A-t-on besoin de l’anthropologie maritime ?

Nos enjeux contemporains concernent l’écologie. Il devient urgent de réfléchir à comment nos modèles sociétaux impactent de manière irréversible notre environnement terrestre … et marin. L’objet de ce billet va porter sur un champ disciplinaire, assez mal défini, et qui peine à se faire entendre dans ces grands débats publics actuels : l’anthropologie maritime. Devient-il urgent de se réapproprier la démarche anthropologique pour traiter ces grandes problématiques dans leur lien avec la mer ?

Le besoin d’expertise

La manière dont nous exploitons les ressources naturelles de notre planète constitue un grand pan des problématiques sociétales contemporaines. Ce contexte amène nécessairement à aborder le thème de la mer. On peut par exemple évoquer les querelles face à l’appropriation de certains espaces marins ou bien la mise en danger de certains territoires face à la submersion.

Il découle de cette situation une forte demande de la part des décideurs politiques vers le monde de la science, pour traiter de larges questions comme le partage des eaux, la conservation des espaces marins, la mise en valeur de ces milieux ou bien encore l’exploitation durable de ceux-ci. Pour répondre à ces sollicitations, différents acteurs s’engagent dans le débat public. Il s’agit souvent de scientifiques (biologistes, physiciens, climatologues, halieutes*, etc.) ou de gestionnaires d’espaces marins qui ajoutent à leur analyse une dimension sociale. Les chercheurs en sciences humaines et sociales ne semblent pas s’intégrer de la même manière à cet espace de débat. Cependant, une transformation législative en faveur de l’écologie semble nécessiter de s’intéresser aux liens que les hommes ont développé avec leur environnement.

C’est à partir de ce constat que des réflexions sur l’anthropologie maritime se sont enclenchées lors d’un colloque qui s’est tenu à Paris en 2014 et organisé par des chercheurs du Muséum d’Histoire Naturelle. Cet article se base sur l’introduction de ce colloque rédigée par Hélène Arthaud, anthropologue au Muséum d’Histoire Naturelle ainsi que sur sa conclusion rédigée par Nastassia Reyes, Clément Garineaud, et Frédérique Chlous, chercheurs associés et professeure en anthropologie au Muséum d’Histoire Naturelle. J’ai déterminé deux grands axes qui ont fait l’objet d’une tentative d’éclaircissement lors de cette rencontre.

Définir l’anthropologie maritime

Il est établi que l’objet marin revêt une certaine complexité à travers ses aspects multiples, les auteurs parlent “d’altérités”.

De premier abord, il ne semble plus étudié par les sciences naturelles plutôt qu’à travers une approche sociale. Néanmoins, les sociétés qui côtoient des espaces marins et les liens qu’elles tissent avec lui doivent être étudiés car c’est le fonctionnement même de nos sociétés (notamment occidentales) qui a un effet dévastateur sur cet environnement. En se penchant sur la littérature, on se rend compte qu’il y a tout de même une certaine diversité d’études sociales sur la mer se réclamant de multiples disciplines (sociologie, histoire, etc.). Établir, au sein de ce corpus, ce qui fait partie du domaine de l’anthropologie maritime se révèle donc être un exercice compliqué. Hélène Arthaud évoque dans son article introductif au colloque de 2014, l’utilisation que fait de Bertrand Russell du terme “jungle anthropology”. Cette utilisation représente un indicateur de l’éparpillement général des disciplines anthropologiques qui se saisissent de plus en plus de thèmes.

Cette multiplicité de méthodologies et d’approches témoigne bien du fait que l’objet marin revêt un aspect très global, impactant beaucoup d’acteurs et domaines. Il est par exemple important pour les chercheurs de prendre en compte l’impossible dissociation entre la terre et la mer ou les différentes visions de cet objet en fonction des temporalités et des espaces : la vision de l’océan n’est ne sera pas la même à l’Antiquité ou au XXIème siècle,  et mais elle est sera également différente que l’on se trouve au Japon ou en Polynésie. Enfin la diversité sur la nature même des milieux “contenant de l’eau” engage à se questionner sur la manière de nommer des domaines scientifiques qui prennent ce thème pour objet, par exemple utiliserons-nous “anthropologie maritime” ou bien “anthropologie des milieux aquatiques” ?

L’exercice définitionnel de ce domaine est également compliqué dans la mesure où  faire de l’anthropologie maritime consisterait aussi à faire le lien entre plusieurs types d’anthropologies (de la nature, politique, etc.). 

La place de l’anthropologie maritime dans le débat public

Nous avons déjà remarqué le manque de visibilité des travaux en anthropologie maritime dans l’espace de débat crée par les décideurs politiques. Cette absence est néanmoins comblée par d’autres analyses, notamment de la part des scientifiques ou bien des gestionnaires, qui ajoutent à leur expertise des approches sociétales. Dans cette mesure, l’anthropologie maritime a-t-elle une réelle utilité dans cet exercice d’expertise ?

Ce que les auteurs mettent en avant comme essence même du travail de l’anthropologue c’est un principe de neutralité qui empêcherait de tomber dans des analyses à connotation militante ou idéologique. Je m’explique, la méthodologie en anthropologie consiste à croiser des points de vue, des acteurs, des expériences de manière à développer le parti pris le moins réducteur possible. Et on comprend bien en effet que dans des espaces comme les littoraux , il y ait une complexité due à la pluralité des acteurs et des intérêts de chacun. L’anthropologie n’a pas seulement pour objectif l’étude des populations et de leurs savoirs locaux et traditionnels. Elle se donne aussi pour mission de réussir à croiser les façons de penser et intérêts de tous les acteurs impliqués et surtout d’effectuer un exercice de déconstruction de certaines normes instaurées depuis longtemps dans le milieu étudié. On parle, dans le cas de l’anthropologie maritime, des travailleurs de la mer, des acteurs des collectivités locales, des acteurs politiques à plus large échelle, des citoyens des communes côtières où insulaires ; finalement de tout groupe d’individus ayant un lien avec la mer.

C’est dans cette dimension que l’anthropologie peut éviter d’adopter une démarche militante dans son traitement de l’objet marin, grâce à sa méthode. Et c’est justement cette méthode qui peut créer des incompréhensions dans le dialogue avec des scientifiques ou des gestionnaires, qui peuvent avoir des grilles d’analyses ou des priorités différentes. Toutefois je partage l’avis des auteurs lorsqu’ils insistent sur le fait que l’objet marin, de par son caractère global, nécessite plus que jamais un travail de concert entre différentes disciplines et une mutualisation des approches et des expériences.

* Biologiste ou ingénieur agronome, l’halieute est le spécialiste de l’exploitation et de la gestion des ressources vivantes des milieux aquatiques.

Bibliographie

Nastassia Reyes, Clément Garineaud et Frédérique Chlous, « Défis scientifiques et sociaux de l’anthropologie maritime », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/3485 ; DOI : 10.4000/ethnoecologie.3485

Hélène Artaud, « Anthropologie maritime ou anthropologie de la mer ? », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/3484


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search