La représentation du scientifique dans le cinéma de science-fiction

Que ce soit en tant que savant fou, inventeur de génie ou simple laborantin, le scientifique est présent dans les films de science-fiction. Mais comment est-il représenté ? Quel est son rôle ?

L’archétype du savant fou

D’abord apparue en littérature, cette figure classique du scientifique dangereux pour l’humanité se développe ensuite au cinéma. Je pense au Dr Meirschultz dans Maniac, ou encore à Rotwang dans Metropolisinventeur de génie, qui commande des robots de sa création pour parvenir à ses fins. Son laboratoire rempli de bobines électriques et de panneaux d’interrupteurs entre dans l’archétype[1] du savant fou, tout comme Frankenstein.

Rotwang (Rudolf Klein-Rogge) dans Metropolis, réalisé par Fritz Lang (1927)

Plus récemment, Edward Nygma dans Batman interprète un personnage instable, malhonnête et surdoué, obsédé par les devinettes. C’est un génie du crime spécialisé en ingénierie et programmation qui cherche à manipuler ses victimes[2].

Enfin, le docteur Emmett Brown, dit « Doc » de Retour vers le futur est l’archétype même du savant fou sympathique. Docteur en physique nucléaire, il travaille sur des inventions toutes plus farfelues les unes que les autres : casque lecteur de pensées, machine à voyager dans le temps. Ses seuls amis sont ses chiens auxquels il a donné des noms de savants (Copernic et Einstein). Ses traits physiques (cheveux blancs ébouriffés et blouse blanche) correspondent à l’image du scientifique dans la pop culture[3] et sont représentatifs du savant fou. 

Le personnage déconnecté de la réalité ou le scientifique non désintéressé

Le scientifique peut être quelqu’un de désorganisé et déconnecté de la réalité : je pense à Rich Purnell dans Seul sur Mars, spécialiste en astrodynamique de la NASA, qui est représenté dans son bureau avec plusieurs ordinateurs, des feuilles de papier éparpillées, un tableau noir recouvert d’équations. Il peut mener deux tâches à la fois comme participer à une conversation et résoudre un problème de science.

Au contraire du scientifique déconnecté de la réalité, le scientifique peut être non désintéressé : avide de profits ou de renommée (carriériste). Je pense au généticien Henry Wu dans Jurassic Park. Ce scientifique privilégie des approches rapides pour parvenir à ses fins, sans être attentif aux conséquences de ses actes. Il est obsédé par l’idée de créer des hybrides de dinosaures toujours plus puissants sans se préoccuper de leur place dans la chaîne alimentaire. Ici, le scientifique montre qu’il est capable de manipuler la nature et sert d’antagoniste au héros qui lui, est raisonné. Enfin, Dr Folamour fournit une autre représentation du scientifique non désintéressé, au service cette fois du pouvoir qui façonne la science[4].

Et les femmes?

Dans les films de science-fiction, les femmes sont très peu présentes. Jacques Jouhaneau a montré que seulement 4% des personnages de scientifiques au cinéma sont des femmes[5]. Dans de nombreux pays, on associe la science aux hommes plutôt qu’aux femmes[6]. L’étude « Draw a scientist »[7] a montré que les enfants se représentent les scientifiques comme étant des hommes, en blouse, en lunettes et avec une barbe, travaillant à l’intérieur d’un laboratoire. Comme le montre cet article, les représentations de femmes scientifiques se multiplient mais une majorité (73%) des enfants dessine les scientifiques comme étant des hommes[8].

Dans la plupart des films, les femmes scientifiques ont le rôle de collègue du héros ou de seconde comme dans I, Robot ou bien elles ne sont pas indispensables à la résolution de l’intrigue du film comme dans Bienvenue à Gattaca (Irène Cassini a seulement le rôle d’aider le héros et de devenir sa petite amie à la fin du film).

Parmi les rares figures marquantes de femmes scientifiques au cinéma, on trouve la docteure Eleanor Arroway dans Contact, scientifique talentueuse, passionnée par la radio-télécommunication et l’astronomie. Avec ses collègues, elle cherche des signaux d’origine extraterrestre. Dans « Women Scientists Role Models on Screen », Jocelyn Steinke montre que bien qu’Eleanor soit la chercheuse principale d’un grand projet de recherche, les autres scientifiques ont du mal à prendre au sérieux son travail. En plus d’être victime de discriminations dans sa carrière professionnelle, elle n’obtient un financement que lorsqu’un autre scientifique lui apporte son soutien. 

Plus récemment, l’astronaute Ryan Stone dans Gravity montre ses capacités à se débrouiller seule pour rejoindre la Terre après avoir été éjectée dans l’espace. Déterminée à survivre dans un environnement hostile, elle fait preuve d’une remarquable ingéniosité comme lorsqu’elle se propulse dans l’espace avec un extincteur ou lorsqu’elle parvient à faire fonctionner un vaisseau dont les écrans et indications sont en chinois.

Affiche du film Gravity, réalisé par Alfonso Cuarón (2013)

Murphy Cooper dans Interstellar, physicienne à la NASA, travaille avec le professeur Brand qui est l’archétype du physicien : il est vieux, a une barbe et des cheveux blancs. Murphy parvient à résoudre le problème mathématique, insoluble depuis des années, qui permet de faire revenir l’équipage errant dans l’espace. Dans plusieurs scènes, elle est présentée sous un tableau d’équations incompréhensibles, une des marques de la scientificité d’un personnage selon Éric Dufour. Elle est indispensable à la résolution de l’intrigue du film.

Une autre scientifique est présente dans Interstellar, c’est Amelia BrandElle dirige la mission qui a pour but de découvrir si d’autres planètes que la Terre sont habitables. Déterminée, elle risque sa vie pour faire avancer la mission. Cependant, elle se laisse submerger par ses sentiments : elle fait passer son amour pour un homme au lieu de se fier à son jugement scientifique. 

Conclusion

Dans les films de science-fiction, les représentations du scientifique sont variées :  personnage secondaire ou principal, diabolique ou sympathique, déconnecté de la réalité, inventeur de génie, … Cependant, une caractéristique les rassemble : ce sont en grande majorité des hommes.[9]

On peut trouver quelques figures féminines marquantes (3e partie), mais elles sont souvent accompagnées d’un homme : Ryan Stone par Matt Kowalski, Amelia Brand par le Dr Edmunds, on pourrait aussi citer Elizabeth Shaw dans Prometheus, accompagnée par Charlie Holloway, … tandis que les scientifiques hommes peuvent évoluer seuls (par exemple Mark Watney dans Seul sur Mars ou Cooper dans Interstellar).


[1] L’archétype du savant fou : « le laboratoire, les éprouvettes, les volutes de fumée s’échappant des potions et précipités, le savant mystérieux et ingouvernable, des expériences plus ou moins obscures, aux conséquences éthiquement discutables » dans Machinal Hélène, 2013, « Introduction », Le savant fou, Machinal Hélène (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

[2] Il est à proprement parler fou puisqu’il se fait interner à plusieurs reprises à l’asile d’Arkham.

[3] R. Zemeckis, le réalisateur du film, s’est inspiré de la figure d’Albert Einstein pour créer le personnage.

[4] Dufour E., 2012, « Les représentations de la science et du scientifique dans le cinéma de science-fiction », Alliage, No. 71, p. 123-134.

[5] Dans son ouvrage Le cinéma et la science (CNRS Éditions, 1994), inventaire de personnages scientifiques sur 16 000 longs-métrages sur la période 1902-1995.

[6] Miller David I., Nolla Kyle M., Eagly Alice H., Uttal David H., 2018, “The Development of Children’s Gender-Science Stereotpes: A Meta-analysis of Decades of U.S. Draw-A-Scientist Studies”, Child Developpement, Vol. 86, No. 6, p. 1943-1955.

[7] Étude réalisée auprès de 5000 élèves d’écoles élémentaires des États-Unis et du Canada, dessins recueillis entre 1966 et 1977.

[8] La proportion de dessins qui représentent des scientifiques masculins a diminué cette décennie (les filles ont dessiné 98,8 % de scientifiques masculins dans l’étude de 1983 contre 55 % en moyenne dans des études plus récentes). L’étude précise également qu’aux États-Unis, la tendance à dessiner des scientifiques masculins augmente avec l’âge des enfants mais diminue au fil du temps.

[9] A partir de la base de données https://www.scifi-movies.com/fr/ (consultée le 30/05/2022), sur 180 scientifiques (présents dans les films américains de science-fiction sortis entre 2010 et 2022), 131 étaient des hommes et 49 étaient des femmes.


Bibliographie

Dufour Eric, 2012, « Les représentations de la science et du scientifique dans le cinéma de science-fiction », Alliage, No. 71, p. 123-134.

Machinal Hélène, 2013, « Introduction », Le savant fou, Machinal Hélène (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Miller David I., Nolla Kyle M., Eagly Alice H., Uttal David H., 2018, “The Development of Children’s Gender-Science Stereotpes: A Meta-analysis of Decades of U.S. Draw-A-Scientist Studies”, Child Developpement, Vol. 86, No. 6, p. 1943-1955.

Steinke Jocelyn, 1999, “Women Scientists Role Models on Screen”, Science Communication, Vol. 21, No. 1, p. 38-63.


Films mentionnés

Batman Forever (J. Schumacher, 1995)

Bienvenue à Gattaca (A. Niccol, 1997)

Contact (R. Zemeckis, 1997)

Docteur Folamour ou : comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe (S. Kubrick, 1964)

Frankenstein (J. Whale, 1931)

Gravity (A. Cuarón, 2013)

Interstellar (C. Nolan, 2014)

I, Robot (A. Proyas, 2004)

Jurassic Park (S. Spielberg, 1993)

Maniac (D. Esper, 1934)

Metropolis (F. Lang, 1927)

Prometheus (R. Scott, 2012)

Retour vers le futur (R. Zemeckis, 1985)

Seul sur Mars (R. Scott, 2015)

Splice (V. Natali, 2010)


Crédit photographique

Metropolis 1927 Silent Film Rotwang, the Inventor 3655 par Brecht Bug, licence CC BY-NC-ND 2.0

Gravity Film Poster par Global Panorama, licence CC BY-SA 2.0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search