La Science s’illustre en Librairie !

Vous entrez dans votre librairie préférée, parsemée d’une arborescence de livres. Passionné(e) de sciences, une diversité livresque aux reliures uniques se présente à vous. Lequel serait susceptible de vous plaire ? L’esthétique d’un ouvrage scientifique pourrait bien influencer votre choix.

Intérieur de la Librairie Kléber

En quoi est-il intéressant de s’attarder sur les illustrations, le format ou l’aspect visuel de nos ouvrages de science ? Pour comprendre le savoir scientifique, il nous est important de saisir les enjeux de sa matérialité. Un vecteur de ce savoir scientifique est le Livre pour la circulation de celui-ci, dont l’aspect visuel jouera un grand rôle. Si l’esthétisme d’un livre possède évidemment des fonctions essentielles, notamment dans sa vente et son attractivité, ce même esthétisme livresque regorge de fonctions diverses dans le cas des ouvrages de science. Nous nous intéresserons ici seulement à l’aspect extérieur des ouvrages (La reliure) et non son contenu.

Pour cela, j’ai réalisé une petite enquête photographique au sein de la Librairie Kléber de Strasbourg, ville historique du livre et des librairies. Une enquête qui s’est fait à l’occasion de la Journée Mondiale du Livre. Nous décrirons là trois types d’esthétisme de ces ouvrages scientifiques, en allant du plus introductif au plus académique.

 
Principe d’évocation et pop-culture

Les Librairies, et notamment la Librairie Kléber, accueillent un public varié et hétérogène, exerçant leurs activités dans bien d’autres domaines que ceux des sciences. La science se doit donc de devenir attrayante si elle veut pouvoir conquérir l’intérêt de ces nouveaux venus.  Nous verrons ici des ouvrages aux aspect visuels et colorés, utilisant un principe d’évocation (Barbier, 1979), principe déjà utilisé les siècles précédents. Cette évocation se fera par l’intermédiaire de la Pop-culture.

Collection “Sciences en BD” aux Editions Larousse

Par l’intermédiaire du support visuel qu’est la BD, nous invitons tout d’abord le lecteur à venir découvrir des disciplines scientifiques de façon didactique, amusante et imagée, par l’utilisation d’une narrativité illustrée. C’est donc un bon moyen de médiatiser la science, et de la rendre plus accessible. Sur cette collection « Sciences en BD », les reliures sont colorées, les titres sont graphiques et visibles, et les ouvrages sont disposés ensemble pour donner l’envie de tous se les procurer.

Toutefois, il existe un autre moyen d’attiser la curiosité du lecteur. Là-encore par le principe de l’évocation, on cherchera à citer un certain nombre de titres ou de références célèbres dans le milieu de la pop-culture. Ces reliures sont donc illustrées par la présence d’objets iconiques comme le sabre laser de Star Wars, ou la présence de personnages mémorables comme Naruto ou Spider-Man.

Exemples d’ouvrages faisant référence à la Pop-Culture

Ces ouvrages, par leur reliure attractive, cherchent clairement à introduire la science à un nouveau lectorat en faisant un lien avec leur passion et quotidien. Par l’effet coloré, le format très large et la qualité de la reliure, les éditeurs se donnent pour but d’inviter le public dans l’aspect ludique et utile de la science, sous ses diverses disciplines.

 
Invitation visuelle aux théories

Dans une autre direction, et un objectif plus précis, les éditeurs et personnels du livre vont chercher à dénombrer et expliquer des théories scientifiques parfois complexes, tout en préservant là-encore un aspect simple et accessible. Il s’agit des ouvrages de vulgarisation, déjà présents au XIXème siècle par l’émergence de la science populaire.

La Collection “Les Grandes idées tout simplement” / Editeur Dorling Kindersley

 Tout d’abord, nous pouvons trouver des ouvrages qui semblent se situer dans une logique de formalisation française (Sheets-Pyenson, 1985), à savoir un caractère encyclopédique et général. L’esthétisme de ces ouvrages se réalise par un certain nombre de motifs et d’illustrations renvoyant à tout un tas de théories scientifiques, insistant ici sur le caractère alphabétique ou chronologique de l’ouvrage.

La Collection “Champs sciences” aux Editions Flammarion

Dans une autre approche plus singulière et disciplinaire, il existe aussi une collection d’ouvrages ayant pour objectif de se concentrer sur une seule théorie, approche ici très anglaise (Sheets-Pyenson, 1985). Le contenu se verra être plus approfondi mais essaiera de préserver son accessibilité. Un exemple est la collection « Champs science », spécialiste dans le domaine théorique, épistémologique et historique de ces sciences. Outre leur couleur jaune très reconnaissable, l’esthétisme est sobre par un petit format et des illustrations décrivant les caractéristiques principales d’une théorie. Ces illustrations ont pour vocation d’être explicites et intuitives, afin de faire comprendre le lecteur la thématique principale de l’ouvrage qu’il s’apprête à consulter.

Ces ouvrages, par le cadre théorique bien plus mis en valeur de façon illustrative, semblent s’accorder à un public déjà plus averti, généralement passionné par la science. Si l’accessibilité reste de mise, l’esthétisme laisse ici penser que la fonction n’est pas d’introduire mais d’expliquer plus en profondeur des théories.

 
Le style sobre et académique

Dans un dernier cas, nous avons ce que l’on pourrait appeler « les ouvrages académiques », souvent trouvables en très grand nombre dans les librairies générales. Leur contenu de ces ouvrages possède généralement une complexité lexicale et théorique, essentiellement compréhensible par des personnes en lien avec les disciplines respectives

Pour ce qui est du format, ils n’ont pas pour objectif d’être visibles, de grande taille. Au contraire, leur format de poche leur permet d’accompagner en toute circonstance les professionnels et étudiants. Cette petite taille s’explique aussi par le non-besoin d’attractivité auprès des lecteurs, correspondant à un public averti et rigoureux.

Mais intéresserons-nous visuellement à la reliure. La première chose que l’on peut remarquer est l’absence plus nette de couleurs sur cette dernière, y compris sur le dos du livre, caractérisant les étalages d’un certain sérieux académique. Cela met aussi en valeur le titre et le nom de l’auteur. Toutefois, certaines reliures semblent en profiter pour se démarquer par une couleur différente comme les collections « Quadrige » des Presses Universitaires Françaises (PUF) grâce à un rouge très vif. La deuxième chose intéressante est l’utilisation d’une illustration sobre, souvent très graphique sur la page de couverture. Sobriété et discrétion restent les objectif premiers de ces ouvrages. La page de couverture n’a pour objectif que d’évoquer la théorie principale de l’ouvrage, voir simplement qu’une idée importante du livre.

On remarque, par nos descriptions visuelles, que ces ouvrages ont déjà leur public. L’attractivité n’est plus un critère, puisque les lecteurs viennent déjà vers ces ouvrages de façon autonome. Aussi, les ouvrages académiques cherchent surtout à rendre visible le titre et le nom de l’auteur afin de faciliter leur trouvaille en librairie.  

 
La Science s’illustre en Librairie !

Suite à toutes nos observations visuelles, il nous semble encore plus évident que la science se matérialise au travers des nombreux ouvrages en librairie. Par un certain nombre d’ouvrage à l’esthétique toujours différente et unique, la science peut adopter plusieurs formes, pour se mouvoir plus aisément auprès de la communauté sociale. A la Librairie Kléber, nous avons pu voir trois exemples de fonctions réalisées par les reliures des ouvrages scientifiques. Il est bon de remarquer grâce à cette enquête l’essentialité du rôle des éditeurs, illustrateurs et libraires. Dans le cadre du Salon du livre et de la Fête des librairies, les professionnels de ce domaine peuvent fêter une réussite, celle de leur essentialité dans le soutien,  la médiation et la propagation de la voix scientifique auprès du grand public.


Toutes les photos de cet article ont été prises par l’auteur, dans le cadre d’une étude photographique. Ces images sont donc libres de droit.

 

Bibliographie :

BEGUET B., 1997, « Lectures de vulgarisation scientifique au XIXe siècle », La science populaire dans la presse et l’édition (BENSAUDE-VINCENT, RASMUSSEN (dirs.), CNRS Editions, 51-68

BERT J.-F., LAMY J., 2021, Voir les savoirs : Lieux, objets et gestes de la science, Paris, Anamosa

BARBIER F., 1979, Trois cents ans de librairie et d’imprimerie Berger-Levrault, Bordeaux, Revue française d’histoire du livre, p. 318

HENRYOT F (dir.)., 2019, La fabrique du patrimoine écrit : Objets, acteurs, usages sociaux, Villeurbanne, Presses de l’Enssib

SHEETS-PYENSON S., 1985, « Popular Science Periodicals in Paris and London », Science and Human Affairs Programme, Concordia University, 549-572

VARRY D., 2020, « Varryations » : gens du livre, marronneurs et bibliothécaires (dir. par MARTIN P), Villeurbanne, Presses de l’Enssib

WILLIAM A. E., 2009, Steidl : Impressions en continu ; l’art du livre, Paris, Elysée Lausanne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search