Le jardin botanique de Padoue et le développement du savoir à la Renaissance

Considérés comme un patrimoine vivant, quels ont été les acquis des jardins botaniques, en particulier le jardin de Padoue, et quelles perspectives ont-ils offert à l’homme de l’époque moderne ?

L’Université de Padoue apparaît liée à quelques dates clés marquant l’émergence à la Renaissance d’une science moderne fondée sur la méthode expérimentale. Furent crées successivement en 1530, 1545, 1561 et 1606 la première chaîne d’étude des simples, le premier jardin botanique, la première chaire de botanique pratique et la parution du premier manuel pratique pour la confection des herbiers. L’Italie fut la première nation européenne à se réveiller après un long sommeil médiéval. Si Padoue a été à la Renaissance le lieu de réveil de l’Italianité, le jardin botanique en est sa manifestation la plus visible. Les historiens de l’université ont mis en avant le rôle du politique, c’est à dire la République de Venise dans la création de ce jardin. (Padoue était sous domination de Venise depuis 1405). Il semblait naturel qu’un État éclairé s’intéresse à ses institutions scientifiques. Le primat de Padoue serait alors celui de Venise, symbole de la liberté de l’Esprit dans un pays écrasé par la contre réforme.

Au-delà de ces considérations, on peut être étonné par l’importance des sommes mises en jeu, par la ténacité des autorités vénitiennes, par la détermination des maîtres et étudiants de padoues. Pourquoi à ce moment de l’histoire semblait il opportun de donner à voir des plantes médicinales ? Il semble qu’il soit nécessaire aussi de se poser la question de l’histoire du livre en Vénétie. L’université de Padoue a constitué jusqu’au derniers tiers du XVIème siècle la plus importante réserve éditoriale vénitienne. La création de ce jardin a t elle influence la production de livres botaniques à Venise ? La révolution de l’imprimerie permet de reproduire des textes mais aussi des images. (gravures). L’origine de ce jardin tient d’abord à des textes redécouverts par des éditeurs humanistes. Au début du XVIème siècle, il n’y avait pas de véritable enseignement de la pharmacie ; la publication d’éditions de Gallien, Dioscoride ouvre la possibilité d’une nouvelle fondation du savoir botanique. Ainsi une délégation d’étudiants en médecine demande que le Sénat autorise la création d’une chaire au lecturam simplicium, ce qui fut fait. Mais les descriptions des Anciens devinrent vite insuffisants. De plus certaines plantes mentionnées par les botanistes grecs ou arabes n’existaient qu’en Méditerranée orientale. On peut noter que les botanistes de Padoue cherchaient auprès des marchands et des diplomates des informations, des dessins ou même des graines provenant de Syrie ou d’Égypte afin d’illustrer les textes antiques. L’évolution de l’enseignement de la médecine à Padoue permit d’offrir en 1542 un nouveau cours : la botanique devenait un enseignement clinique auprès des malades. (De même que Vésale faisait pratiquer des dissections aux étudiants à Bâle).

En juin 1545, le Sénat procura un terrain pour planter et conserver les simples. Les travaux commencèrent immédiatement avec les bénédictins de Sainte Justine dont la nouvelle église était construite par l’architecte Andrea Moroni et qui s’attela aussi à la création de ce jardin sur des terrains en location. Durant neuf années, avec un effort financier extraordinaire, on créa ce jardin avec en particulier l’établissement d’un aqueduc pour assurer un arrosage régulier. Ce jardin devait montrer des simples et se montrer lui même. C’est donc une nouvelle image dans l’histoire des jardins. Les quatre continents d’où proviennent les plantes sont comme enfermés dans quatre quarts de cercle, cercle à l’origine de l’univers. Ainsi ce jardin se présentait d’emblée comme Universel, comme garant de l’unité du savoir. Cette disposition se retrouvera dans de nombreux jardins botaniques des XVIème et XVIIème (Exemple : le jardin botanique de Leyde). Jardin à caractère scientifique, Padoue était aussi un jardin public (donc différent des jardins des patriciens passionnés de botanique). Comme tel, il s’inscrivait dans un paysage urbain que les autorités de Venise étaient en train de modifier en profondeur. En 1545, le Sénat autorisa la concentration des écoles (dispersées) dans le palais du Bo. L’urbanisme de Padoue présentait un lion de St Marc visible de partout, imposant la mainmise de Venise sur l’Université et la ville. Ce nouveau type de jardin, accessible à tous , parachevait une mise en espace très politique du savoir. Cette propagande fut d’ailleurs bien perçue par les voyageurs du XVIème (Exemple: Pierre Belon). Ce jardin de Padoue donna naissance à son tour à de nouveaux livres, des livres-jardins. Les collectionneurs vénitiens recherchaient des carnets avec des dessins à la plume d’animaux, plantes (ceux de G. Vendramin). On se mit donc à commander aux artistes des dessins d’observation scientifique (Domenico Dalle Greche et ses cinq volumes conservés à la Biblioteca Marciana). Tout cela restait de l’ordre du manuscrit unique,échangé dans une République des Sciences et soumis aux aléas de la copie multiple. Les premiers herbiers produisaient des figures gravées sur bois mais étaient loin de la précision des dessins évoqués. Survint alors une mutation décisive du rôle de l’image dans le livre botanique imprimé à Venise. On fit travailler les peintres et on surveilla de près l’exécution des gravures. Exemple : le Dioscoride de Mattioni, versions latine et italienne qui fut un grand succès du XVIème. Au delà de l’espace urbain, le jardin de Padoue se fit image grâce à l’œuvre de Mattioli, une image répandue dans toute l’Europe savante par la gravure.

Bibliographie

Dupuigrenet-Desroussilles François, Images du jardin botanique de Padoue de l’Université de Padoue au XVI ème siècle, Revue d’histoire des sciences, 1989. En ligne : https://www.persee.fr/doc/rhs_0151-4105_1989_num_42_3_4148


pierreevrard

Je m'appelle Pierre Evrard ou plus précisément Evrard-Bartlomiejczak, un étudiant approchant de la trentaine, célibataire et paumé. Je suis reconnu comme étant un passionné de paléontologie, de biodiversité, d'art, d'architecture et d'HaLF LIFe (on n'oublie pas HALO). J'ai un parcours universitaire divers et varié, dans différents domaines, telles que les sciences et le monde de l'art. J'ai aussi acquis au cours de mes années d'études la capacité de réaliser des courts métrages (voir Scoubiran) par exemple. Mais aussi j'ai un cruel défaut, je suis Facebookphobe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search