ajoute le dysfonctionnement de la vigilance épistémique. Elle pourrait être efficace dans l’interaction face-à-face, lorsque nous demandons directement la source des informations à notre interlocuteur. Pourtant, elle montre sa faiblesse quand il s’agit des informations largement partagées à l’échelle de la population. Blancke, Boudry et Pigliucci[7] notent que ce type d’information n’est pas manifestement vrai ou du moins erroné. Prenons un exemple : durant la crise de Covid-19, se répand sur les réseaux sociaux une rumeur que les vaccins anti-covid provoquent des effets indésirables plus graves que la Covid. Nombre de scientifiques se sont acharnés à démontrer que cette idée est sans fondement, en s’appuyant sur des données expérimentales et statistiques. Alors, dans quelle mesure la plupart de la population estime, quand même, que ce que disent les scientifiques est plausible ?

Notons qu’une partie mineure de la population pourrait comprendre effectivement le mécanisme du virus luttant contre notre système immunitaire. Comme cet exemple, les savoirs scientifiques exigent beaucoup d’efforts et d’énergie afin de comprendre leur valeur « épistémique »[8], alors que tout le monde n’est pas amené à suivre une formation spécialisée en science. C’est pour ces problèmes pratiques que les profanes en viennent à tenir compte des “métadonnées” pour jauger les expertises ; le soutien des homologues (peer-review), la réputation et les titres universitaires de l’auteur, sa neutralité[9] et sa réussite[10]. Plus un savoir scientifique satisfait à ces conditions externes, plus il acquit le pouvoir de persuasion auprès du public.

Le mimétisme, point clé pour comprendre des arguments pseudoscientifiques

Blanck, Boudry et Pigliucci[11] présentent l’imitation de la science “authentique”[12] comme le trait le plus marquant de la pseudoscience. Elle exploite la tendance chez les amateurs à donner de l’importance aux éléments externes de la science. Alors, même si elles ne peuvent pas mimer parfaitement le contenu, la pseudoscience fait en sorte que son raisonnement semble légitime. Par exemple, elle fait publier son article dans une revue reconnue, elle recourt aux titres universitaires, aux jargons ou aux données statistiques[12]. Il est vrai que, dans la vie quotidienne, la locution “d’après les scientifiques” donne plus-value à nos arguments, d’autant plus que l’autorité des hommes de science découle de leurs pratiques contrôlées et scrupuleux. Comme nous l’avons mentionné en haut, les amateurs de science auraient plus de mal à comprendre l’origine de l’autorité épistémique que les experts. Plutôt, les amateurs s’approprient les savoirs scientifiques au gré de la manière dont la science est vulgarisée. Ou alors, ils admettent l’autorité de la science et des hommes de science simplement parce que les autres le font ainsi.

Pour conclure, le problème de démarcation entre la science et la pseudoscience me rappelle un film de science-fiction et d’horreur que j’ai regardé il y a quelques mois, « The Thing » de John Carpenter. Dans le film, un extraterrestre s’infiltre dans une station de recherche en Antarctique et il contamine les membres en assimilant et imitant parfaitement leur apparence physique et leurs comportements. S’il paraît un peu exhaustif de transposer ce cas dans le domaine de la science, je voulais bien avertir mes lecteurs d’une stratégie dont les pseudosciences tirent profit ; l’imitation des métadonnées de la science. Ceci est d’autant plus important que ce type de donnée nous sert souvent de marques de crédibilité lorsque nous ne disposons pas assez d’expertise. Une telle manière d’appréhender mérite d’être vue comme rationnelle, mais elle augmente en contrepartie la possibilité de croire ce qui est conforme à l’intuition. C’est la raison pour laquelle je ne fais pas l’impasse sur l’enjeu de notre cognition au sujet de démarcation sciences/pseudosciences.  Pourtant, je me garde de me désintéresser de toutes les tentatives d’établir des critères de démarcation, puisqu’il est pratique de suivre des fils conducteurs proposés par les scientifiques que de ne pas les avoir. 

[1] CHALMERS Alan, 1987, Qu’est-ce que la science ? : Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend, Paris : La Découverte.

[2] HANSSON Sven Ove, 2013, « Defining Pseudoscience and Science », PIGLIUCCI M., BOUDRY M. (eds.), Philosophy of Pseudoscience: Reconsidering the Demarcation Problem, University of Chicago Press, 61-77.

[3] Les livres, les magazines, les articles journaux, les émissions télévisées, etc.

[4] SPERBER Dan et al., 2010, “Epistemic Vigilance”, Mind and Language. Cité par Blancke, Boudry et Pigliucci (2017)

[5] BLANCKE Stefaan and DE SMEDT Johan, 2013, “Evolved to be irrational?: evolutionary and cognitive foundations of pseudosciences”, PIGLIUCCI Massimo and BOUDRY Maarten (eds.), Philosophy of Pseudoscience: Reconsidering the Demarcation Problem, University of Chicago Press, 361-379.

[6] BLANCKE Stefaan and DE SMEDT Johan, 2013, “Evolved to be irrational?: evolutionary and cognitive foundations of pseudosciences”, PIGLIUCCI Massimo and BOUDRY Maarten (eds.), Philosophy of Pseudoscience: Reconsidering the Demarcation Problem, University of Chicago Press, 361-379.

[7] BLANCKE Stefaan, BOUDRY Maarten and PIGLIUCCI Massimo, 2017, “Why Do Irrational Beliefs Mimic Science? The Cultural Evolution of Pseudoscience.” Theoria-a swedish journal of philosophy, 83, 78–97.

[8] Les hypothèses constituant la théorie, les épreuves auxquelles elles sont soumises et la théorie remaniée.

[9] Au sens où l’auteur soutient un intérêt particulier ou une position politique.

[10] Au sens où les théories qu’il avait prononcé jusqu’à présent sont confirmées.

[11] Idem à la note 7.

[12] Nous pouvons écrire un livre pour la définition de la science. Mais, pour ne pas faire dérailler notre critique, nous nous contenterons au sens d’« ensemble de théories et concepts qui sont certifiés comme vrais à travers des épreuves sévères ».

[13] Les arguments pseudoscientifiques empruntent aux recherches scientifiques des données statistiques sans considération de leur contexte original. Cet acte a pour effet d’augmenter la fiabilité de la théorie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search