Critère de démarcation: Lakatos versus Feyerabend

Lakatos est un philosophe des sciences, Feyerabend est un épistémologue anarchiste. Ces deux protagonistes se sont livrés une bataille intellectuelle pendant des années sur ce qu’est réellement la science. Quels sont leurs points de divergence, concernant la démarcation entre science et non science ?

Résumé : Nous allons étudier une discussion fictive entre Imre Lakatos et Paul Feyerabend sur leur position respective de pour ou contre le critère de démarcation, dans l’ouvrage « For and against method » regroupant également les cours de Imre Lakatos et les échanges épistolaires entre Lakatos et Feyerabend. Ce livre est édité par Matteo Motterlini qui a écrit cet échange fictif, qui traite des différents points de vue des auteurs, notamment sur la question de la méthode scientifique et du critère de démarcation entre science et pseudoscience ou plutôt entre bonne et mauvaise science. Cette discussion fictive retrace les différents échanges épistolaires dans les années 1960 et 1970 entre les deux amis et critiques.

Pour ou contre: le critère de démarcation ?

Le débat fictif sur le critère de démarcation commence donc avec le résumé de l’idée de programme de recherche par Lakatos. Ce dernier propose un système explicatif de la production scientifique qu’il intitule « programme de recherche » et dans lequel un noyau dur d’une ou plusieurs théorie sont défendues par un amas orbitant de théories auxiliaires (ex: théorie de la gravitation défendue par des théoriques ad hoc quand les observations ne collent pas à la prédiction). Il propose également de différencier les programmes de recherche en deux catégories avec une vision sur le long terme: l’une étant les programmes de recherches dits « progressifs », qui vont constamment proposer de nouvelles prédictions pour faire avancer la théorie et donc découvrir de nouveaux faits, à l’inverse des programmes dits « dégénératifs » qui ne parviennent pas à proposer de nouvelles hypothèses autres que celles permettant de maintenir la théorie de départ pendant un long moment, ne faisant donc plus de nouvelles prédictions. C’est donc ce critère, de programme dégénératif ou non, qui permet à Lakatos de voir une démarcation entre la bonne science et la mauvaise science, nuance faite à la démarcation entre science et pseudoscience de Popper. Nous pouvons prendre l’exemple de l’astrologie pour confirmer cette vision : l’astrologie n’arrive pas à faire de nouvelles prédictions ni à faire des hypothèses ad hoc qui arrivent à expliquer les réfutations trouvées à ses prédictions de départ.

Afficher l’image source
Groupe de chasseurs débattant sur ce qu’est la bonne et la mauvaise science

L’un des principaux points faibles que souligne Paul Feyerabend dans cette vision, c’est le point de rupture qui devrait déterminer à quel moment il faudrait arrêter un programme de recherche dit dégénératif au profit d’un programme rival plus progressif. Celui-ci pointe du doigt l’irrationalité de cette démarche sous-jacente à la proposition de Lakatos : les scientifiques devraient abandonner un programme au profit d’un autre prétendument supérieur à un moment donné ? Doit-il y avoir une limite temporelle après laquelle il faut impérativement abandonner le programme « dégénératif » ? Dans ces deux cas, Feyerabend renvoie la critique de falsification naïve faite à Popper par Lakatos. La réfutabilité est souvent vue comme trop naïve, et particulièrement par Lakatos puisqu’elle peut mettre de côté des paradigmes et théories récentes qui ont besoin de se consolider, même si elles peuvent être réfutée dans un premier temps. Ainsi, un programme de recherche peut être dégénératif, souligne Feyerabend, s’il est à un stade précoce où il a encore à se consolider, mais peut également être dans un stade dégénératif, pendant un certain moment, puis repartir de plus belle et être à nouveau progressif.

Lakatos répond qu’il ne dit pas aux scientifiques ce qu’ils doivent faire. En prenant l’exemple du changement de paradigme entre la physique Newtonienne et celle d’Einstein, il explique qu’il est rationnel de préférer celle d’Einstein à celle de Newton au vu des nouvelles prédictions que propose Einstein Il ne peut que constater a posteriori le choix des scientifiques et force est de constater que c’est bien celui d’Einstein qui a progressé. Mails il ne donne et ne souhaite donner aucun conseil aux scientifiques sur ce qu’ils doivent faire.

Au final, ce que propose Lakatos comme un moyen sûr de définir l’acceptation ou le rejet d’une théorie scientifique, règle basée sur l’honnêteté intellectuelle, devient plus ou moins flexible et peut être suivie ou non. Ainsi, Feyerabend retrouve presque dans la conception de Lakatos sa vision de l’anarchisme épistémologique (anything goes). Là où Lakatos se défend, c’est sur le point de la rationalité et de l’honnêteté. Le problème n’est pas pour un scientifique de rester dans un programme dégénératif s’il le souhaite, le problème est de ne pas reconnaître la faible chance de progrès dans celui-ci. Pour Lakatos l’honnêteté est donc importante… et complètement futile pour Feyerabend. A quoi bon être honnête si l’on peut se contenter d’être rationnel ? Cela veut dire qu’un scientifique pourrait rester dans un programme dégénératif de manière rationnelle selon Lakatos mais il faut être honnête envers soi-même et la communauté scientifique. Qu’est-ce que cela change d’un point de vue épistémologique ? Peu de chose pour Feyerabend. Encore une fois cette vision se rapproche de l’anarchisme épistémologique. L’anarchisme épistémologique est la vision de la science défendue par Feyerabend, où la science progresse de manière désordonnée, et non sur des bases méthodiques et organisée, et surtout elle fonctionne en lien avec la société.

Lakatos va nuancer son propos d’une étrange façon, en réclamant que les auteurs ne puissent pas publier leurs papiers faites d’hypothèses ad hoc qui ne servent qu’à sauver leur programme de recherche et les éditeurs ne devraient pas accepter ces papiers,.

Feyerabend souligne alors ce grand paradoxe de Lakatos, qui d’un côté considère qu’il n’est pas rationnel de refuser aux scientifiques de travailler sur n’importe quel type de programme (dégénératif ou progressif) si tant est qu’ils soient honnêtes avec eux-mêmes. De l’autre il recommande de ne pas publier leurs travaux. Pour Feyerabend il y a donc à la fois une part libérale dans sa façon de voir la science, mais aussi un côté autoritaire en ne se basant pas sur une argumentation mais seulement par des faits sociaux-historiques qui rendent de fait difficile de soutenir un programme de recherche dégénératif (ex : Newton vs Einstein). Les standards de Lakatos ne sont donc pas satisfaisants pour comprendre ce qu’est ou non une bonne science.

Référence:

Lakatos, I., & Feyerabend, P. (2010). For and against method. In For and Against Method. University of Chicago Press.



Citer ce billet
Sébastien Chiasson (2022, 8 septembre). Critère de démarcation: Lakatos versus Feyerabend. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/raf8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search