Les émotions, source de savoir scientifique ?

Les émotions sont-elles compatibles et bénéfiques à l’exercice scientifique ? Jeff Kochan montre que la réponse semble être oui. Il repense les émotions dans une nouvelle épistémologie, qui utilise la subjectivité comme source de savoir.

Les émotions, un problème pour les sciences ?

J’ai trouvé ce texte en essayant de savoir si il était raisonnable d’envisager les émotions comme une source de savoir empirique. Dans cet article (en anglais), Jeff Kochan s’interroge sur la question de la valeur épistémique des émotions. J’ai apprécié cette lecture, car l’auteur balaie en quelques pages une bonne partie des questions soulevées par l’idée d’émotions scientifiques. Il établit notamment une critique de la philosophie des sciences qui ne s’intéresse pas à la question des émotions sous cet angle, alors que les sciences cognitives et la philosophie de la pensée tentent de comprendre la complexité et l’importance des émotions dans notre rationalité.

Déconstruire l’idéal d’objectivité de la science

La question de la rationalité et de la subjectivité des émotions est centrale. Kochan montre comment un séparation forte entre sciences et émotions s’opère sur cette question de la subjectivité. En effet, on considère que la science se doit d’être la plus objective possible, et on pense généralement qu’elle y parvient. De plus, les émotions sont souvent envisagées comme quelque chose d’absolument personnel, du même ordre que le goût, ce qui en fait un ressenti subjectif et ainsi néfaste à l’activité scientifique.

Dans son article, afin de réhabiliter les émotions à une certaine viabilité épistémique, Jeff Kochan procède donc à déconstruire cette vision de l’objectivité de la science, ainsi que l’idée selon laquelle la subjectivité serait par essence mauvaise voire dangereuse à la production scientifique. Il met en évidence le fait que toute production scientifique comprend une part de subjectivité, ce qui n’implique pas qu’elle ne soit pas valide, mais au contraire qu’elle présente un intérêt car en tenant compte de cette subjectivité, on peut évaluer le degré de confiance à lui accorder.

Un exemple incroyable de l’apport subjectif en sciences

Enfin, Kochan évoque l’exemple de Barbara McClintock, une biologiste qui a appris (par des méthode qu’on qualifierait volontiers de pseudo-scientifique) à mieux comprendre son corps et ses perceptions, y compris émotionnelles, afin de procéder à un travail scientifique plus complet. Elle espérait comprendre comment il est possible de comprendre. L’auteur montre que par cette méthode couplée à la méthode scientifique, elle a réussi à voir et comprendre des choses que ses collègues n’avaient pas remarqué. L’auteur souligne néanmoins la difficulté à laquelle elle a dû faire face pour expliquer ce qu’elle avait perçu et compris, car cela ne rentrai pas dans les cadres habituels. Il y avait comme une sorte de barrière du langage qui rendait très complexe d’exprimer certains ressentis ou intuitions.

McClintock a obtenu un prix Nobel pour ses découvertes sur la transposition génétique, plus de vingt ans après ses travaux, une fois que sa méthode originale, et donc incompréhensible pour la communauté scientifique, fut purgée de ses travaux pour les diffuser.

Les émotions, une source légitime de savoir scientifique

Pour conclure cette lecture, on peut dire que Jeff Kochan démontre la pertinence de son propos. De nombreux scientifiques ont expliqués être guidés par leurs intuitions émotionnelles, ou encore leur goût pour l’esthétique qui devait se retrouver dans les lois qui régissent le monde. En considérant l’intersubjectivité qui encadre les émotions des scientifiques, il semble raisonnable, et même souhaitable, d’encourager une prise en compte des émotions dans la science. Cela permet une nouvelle forme d’empirisme présentant d’autres liens avec le monde sensible que les scientifiques cherchent à décrire.

Bibliographie

Jeff Kochan, « Subjectivity and emotion in scientific research », Studies in History and Philosophy of Science, 44, Septembre 2013, pp. 354-362.


Basile Souchet

Je suis étudiant en master d’épistémologie à Strasbourg, j’ai fait une licence pluridisciplinaire Industries Culturelles, Art et Société. Je trouve fascinant d’aborder une thématique avec les approches de différents domaines, en les confrontant on obtient une richesse et un meilleure capacité de remise en question.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. MERCI
    j’ai beaucoup profité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search