L’illustration botanique: l’art au service de la science

A la limite entre art et science, quel est le rôle et l’importance de l’illustration botanique?

Une pratique ancienne

La représentation des plantes est une pratique très ancienne, les premières traces de cette activité datent du XVème siècle avant J.-C. et ont été trouvées en Egypte. Il s’agit de plus de 200 plantes taillées sur les parois du temple de Karnak qui montrent la diversité des jardins du pharaon. 

Mais il faut attendre jusqu’au Moyen-Âge pour que que cette pratique prenne de plus en plus d’importance. Des plantes médicinales sont représentées dans divers ouvrages de médecine et pharmacologie, accompagnées par des textes qui détaillent les propriétés médicales de chaque plante. Ces images constituent une aide visuelle pour faciliter aux savants de les repérer dans la nature à travers la forme, la couleur et les proportions du feuillage, des fleurs et des fruits. Tout comme les manuscrits dont elles sont issues, ces iillustrations sont reproduites en copiant l’ouvrage d’origine, et ne sont donc pas issues d’une observation directe du spécimen, ce qui n’est pas scientifiquement correct et éventuellement donne lieu à des déformations de l’image.

L’art au service de la science

Avec l’arrivée des grandes découvertes, l’illustration botanique prend un aspect beaucoup plus scientifique. La botanique se détache de la médecine et de l’agriculture et devient une discipline autonome pour étudier la diversité du monde végétal dans son ensemble. 

Les machines coloniales des puissances européennes explorent les quatre coins du monde et découvrent un grand nombre d’espèces végétales. Les botanistes doivent donc faire face au défi d’étudier et répertorier plus de 10 000 nouvelles espèces vers la fin du XVIII siècle. 

Lors des expéditions, il y a une grande mobilisation de savants qui vont sur le terrain collecter des spécimens et les étudier. Les illustrations sont réalisées à partir de l’observation du spécimen vivant et viennent compléter les travaux de collecte, mesure et observation. Le transport de plantes vivantes en Europe étant souvent compliqué, des herbiers constitués de plantes séchées sont envoyés accompagnés de ces planches botaniques qui représentent les exemplaires en vie pour permettre une étude virtuelle dans les cabinets européens. 

L’illustration botanique est donc étroitement liée à la construction du savoir végétal, et leurs auteurs suivent une démarche scientifique d’observation en s’intéressant aux caractéristiques physiologiques, souvent repérant des détails que même le botaniste dans son laboratoire n’a pas remarqués. Elle permet d’observer la plante dans son ensemble et d’observer côte à côte les différents stades de son cycle de vie. Il ne s’agit pas de modifier la nature pour la rendre plus belle, mais de la représenter telle qu’elle est pour pouvoir la cataloguer. Se voulant une représentation exacte de la nature, ces images à l’aquarelle ou aux pastels portent néanmoins une trace de leurs auteurs qui vont être acclamés pour leur travail. Parmis les illustrateurs botaniques les plus célèbres nous pouvons évoquer Pierre-Joseph Redouté, dont les illustrations émerveillent encore qui les observe.

Fritillaria imperialis par Pierre-Joseph Redouté

Une pratique à la portée des femmes

La botanique réveille un sentiment de merveille au sein de la population européenne du XVIIIème et du XIXème siècle. A travers de nombreux ouvrages illustrés qui viennent compléter des cabinets et des bibliothèques, de plus en plus de personnes s’intéressent à la diversité végétale et la botanique devient un loisir. Des botanistes amateurs cataloguent les plantes dans leurs villes et font leurs propres herbiers, beaucoup d’hommes sont accompagnés par leurs femmes qui vont faire des illustrations. Ainsi, l’illustration botanique offre aux femmes une voie alternative d’accès aux sciences. Des centaines de femmes contribuent à représenter de façon très précise diverses espèces végétales. Même si dominée par des hommes, cette pratique est populaire parmis les femmes vu son caractère modeste et discret. D’autre part, la peinture des plantes est plus accessible aux femmes que la peinture d’histoire ou de portraits grâce à des cours publics organisés par le Muséum d’histoire naturelle et à la publication d’ouvrages spécialisés et de recueils de gravures. De nombreuses femmes vont être reconnues de leur vivant pour leurs apports en matière d’illustration botanique.

The Banana Tribe par Elizabeth Twinning

Et actuellement?

De nos jours, ces illustrations font l’objet d’expositions qui permettent de mettre en valeur la richesse du monde végétal à travers les yeux de l’illustrateur. Ces images ont également une valeur esthétique et sont vendues sous forme d’affiches, d’autocollants, de recueils ou imprimées sur des pulls… Ces illustrations continuent à être publiées dans des revues telles que la Curtis’s Botanical Magazine, publié pour la première fois en 1787 et qui continue à être un point de réference pour les passionnés de la botanique. 

L’illustration botanique est encore pratiquée dans certains musées et jardins botaniques, l’approche méticuleuse des artistes étant très valorisée. Cette pratique ancienne est difficilement remplacée par la photographie qui manque de cette approche scientifique nécessaire à la capture en image des plantes et qui ne permet donc pas d’apprécier la morphologie végétale avec le même détail.   

  
Pour apprendre plus sur divers artistes botaniques vous pouvez consulter le webinar de Catherine Watters pour l’American Society of Botanical Artists.

Références bibliographiques:

Émilie-Anne Pépy, « Décrire, nommer, ordonner », Études rurales, 195 | 2015, 27-42. DOI : https://doi.org/10.4000/etudesrurales.10235

Leila McNeil, « The Botanical Artist Who Translates Plant Science Into Beautiful Art », Smithsonian Magazine, 2018. En ligne: https://www.smithsonianmag.com/science-nature/meet-woman-who-meticulously-illustrates-plants-name-science-180969544/, consulté le 01/05/2022.


Séverine Sofio, « Quelle(s) légitimité(s) pour les peintres de fleurs ? Genre, art et botanique au XIXe siècle. », Delphine Naudier; Brigitte Rollet. Genre et légitimité culturelle : quelle reconnaissance pour les femmes ?, L’Harmattan, 2007. Consultable sur: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02874159

Crédits photographiques:

The Banana Tribe, Elizabeth Twinning , domaine public

Fritillaria imperialis, Pierre-Joseph Redouté , domaine public



Citer ce billet
Alexandra Vilotte (2022, 3 octobre). L’illustration botanique: l’art au service de la science. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/raff

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search