S’améliorer pour exister : le quantified-self et la mesure des performances pour repenser son rapport à soi-même.

Le quantified-self est une pratique de mesure des activités personnelles. Née aux Etat-Unis, cette pratique regroupe à la fois les outils, les pratiques, les principes et les méthodes permettant aux utilisateurs de mesurer et de partager leurs activités au support d’objets et d’outils connectés. Plus qu’une simple pratique, c’est un mouvement, lancé en 2007 à l’initiative de Gary Wolf et Kevin Kelly, deux éditeurs du magazine Wired établis à San Francisco.
Avec un marché de 26 milliard de dollars en Europe, la santé connectée apparaît comme une partie intégrante de nos sociétés occidentales et la question de l’attrait qu’elle suscite chez les utilisateurs semble légitime.

Pourquoi sommes-nous tant attentifs à ces chiffres, à ces courbes et aux indications distribués par cette myriade d’applications de e-santé? Quels effets peuvent-ils bien avoir sur nous?

Un certain nombre de chercheurs se sont intéressés à ces questions et cet article tentera d’en présenter les éléments principaux de réponse, en se basant particulièrement sur les travaux d’Anne-Sylvie Pharabod, Verra Nikolski et Fabien Granjon, portant sur la mise en chiffre de soi. 

La surveillance et la routinisation : 

La notion de surveillance recouvre une dimension clé  nous aidant à comprendre les motivations des utilisateurs. En effet, la surveillance, dans la quantification et la mesure, implique la mise en place de “seuils” ou de “limites” qu’il ne faudrait pas dépasser. Ou au contraire, le fait qu’il faille respecter une certaine régularité dans l’action. Ces seuils peuvent être fixés de manière personnelle ou bien par avis médical, mais ils peuvent aussi être fixés individuellement par l’intermédiaire des outils utilisés dans le cadre de la quantification, comme le permettent certaines applications. Ainsi, les dispositifs de mise en chiffre ont cette particularité de ne pas agir directement sur l’action mais d’engendrer d’autres actions en retour (Pharabod, Nikolski et Granjon, 2013), en ce sens qu’en se fixant des objectifs, des limites ou des seuils, les utilisateurs déterminent leur comportement futur. On comprend alors la dimension anxiogène que sous-tend cette mise en chiffre, dans le sens où elle conditionne ce que pourrait être un “bon comportement”. L’application incarne un support à l’évaluation de la bonne tenue des objectifs fixés par ses utilisateurs. On peut en déduire que ce type d’outils joue un rôle prépondérant dans la représentation symbolique de la performance, qui passe par une vision de courbes ascendantes ou de badges et récompenses qui sont proposés par les applications. Cet aspect, on peut l’imaginer, contribue largement à l’instauration de routines par l’utilisateur pour nourrir sa performance au sein de l’application. 

Le retour en chiffre comme sentiment d’existence : 

Dans cette partie nous revenons sur l’analyse portée par nos trois auteurs pour montrer comment la production de chiffres révèle une certaine réflexivité sur soi qui suppose d’une part “une hybridation forte entre prises objectives et prises subjectives sur soi ; et d’autre part, met en œuvre une forme de focalisation de l’attention proche d’une représentation  macroscopique de soi” (Pharabod, Nikolski et Granjon, 2013). Cette analyse sociologique est celle qu’Anthony Giddens a déjà formulé pour décrire la société moderne, reprise par Gil Delannoi en ces mots: 

La modernité se caractérise par évaluation du risque et la confiance en des systèmes-experts. La confiance n’est plus placée en une personne, mais dans un fonctionnement. Le postulat sous-jacent est le suivant: tout va bien se passer car le risque a été calculé maîtrisé.

(Delannoi, 1995)

Ainsi, l’Homme moderne réfléchit de manière rationnelle, au moyen de dispositifs ayant une pleine connaissance et qui apportent un point de vue minutieux sur les activités. En revanche, l’hybridation dont on parle se constitue autour de cette conception subjective, basée sur les ressentis personnels, et objective, permise par le retour chiffré. Ce qu’on peut lire de Anne-Sylvie Pharabod, Véra Nikolski et Fabien Granjon c’est que cette hybridation définit un rapport aux chiffres qui ne vient pas totalement effacer le ressenti personnel : “la mesure d’états ou d’activités par des instruments (capteurs) ou à travers des outils d’enregistrement (du carnet à la plate-forme connectée) s’articule avec la mobilisation d’une connaissance subjective de soi plutôt qu’elle ne s’y oppose” (Pharabod, Nikolski et Granjon, 2013).
Quel est donc le rôle des chiffres? La régularité est souvent de mise dans ce type de pratique de quantification. Au fur et à mesure de l’utilisation des applications, apparaissent donc des tendances qui sont calculées sur la base des performances antérieures. De fait, au-delà du ressenti physique qui peut caractériser une bonne performance, c’est la matérialisation, au support des chiffres et de la tendance, qui va susciter chez l’utilisateur un sentiment de changement et donc “d’existence” (Pharabod, Nikolski et Granjon, 2013). 

Le rôle des autres et de l’interconnexion :

La mesure des activités sportives ou des performances, de la bonne gestion de l’alimentation ou du poids, admet une forme de management personnel où l’individu se trouve comme l’entrepreneur de lui-même. Certaines des motivations qui poussent les utilisateurs à recourir aux applications de self-tracking, proviennent d’éléments extérieurs qui conditionnent des bonnes manières d’agir. Les normes de beauté, d’hygiène, de santé, imposées par la société jouent un rôle important dans la constitution de cet “individu-projet”. Sans conditionner explicitement les pratiques, elles peuvent avoir un effet inconscient.
Plus encore, les applications de self-tracking ont cet élément particulièrement important qui vient bouleverser l’aspect individualisant de la pratique : “l’interconnectivité”. Les utilisateurs sont en permanence en lien avec les autres, par l’intermédiaire de moyennes globales, ou comme avec l’application “Strava” par exemple, au travers de publications, d’abonnements ou de “Likes”. Ainsi, le projet de soi, dans sa dimension individuelle, admet ce qu’appelle Nicolas Marquis un “a-sociologisme”, une forme relationnelle qui noue à la fois individuel et collectif.
Dans le cadre institutionnel classique, on pourrait se dire que ce sont les clubs, les associations, les championnats, qui fixent une sorte de cadre de la performance, mais les applications de “self-tracking” incarnent une nouvelle forme institutionnelle. Outre les mesures qui sont faites sur les applications, ce sont les performances des autres qui vous donnent une idée de la position que vous occupez, la valeur performatrice de vos efforts, en fonction de celles des autres utilisateurs. Il y a une logique comparative qui s’effectue entre utilisateurs d’un niveau plus ou moins similaire, ou ayant pratiqué la même activité, sur un même itinéraire.

Pour aller plus loin : Juanals Brigitte, Téléphone mobile et santé mobile : une approche infocommunicationnelle du corps comme objet connecté, Laboratoire EA 4262 IRSIC, Aix-Marseille Université, France, 2017

Références : 

Delannoi Gil. Anthony Giddens, Les conséquences de la modernité. In: Revue française de science politique, 45ᵉ année, n°5, 1995 : [https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1995_num_45_5_403583#xd_co_f=NzEzNDAwNDUtMjAxZi00OWE5LWIwNWItMTRjNmM2NWI2NzA1~]

Marquis, Nicolas. « Performance et authenticité, changement individuel et changement collectif : une perspective sociologique sur quelques paradoxes apparents du « développement personnel » », Communication & management, vol. vol. 13, no. 1, 2016 : https://revue-communication-management-eska.com/publications/2016-1-vol-13

Pharabod, Anne-Sylvie, Véra Nikolski, et Fabien Granjon. « La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles », Réseaux, vol. 177, no. 1, 2013 : https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-97.htm

Preston-Lee Ravail, Le quantified self, IRBMS, 2013 : https://www.irbms.com/le-quantified-self/

 



Citer ce billet
louisjung (2022, 19 septembre). S’améliorer pour exister : le quantified-self et la mesure des performances pour repenser son rapport à soi-même. Contrepoints. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rafb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search