La science comme arme idéologique

Sciences et idéologies sont-elles les deux faces d’une même pièce ? Des doctrines eugénistes aux pratiques esclavagistes, il semble que la science ait servi de fondement théorique aux pires pratiques discriminatoires.

Il n’est pas rare d’entendre que la science permet de mettre en évidence des vérités universelles, indépendantes de celui qui les énonce. En d’autres termes, on nous parle d’une science objective. Un rapide coup d’œil à notre passé nous permet de constater que cette conception gagnerait à être nuancée. Il est naïf de penser le savant comme un être qui serait extérieur à la société, vierge de toute influence culturelle ou religieuse. L’histoire des sciences regorge de méthodologies différentes, de « croyances » aujourd’hui considérées comme absurdes, mais qui pourtant firent consensus à une époque.

Sciences et idéologies

Les sciences entretiennent un rapport particulier avec les idéologies, en les alimentant, mais aussi en s’en nourrissant. Cela s’explique en partie par les biais : nos idées préconçues moulent notre manière d’interpréter les faits. Ainsi, face à un résultat ou à une observation apparemment objective, deux individus peuvent voir des choses différentes. Ces « idées préconçues » peuvent venir de la science elle-même, mais aussi de ressentis plus personnels, comme la peur ou la haine – si on peut les distinguer.

On ne peut considérer que l’idéologie se place systématiquement en amont de la science, ou inversement : la plupart du temps, ces deux entités se construisent mutuellement, rendant vaine toute recherche de paternité. Toutefois, certains exemples historiques sont particulièrement pertinents pour faire état de cette interaction : dans la seconde partie de ce billet, je souhaite illustrer, à travers l’histoire du racisme scientifique, l’influence d’une idéologie sur la construction du savoir. L’inverse, soit la naissance d’une idéologie à partir de la science, ne sera pas traité dans ce billet, mais on peut en trouver une illustration dans les réceptions politiques qu’ont eut les théories de Charles Darwin (eugénisme, darwinisme social, ..).

La place que prend l’idéologie dans la généalogie des idées est un exemple particulièrement pertinent d’externalisme, conception épistémologique que j’ai décrit dans ce billet. Pour les moins valeureux d’entre vous, disons qu’elle postule de la place très importante que prennent les facteurs socio-culturels dans la construction du savoir scientifique.

Émergence du « racisme scientifique« 

Au cours du XVIIIe siècle, la notion de « race » prend progressivement un sens biologique, et de grands naturalistes – comme Linné, Buffon, Cuvier – établissent une classification raciale, en se basant sur des critères physiologiques, mais aussi sur des caractères moraux ou intellectuels. Si l’idée d’une classification interne à l’humanité fait alors consensus, des débats importants animent la communauté scientifique : les races ont-elles une origine commune ? Sur quels critères base-t-on cette classification ? Les races sont-elles immuables ? Peut-on en établir une hiérarchie ? Une race « inférieure » est-elle susceptible de « s’améliorer » ?

Il y eut aussi une pluralité d’interprétations politiques de ces concepts.

Racisme et idéologie esclavagiste

Il semble que les histoires du racisme et de l’esclavagisme sont intimement liées : certains auteurs avancent que la volonté d’objectiver et de pérenniser la hiérarchie raciale s’est construite en réponse à l’émergence des thèses abolitionnistes. Jusque-là, les études naturalistes portant sur les races relevaient de la curiosité : les crânes étaient considérés comme des pièces rares, insolites. Durant la seconde moitié du XVIIIe, des critiques de plus en plus virulentes furent adressées à l’égard de l’esclavage. Les défenseurs de ce système cherchèrent alors à fonder scientifiquement leur position, en postulant que la hiérarchie raciale était naturelle et irrémédiable. Edward Long, auteur de History of Jamaica (1774), défendit l’esclavage en prétendant montrer la proximité entre les Noirs et les singes, avançant par exemple que « [le Noir] doit être esclave en vertu de son animalité ».

Conclusion

Sciences et idéologies présentent une interaction complexe de co-construction. L’histoire du racisme scientifique, par exemple, ne peut être appréhendée dans toutes ses dimensions sans étudier les idéologies coloniales et esclavagistes.

Bibliographie

Bancel, Nicolas, Thomas David et Dominic Thomas (2014). L’invention de La Race : Des Représentations Scientifiques Aux Exhibitions Populaires. Collection “Recherches.” Paris : Éditions La Découverte.

Delbourgo, James (2007). British Museum – Slavery in the Cabinet of Curiosities: Hans Sloane’s Atlantic World. Accessible en ligne : https://www.britishmuseum.org/research/news/hans_sloanes_atlantic_world.aspx, Consulté le 27 mai 2019.

Guy Rumelhard, « Sciences et idéologies », RDST. Recherches en didactique des sciences et des technologies, n°1, 15 septembre 2010, pp. 223-40.

Sebastiani, Silvia (2016), « Frontières des l’humain. L’homme-singe dans le débat britannique sur l’esclavage (1770-1780) », in Antoine Lilti, Sabina Loriga, Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani (eds), L’expérience historiographique: autour de Jacques Revel, pp. 201–218. Enquête, 12. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Crédit image : « Un Afro-Américain buvant de l’eau uniquement réservée aux gens « de couleur » (colored men) ». – Oklahoma City, 1939. Domaine public.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search