Bio-logique

Tromper la mort est un désir qui accompagne l’humanité depuis au moins l’Antiquité. L’immortalité est l’apanage des Dieux dans de nombreuses civilisations. L’homme la recherche cependant. Mais, si nous étions immortels, cela ne pourrait-il pas avoir des conséquences insoupçonnées ?

ATCGCCTAA… une mélodie familière…. GTCCTAGATA… une mélodie lancinante qui tourne en boucle … GGCTTATCCAG… jusqu’à mon réveil.

Mon implant rétinien s’adapta en quelques secondes à la faible luminosité.

— Salut, comment tu te sens ?

La voix claire de Riwall acheva de me réveiller. Sans répondre, je restai étendu dans le lit à fixer les murs de pierres, rien ne pressait de toute façon. Au bout de plusieurs minutes, je fini par me redresser, gêné par le volume musculaire inhabituel de mon bras. Je pestais dans ma barbe : le résultat n’était pas celui escompté. Le système CRISP-Cas9 avait bien inhibé le gène de la myostatine, responsable du développement musculaire. Cependant, mes muscles ne s’étaient pas développés uniformément : le résultat était tout simplement difforme… Toute ces injections et toute cette attente pour rien. Enfin, ce n’est pas comme si j’étais pressé par le temps. Une fois que les cellules modifiées entreront en apoptose, tout redeviendra à la normale.

— Tu sais que je suis là pour t’écouter, non ? Alors, comment te sens tu ?

— ça va

—Tu n’es pas honnête, je sais bien que t’es déçu ! grogna-t-il d’un air boudeur 

Je l’ignorai, je n’étais pas d’humeur à discuter avec lui, en plus, il me posait la même question tous les matins. Agaçant. En sortant, le vent marin fouetta mon visage. Il devait sans doute faire froid mais les nombreuses modifications dont mon corps avait bénéficié me rendais insensible aux températures ou à la douleur. J’avais besoin de marcher un peu, histoire de me dérouiller. Je souris à ma propre plaisanterie, oui, à la longue, on se satisfaisait de pas grand-chose ! Mon corps augmenté me rendait plus fort, plus endurant et j’en profitais au maximum. Certes, l’exosquelette autour de mes jambes étaient un peu encombrant mais le bruit des pistons, la sensation de puissance quand je courais… Indescriptible !

A peine essoufflé après plusieurs heures de course, je pris conscience de l’endroit où mes jambes m’avaient conduit. Un cimetière, enfin, ce qu’il en restait. La végétation recouvrait les pierres, certaines étaient renversées. L’endroit m’était inconnu et pourtant familier. J’effleurai de mes doigts la stèle la plus proche, la gorge serrée face à ce qui me serai à jamais refusé. Tellement d’efforts, de doutes, d’expériences et de recherches avaient conduits à trouver le « Graal ». L’immortalité était devenue accessible et monnayable. Elle avait ouvert de nouveaux possibles. Je m’étais laissé séduire. Je souhaitais repousser ma mort. Combattre le vieillissement pièce par pièce, si j’ose dire. Aucun organe n’est irremplaçable et, grâce à la technologie, j’avais pu palier à ces faiblesses biologiques. Plus tard, quand mes tissus vieillissants avaient commencé à être handicapants, j’avais décidé de passer le pas de l’immortalité. Le petit plus séduisant ? La manipulation avait permis, non seulement de stopper la dégradation des télomères et donc la dégradation des tissus, mais aussi de les régénérer : une véritable Eau de Jouvence.

— Comment te sens tu ?

La voix me fit sursauter. Mes implants auditifs n’avaient capté aucune présence. Et puis, comment Riwall avait pu me rejoindre aussi vite ? Il n’était pas augmenté. J’en restais bouche bée.

— Bien… Mais… Enfin comment tu… ?

— J’ai suivi ta position, tu sais le traçage tout ça, tu es loin d’être invisible ! Et puis je ressens que tu es déprimé ces derniers temps, je suis là pour t’aider, finit-il en souriant.

Il avait, comme d’habitude, visé juste. Un don chez lui. L’immortalité me pesait, j’avais subi la perte de tellement de proches … J’avais décidé de vivre seul pour me protéger de cette souffrance. La solitude et l’ennui. Je les trompais en affinant mes augmentations, jour après jour. J’avais déjà tellement vécu, je n’avais plus vraiment de but à poursuivre. Riwall était pourtant là, à l’écoute, depuis plusieurs mois. Et puis, il ressemblait tellement à mon frère.

Après m’être confié à lui pendant plusieurs heures, je le suivis sur le chemin du retour. Il trottinait joyeusement devant moi, et je me sentais mieux, presque joyeux. La nuit tombait assez rapidement à cette période de l’année et ma vision bascula automatiquement en vision nocturne et thermique. Mon cœur artificiel manqua de rater un battement : aucune signature thermique dans un rayon de 50m. D’une injonction mentale, je repassai en vision diurne. Non, pourtant Riwall était toujours là, juste devant moi. Une défaillance ? Impossible, je détectai d’autres signatures thermiques. Je stoppai net, le sang tapant à mes oreilles. Je ne comprenais pas. Mon souffle s’accéléra. Par réflexe, je fis demi-tour et me précipitai vers le cimetière. Je connaissais cet endroit, pourtant ma raison, et mon historique GPS, me disait que je n’y avais jamais mis les pieds.  Proche de la panique, je dégageai la végétation de la stèle la plus ancienne. Dessus, un nom. Celui de mon frère. Et les souvenirs se débloquèrent.

— Ne cherche pas à te souvenir, c’est pour ta sécurité… plaida Riwall.

Il m’avait encore rattrapé. Je plaquai mes mains sur les oreilles, pour ne plus l’entendre, mais l’implant auditif fonctionnait, stimulant l’aire de Wernicke, celle lié à la parole, au sein même de mon cerveau. Une voix dans ma tête. Le souffle court, les larmes aux yeux, je compris. Pour tromper la solitude et me préserver, les systèmes informatiques et électroniques dans mon crâne avaient « ressuscité » mon frère. La ressemblance entre Riwall et lui, que j’avais si souvent remarquée, n’était pas un hasard. Le système avait analysé, à partir de ma mémoire, ses habitudes, ses réactions, et l’avait « ressuscité ». Depuis tout ce temps, à mon insu, je ne dialoguais qu’avec une espèce de chatbot… Mes pas me ramenèrent chez moi, sans que je sache si c’était ma volonté. Anéanti par la douleur et trahi par mes propres augmentations, je sortis une lame. L’immortalité je n’en voulais plus, j’allais en finir. Je fermai les yeux et appliqua la lame, sans doute froide, contre ma peau. Une décharge. Une vague de joie m’envahis. Le système avait, de manière autonome, simulé mon hypothalamus, répandant un flot d’endorphines dans mon organisme. Je regardais alors la lame contre mon bras. J’étais heureux et n’avais plus aucune envie de mourir. Je m’endormis. A mon réveil, je ne m’aperçus pas des nouveaux trous noirs présents dans ma mémoire. Un franc sourire illumina mon visage.

— Salut, comment tu te sens ?

Crédit image : Brutalnova



Citer ce billet
chloeronjon (2020, 21 février). Bio-logique. Contrepoints. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rad8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search