#YouKnowMe

Les femmes avortent comme elles font du shopping, elles utilisent l’avortement comme une contraception, elles regrettent toujours leur décision et cela détruit forcément leur couple, elles n’avaient qu’à se protéger davantage ou bien s’abstenir bien sûr…

Voilà certains des « arguments » énoncés par les personnes contre cet acte. Sont-ils pertinents ? J’en doute mais ont-ils un impact ? Oui en remettant en cause le pouvoir de décision des femmes et même leurs droits fondamentaux (Lowen, 2019).

Photographie d’une manifestation pour la légalité de l’avortement prise par Michelle Line

L’avortement, une pratique universelle et ancienne

Il s’agit d’une pratique qui varie suivant les époques et contextes sociaux, politiques et culturels, et dont les législations vont de la liberté de choix à l’interdiction totale. Sa libération a toujours été au centre de polémiques et elle est parfois remise en cause même après avoir été acquise. Certains revendiquent son accès comme un droit des femmes, un droit sexuel et reproductif ou simplement comme un droit à la santé, un droit humain. La condamnation de cette pratique se fait au nom du droit à la vie de l’embryon, mais est surtout intimement lié à la conception du rôle des femmes dans la société où les rapports de genre restent, malheureusement, inégalitaires.

En effet, certains voient les femmes avant tout comme des mères et dans cette vision des choses, le fait de renoncer à la maternité est perçu comme un comportement déviant. L’avortement a, de plus, été un instrument des politiques de population dans plusieurs pays communistes notamment durant la seconde moitié du XXème siècle.

Enfin, c’est un sujet problématique pour les démographes et les acteurs de santé par son taux important de mortalité maternelle quand ce dernier est non sécurisé. Tant d’aspects qui restent au cœur des débats à travers le monde (Guillaume, Rossier, 2018).

Une offensive paradoxale

Depuis 1973, la Cour suprême a inclus dans le 14ème  amendement de la Constitution des Etats-Unis le droit à l’avortement, un droit néanmoins contesté par les Etats conservateurs de la « ceinture de la Bible ». Malgré des restrictions concernant les délais de cette pratique, le principe même de ce droit a résisté aux tentatives de retour en arrière mais celui-ci est maintenant en danger. En effet, l’élection de Donald Trump, opposant à l’avortement, a sans conteste, bouleversé l’équilibre au sein de la Cour suprême en y installant une majorité conservatrice susceptible de changer la jurisprudence dans ce domaine. Deux juges aux positions anti-avortement, N. Gorsuch et B. Kavanaugh ont d’ailleurs été nommé.

Il n’a pas fallu attendre longtemps avant d’en observer les conséquences. En effet, depuis le début de l’année 2019 une bataille politique se déroule sur le territoire américain et 28 états sur 50 sont concernés ou déjà soumis à des lois anti-IVG de différentes formes dont le but serait de permettre le déclenchement d’une procédure juridique susceptible d’être portée à la Cour suprême et revoir la jurisprudence fédérale (Le monde, 2019).

Cette décision est néanmoins paradoxale dans la mesure ou selon les chiffres officiels des Centers for disease control and prevention, le nombre d’avortements a chuté de 24 % entre 2006 et 2015. De plus, 65% des avortements se produisent à 8 semaines ou moins de gestation et la quasi-totalité, c’est-à-dire 91%, à moins de 13 semaines. Les arguments accusant les femmes d’attendre trop longtemps avant cette procédure sont donc irrecevables et il a même été prouvé que 66% des Américains, incluant une bonne partie de démocrates et de femmes seraient d’accord pour réduire le délais autorisé pour un avortement. L’interdiction totale de l’IVG est, quant à elle, supportée par seulement 10% de la population tandis que les deux tiers des Américains tiennent à ce droit garanti pas la Constitution (Le Bars, 2019).

Les statistiques montrent ainsi que contrairement aux discours des partisans pour les lois anti-avortement, les règles actuelles sont loin d’être une incitation irresponsable à cette pratique et sont même vu par la majorité de la population comme un bon équilibre (Le monde, 2019).

Les victimes de viol et d’inceste ne comptent plus…

L’Alabama, un Etat conservateur du sud des Etats-Unis a promulgué la loi anti-avortement la plus stricte du pays le 15 mai dernier. Ce texte interdit la quasi-totalité des interruptions volontaires de grossesse et ce, même en cas de viol et d’inceste jugeant le bébé qui viendrait à naitre comme non responsable du crime et méritant de vivre. Il criminalise, de plus, cette pratique en punissant les médecins qui en auraient recourt même sur une victime d’agression sexuelle d’une peine de 99 ans d’emprisonnement, une peine supérieure à celle appliquée au violeur (Le monde, 2019).

Cette décision est évidemment plus que discutable car elle ne porte pas seulement atteinte aux droits de la femme en la considérant comme incapable de prendre une décision en toute connaissance de cause, mais attaque le processus de prise en charge des victimes et affecte considérablement leur reconstruction.

« Nous ne vous faisons pas confiance pour prendre une décision qui est la décision la plus personnelle et la plus précieuse au sujet de votre propre corps. »

« Vous venez de dire à ma fille, tu ne comptes pas. Tu ne comptes pas dans l’état de l’Alabama. », «Tu peux très bien être violée par l’un de tes oncles, ou cousins, ou n’importe qui, tu seras obligée de porter ce bébé sous la loi de l’Alabama. »

« Maintenant vous (le gouvernement) êtes dans mon ventre. Je veux que vous partiez. Vous ne le contrôlez pas, vous ne le possédez pas. »

(Paroles traduites de sénateurs démocrates en réaction à la loi de l’Alabama, vidéo originale disponible ici)

La contre-attaque des femmes et le soutien de l’industrie du divertissement américain

Cette régression des droits de la femme a évidemment suscité de nombreuses réactions des internautes qui ont fortement critiqué les photos des 22 sénateurs, des 22 hommes blancs, ayant voté cette loi dans l’Alabama. Certaines célébrités ont également exprimés leur opinion sur le sujet, dont l’actrice Busy Philipps, qui, durant l’émission américaine Busy Tonight du 7 mai 2019, a raconté sa propre expérience, révélant qu’elle a eu recourt à l’avortement à l’âge de 15 ans. Elle appelle les femmes à riposter, à mettre fin à la honte injustifiée liée à cet acte et lance l’ hashtag #YouKnowMe qui devient rapidement viral. De nombreuses femmes témoignent désormais et partagent leur expérience et surtout les raisons de leur choix comprenant par exemple leur jeune âge, des problèmes financiers ou encore des agressions sexuelles (Allodocteurs, 2019).

Les géants américains du divertissement tels que Netflix, Disney, Universal, soutiennent également ce mouvement en menaçant de cesser leurs tournages dans les Etats cherchant à limiter le droit à l’avortement. L’Etat de Géorgie est particulièrement visé par cette menace car ses dispositifs fiscaux avantageux en ont fait le lieu de tournage de nombreux films à succès incluant les productions Marvel. L’industrie du cinéma y a notamment investi l’an dernier 2,7 milliards de dollars et y a entretenu 92000 emplois.

Quelques producteurs indépendants, le syndicat des scénaristes américains ainsi que plusieurs acteurs ont contribués à cette contre-attaque (L’Express, 2019).

La situation actuelle des Etats-Unis montre que rien n’est acquis, que toute avancée est potentiellement réversible. Ainsi, un droit aussi fondamental que celui de disposer librement de son propre corps peut être remis en cause par une minorité d’individus puissants. Le traitement de cette problématique implique une extrême prudence, au risque d’accentuer les divisions d’un pays déjà fracturé (Le monde, 2019).

Bibliographie

Allodocteurs., 2019, Loi anti-IVG en Alabama : les femmes contre-attaquent, https://www.francetvinfo.fr/sante/patient/droits-et-demarches/loi-anti-ivg-en-alabama-les-femmes-contre-attaquent_3447631.htm, consulté le 2/06/2019.

Guillaume A., Rossier C., 2018, « L’avortement dans le monde. État des lieux des législations, mesures, tendances et conséquences », Population, 73(2), 225-322.

Le Bars S., 2019, Avortement : en chiffres, les paradoxes de la société américaine, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/16/avortement-en-chiffres-les-paradoxes-de-la-societe-americaine_5462604_3210.html?xtmc=anti_avortement&xtcr=12, consulté 2/06/2019.

Le monde., 2019, Avortement : le danger du recul américain, https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/05/21/avortement-le-danger-du-recul-americain_5464908_3232.html?xtmc=anti_avortement&xtcr=7, consulté 2/06/2019.

L’Express., 2019, Limitation de l’IVG : les studios d’Hollywood menacent de ne plus tourner en Géorgie, https://www.lexpress.fr/actualite/societe/limitation-de-l-ivg-les-studios-d-hollywood-menacent-de-ne-plus-tourner-en-georgie_2081339.html, consulté le 1/06/2019.

Lowen L., 2019, 20 Key Arguments From Both Sides of the Abortion Debate, https://www.thoughtco.com/arguments-for-and-against-abortion-3534153, consulté 1/06/2019.

Crédit image : Line M, banque d’images gratuites Flickr, https://www.flickr.com/photos/luvlethalwhites/32416902461/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search