Un flux de pensées STS

Et si je vous disais STS ? A quoi penseriez-vous ensuite ? Quels mots vous viendraient à l’esprit ? C’est ce que j’ai voulu tenter de réaliser dans ce travail.

Le concept de ce billet de blog est assez particulier. J’ai voulu laisser couler ma pensée en partant d’un mot initial : les STS. J’ai voulu laisser les mots traverser ma pensée et les noter, sans revenir en arrière ni effacer ce que j’avais pu écrire. Ce que je propose ici est donc une suite de connexions qui se sont produites dans mon cerveau, sans interruption, jusqu’à la limite des caractères imposés.

Sciences and Technologies Studies et STS. STS et société. Société et capitalisme. Capitalisme et économie. Économie et argent. Argent et richesse. Richesse et destruction. Destruction de la nature. Ontologie extractiviste. Extraction et carbone. Carbone et pollution. Pollution et air. Air et CO2. Trop de CO2. Changement climatique. Changement climatique et climat. Climat et géo-ingénierie. Non. D’abord climat et océan. Océan et acidité. Acidité et géo-ingénierie. Géo-ingénierie et pays développés. Quid des pays en voie de développement ? Différences sociales. Différences de gouvernement. Différences de vie. Différences dans la façon de voir la vie. Simplicité versus complexité. Vivre au jour le jour versus vie active. Vie active. Trop active ? Paris. Gris. Métro. Accélération du temps. Et si on prenait le temps de vivre ? Mais il n’y a pas le temps. Société accélérée. Courir après le temps. Courir après les délais. Source de stress. D’angoisses. Se forcer à prendre le temps. Retourner à la sauce. Retourner à l’origine. Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle. Manière différente de penser. De voir la vie. Et le monde. Perceptions bousculées. Autres auteurs. Bruno Latour. Donna Haraway. Isabelle Stengers. Vinciane Despret. Re STS. Vision de la trame. Trame et interconnections. Interconnections et liaisons. Liaisons et liens. Liens et chaînes. Chaînes et fer. Le fer est solide. Comme bloqué dans notre manière de penser. Être dans le pli. Savoir qu’on est dans le pli et ne pas réussir à en sortir. Se lancer vers quelque chose qu’on ne connaît pas. Ne pas connaître ce qu’il y a en dehors du pli. Ne pas comprendre le langage en dehors du pli. S’efforcer. Pendant des années. Réussir ? Est-ce vraiment possible de réussir ? De sortir totalement du pli ? N’y a-t-il pas une partie de nous qui y reste ? Nous sommes formatés. Nous connaissons uniquement ce que nous pouvons connaître. Est-ce qu’il est possible d’imaginer quelque chose que nous ne connaissons pas ? Est-ce qu’il est possible d’imaginer quelque chose qui n’existe pas ? Nous sommes coincés dans notre référentiel de connaissances. Connaissances et savoirs. Savoirs et technique. Technique et artisans. Artisans et manuel. Mains et dextérité. Aussi, technique et industries. Industries et machines. Machines et engins. Engins et mécanismes. Mécanismes et ingénieurs. Ingénieurs et prépa. Prépa et études. Études supérieures. Variété de domaines. Prestige des maths. Mathématique et physique. Physique et chimie. Chimie et biochimie. Biochimie métabolique. Biochimie métabolique et biologie. Biologie et enzymologie. Enzymologie et physiologie animale et végétale. Bref. Sciences dures. Et les sciences « molles » dans tout ça ? Terme péjoratif. Témoigne du prestige et de la domination des sciences dures sur les autres sciences. Voire sur les autres domaines. Quel prestige pour les domaines artistiques ? Plus ou moins bien que les sciences humaines ? Tendance à tout hiérarchiser. Mince, moi aussi je hiérarchise. Pourquoi cette tendance à tout hiérarchiser dans notre société ? Pourquoi toujours décider ce qui est plus ou moins bien ? Pourquoi cette obsession ? Obsession de tout classer en fonction de critères et de valeurs. Côté pratique, certes. Mais pourquoi plus ou moins bien ? Je me répète et tourne en boucle. Y’a t-il vraiment une réponse à cette question ? Y’a t-il tout simplement des réponses à tout ce que je me demande ? J’en doute. Je reviens. Pourquoi ne pas percevoir les choses uniquement comme différentes ? Comme distinctes ? Sans forcément les comparer entre elles ? Difficulté à appliquer ça à la vie quotidienne ? Sûrement. Échec de vouloir sortir des cases. Mais est-ce que les auteurs que j’ai cité tout à l’heure y arrivent ? Ceux comme Latour, Stengers, etc. Je dirais plutôt que oui. Bien qu’ils reçoivent de nombreuses critiques, ils sont tout de même écoutés par un grand nombre de personnes. Des personnes qui se sentent aussi oppressées par la manière de faire de la science aujourd’hui et qui se reconnaissent dans les propos de ces auteurs. Enfin j’imagine. J’imagine. Qu’est-ce que j’imagine ? Un monde idéalisé. Je n’ai pas envie de partir dans une introspection. Restons vague. Un monde idéalisé, pourquoi ? Car si on écoute les informations, on dirait qu’il ne se passe que des catastrophes. Catastrophes nucléaires, catastrophes écologiques, destruction des forêts, des habitats, des animaux. Les crises sanitaires, les guerres. Destruction. Destruction partout. L’humain est-il fait pour détruire ce qui l’entoure ? Est-ce un de ses besoins vitaux et innés ? Pourquoi l’humain cherche-t-il souvent les conflits, la violence, et la destruction ? Pourquoi n’est-il pas plus facile de se diriger vers la bienveillance et la communication ? Tellement de choses pourraient être résolues par la parole, par l’échange et par des discussions plutôt que par l’action. Action sans réflexion. La réflexion est capitale. Mais c’est peut-être là que j’idéalise le monde et les gens. Peu de personnes sont réellement dans la réflexion et choisissent le raisonnement en premier choix. Aujourd’hui ce qu’il faut privilégier c’est l’action. Agir. Et agir vite. Vite car il n’y a pas le temps. Le temps est synonyme de course. La course au marché. La course à la concurrence. On en revient encore à cette question : qui sera le meilleur du monde ? Le meilleur. Il faut toujours viser plus. Viser mieux. Certains parlent de progrès. Mais le progrès est-il nécessairement synonyme de nouveauté ? Synonyme d’innovation ? Synonyme de mieux ? Je laisse la question en suspens. Je laisse tout en suspens. Après tout, ce ne sont que des idées qui me traversent la tête. Il n’y a pas qu’une seule réponse. Et chacun est libre de penser ce qu’il veut. Je ne veux rien imposer. Si vous lisez ce texte, vous êtes juste présent dans ma tête. A un moment bien précis où tout cela se déroule. Mais qui me dit que dans deux heures je penserais la même chose ? Peut-être que je relirais ce texte et que je n’y comprendrais rien. Alors que pour l’instant il me semble très logique et fluide. Je vous ai accueilli dans ma tête, dans mes pensées et dans ma réflexion le temps d’un instant. Cet instant est désormais fini. Et si c’était votre tour maintenant ? Et si vous vous y essayiez aussi ? Qu’est-ce que cela donnerait ? Je vous donne le défi, choisissez un mot. N’importe lequel. Et écrivez le fil de vos pensées. Un aller sans retour.

Illustration

Photographie en gros plan de gouttes d’eau par Pixabay (CC)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search