Le Stigmate du corps sain

« Mens sana in corpore sano ». L’idéal de vie saine de la bourgeoisie romaine rappelle à s’y méprendre les injonctions corporelles imposées à l’individu dans les sociétés contemporaines. Mais que risque-t-on à aller toujours « plus vite, plus haut, plus fort » ?

En 2011, l’OMS reconnaissait la dépendance sportive comme une affection mentale en tant que tel. Toutefois, l’ouvrage de référence de la profession psychiatrique, le DSM, demeure particulièrement ignorant des problématiques liées aux addictions sans substance. Dans sa cinquième édition, seule la dépendance au jeu est recensée. A travers l’exemple de l’activité physique, j’essaierai de mettre en lumière la pertinence et la nécessité d’une approche plus approfondie de la recherche sur les addictions comportementales.

Les travers d’une pratique socialement valorisée

Si son sens varie selon le milieu, l‘activité physique est reconnue positivement de manière unanime dans la société. Pour les classes populaires, le sport est un dispositif de socialisation et d’intégration. A l’inverse, dans les catégories socio-économiques plus élevées, ce dernier s’inscrit dans une logique d’entretien du corps dans une perspective de distinction (Boltanski, 1971).

Il est alors difficile de concevoir les désagréments qui constituent le quotidien des dépendants sportifs.  Pour ce faire, il me semble nécessaire de revenir sur les fondements psychologiques de la maladie.  Pour les partisans de la reversal theory, l’activité physique du bigorexique remplit la fonction de régulateur du niveau d’activation psychologique (arousal) de sorte à atteindre un état de stabilité émotionnelle.  Le sport est alors un exutoire pour l’individu : comme générateur d’un état d’éveil et de bien-être intense (le runner’s high chez les coureurs) ou encore comme extériorisation des tensions internes au sujet. En cela, la pratique sportive rejoint sa fonction première de maîtrise de la violence dans la société (Elias & Dunning, 1986).

La reversal theory permet d’expliquer les problématiques de sevrage et d’accoutumance rencontrées par les malades. Les conséquences qui s’ensuivent affectent bien entendu le physique (surentrainement, persistance de la pratique malgré d’éventuelles blessures), mais également la sphère sociale. Le sport tient une place centrale dans la vie de l’individu, qui privilégie ce dernier à sa vie familiale et sociale ainsi qu’à son travail. De même, deux sous-types de dépendance sportive peuvent être distingués (Kerr, Lindner  &  Blaydon, 2007). La première s’inscrit dans un modèle d’addiction classique : accoutumance, effet de sevrage, persistance du comportement, perte de contrôle sur l’objet de la dépendance ou encore isolement du sujet. Dans le cas d’une dépendance secondaire, l’addiction est associée à au moins un trouble du comportement alimentaire (TCA). Ce second type de dépendance se retrouve plus particulièrement chez des patients déjà atteints d’anorexie ou de boulimie auparavant, mais également chez les athlètes, notamment dans les disciplines artistiques, d’endurance ou encore certains sports de combat où les critères de poids ou d’apparence font partie intégrante de la sélection et de la notation.

Masquer la déviance

«Les intimes sont souvent ceux-là mêmes en face de qui il importe le plus de dissimuler les réalités honteuses. »

(Goffmann, 1963, p.70)

La dépendance est invisible au premier abord. Pourtant, elle est au cœur de l’identité du sujet bigorexique. A ce titre, il me semble pertinent d’y appliquer le cadre d’analyse proposé par Erving Goffman dans Stigmate (1963). L’individu addict est discréditable : son stigmate est ignoré de tous a priori. La honte et la peur du discrédit sont alors autant de motifs qui poussent le sujet à cacher sa déviance, tant publiquement que dans la sphère intime. Une partie conséquente de la pratique est secrète, et les disciplines privilégiées relèvent majoritairement des sports de performance individuelle. Pour cette raison, ainsi qu’en raison de l’absence d’infrastructures requises, la course à pied est la discipline le plus souvent privilégiée par les dépendants sportifs.

De même, il me semble pertinent de questionner la disruption entre identités sociales réelle et virtuelle : dans quelle mesure le contrôle entre l’information dévoilée aux personnes au fait de la déviance et celle accessible à  chacun influence-t-elle le quotidien de l’individu ?  Le jeu de dissimulation de la  déviance est un lieu commun à l’ensemble des stigmates discréditables, et notamment aux addictions comportementales[1]. Inversement, malgré leur position d’initiés, quel est le degré d’acceptation des proches face au comportement d’auto-isolement du sujet ? Ces problématiques mériteraient un réel intérêt de la part des sciences sociales, et notamment au prisme de la sociologie interactionniste.

Extrait du témoignage de Servane Heudiard sur France Culture : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-pieds-sur-terre/le-sport-comme-une-drogue-9226406

Pour la reconnaissance du trouble.

S’il était question d’inclure la dépendance sportive dans le DSM-5, il n’en est pourtant pas fait mention dans le texte finalement publié par l’association américaine de psychiatrie. En France, l’assurance maladie ne reconnait à ce jour que deux formes d’addictions comportementales : celles concernant respectivement les jeux d’argent et les jeux vidéo. Il semblerait alors que la reconnaissance institutionnelle des troubles addictifs ne s’applique pas aux substances ou comportements socialement acceptés. Cet oubli peut alors être considéré comme une forme de déni de reconnaissance dans la sphère juridique (Honneth, 1992) . Pour Axel Honneth, cette forme de déni est un obstacle au développement du respect de soi par le malade. Sa légitimité en tant qu’individu possédant une valeur propre est alors remise en question.

La reconnaissance du trouble est également questionnable dans la sphère de l’intimité.  Dans sa dynamique d’isolement, l’individu exclut par la même les relations aux proches indispensables à l’acquisition de la confiance en soi (Honneth, 1992).  L’absence de reconnaissance dans les sphères privée et juridique restreint l’accès à la troisième sphère théorisée par Honneth et se traduit par un sentiment de non-appartenance réelle à la société.

Jusqu’à présent, à l’exception d’études sur les liens entre dépendance sportive et troubles alimentaires, peu de recherches sociologiques ont été menées sur le sujet. Et à raison : comment étudier une pathologie dont l’existence n’est pas unanimement reconnue par la médecine ? Toutefois, une telle approche me semble primordiale : la dépendance sportive affecte principalement le sujet sur le plan de la socialisation. Une reconnaissance institutionnelle ouvrirait donc de réels axes de progrès tant pour la connaissance médicale que pour les malades.

Références :

  • André, Christophe, et al. La reconnaissance. www.cairn.info, https://www.cairn.info/la-reconnaissance–9782361060367.htm. Consulté le 25 avril 2022.
  • Elias, Norbert, et Eric Dunning. Sport et civilisation : la violence maîtrisée. 1998.
  • Goffman, Erving (1922-1982). Stigmate : les usages sociaux des handicaps. 1975.
  • Hausenblas, Heather A., et Danielle Symons Downs. Exercise Dependence Scale. American Psychological Association, 12 juin 2017. DOI.org (Crossref), https://doi.org/10.1037/t59494-000.
  • Honneth, Axel (1949-). La lutte pour la reconnaissance. 2000.
  • Kerr, John H., et al. Exercise Dependence. Routledge. London, 2007, https://library.olympics.com/Default/doc/SYRACUSE/69745/exercise-dependence-by-john-h-kerr-koenraad-j-lindner-and-michelle-blaydon.
  • Kronlund, Sonia. Le sport comme une drogue. 4 mai 2021, https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-pieds-sur-terre/le-sport-comme-une-drogue-9226406.

[1]  Ces mécanismes sont illustrés dans un contexte différent dans le film Shame (Steve McQueen, 2011), traitant des conséquences sociales de l’addiction sexuelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search