Écrire en temps de panne d’inspiration

Jack London[1] a dit : “On ne peut pas attendre que l’inspiration vienne. Il faut courir après avec une massue.”. Que faire quand rien ne vient ? Que l’on n’arrive ni à trouver de sujet, ni à écrire une ligne ? Que faire, quand après avoir couru un marathon après l’inspiration, elle ne frappe toujours pas à la porte ?

Trouver une idée

              « Parce que la forme est contraignante, l’idée jaillit plus intense ! »


Charles Baudelaire, Lettre à Armand Fraisse, 18-19 février 1860.

Dans le cas particulier de mon billet 3, je ne peux qu’être en désaccord avec cette citation. Il faut dire que l’idée d’un billet sur un sujet totalement libre me plaisait particulièrement avant de devoir trouver ledit sujet et ce que j’allais pouvoir écrire dessus. Alors j’ai commencé à chercher, j’aurais pu écrire ce billet sur mon projet de mémoire, après tout cela m’aurais permis d’avancer tout en partageant ce sur quoi je travaille ces dernières semaines. Cependant, même si mon sujet de futur mémoire m’intéresse énormément, je ne me sentais pas assez à l’aise pour le partager sur le blog du master.

Après avoir éliminé cette possibilité, j’ai cherché de l’inspiration dans les deux premiers billets que j’ai écrits. Là encore, je n’ai pas eu envie de réécrire sur un sujet similaire. En effet, j’avais moi-même jugé mon premier billet banal et décidé de ne pas le publier. A contrario, j’avais vraiment apprécié le sujet et la rédaction du deuxième mais je ne me voyais pas refaire un billet sur les mangas pour bien des raisons. Déjà, lequel choisir ? Ce ne sont pas les possibilités qui manquent lorsque je regarde ma bibliothèque. De plus, mon choix devait pouvoir se justifier et donc je devais identifier mes critères de choix, ce que je n’ai pas réussi à faire.

Après toutes ces étapes, j’ai commencé à chercher dans mes cours de l’année, le nombre de sujets possibles était important. Tombant peu à peu dans le désespoir de venir à bout de ce travail, j’ai bêtement tapé « Trouver des idées » dans la barre de recherche du CAIRN, je suis alors tombée sur « La boite à outil de la créativité »[2] de François Debois, Arnaud Groff et Emmanuel Chenevier. Dans le premier outil proposé, les auteurs identifient 4 étapes pour trouver une idée de sujet.

La première phase est celle de l’« imprégnation », elle permet de poser le problème, noter les premières idées comme j’ai pu l’expérimenter dans les paragraphes précédents. Dans la deuxième phase, l’« incubation », les auteurs recommandent de lâcher prise, de ne plus penser au problème, de s’occuper avec de la musique ou du sport. Déconnecter mon cerveau n’a pas été le moment le plus difficile de la production de ce billet, je dois l’admettre. C’est quand j’ai pensé à faire un billet sur la difficulté d’écrire un billet que je me suis rendue compte que la méthode était fiable, j’ai pris conscience que j’avais passé la phase trois, l’« illumination ». Il ne restait plus qu’à savoir si cette idée était faisable et entrait dans le cadre du master et du blog, soit la phase numéro 4, celle de la « production ». J’en ai donc discuté avec certains de mes camarades qui ont approuvé le thème.

La rédaction

Après toutes ces péripéties, j’ai décidé d’effectuer des recherches sur les pratiques de blog dans le cadre universitaire pour pouvoir référencer au maximum mon billet, qu’il garde une part de recherche et qu’il ne soit pas uniquement personnel. Je voulais dans ce billet essayer de parler plus avec le « je » et comptabiliser le bon nombre de caractères exigé par le format, il fallait donc trouver un certain équilibre. Le plus difficile est de bien expliquer les différentes étapes par lesquelles j’ai pu passer.  

« l’écriture est non seulement un procédé destiné à fixer la parole, un moyen d’expression permanent, mais elle donne aussi directement accès au monde des idées ; elle reproduit bien le langage articulé mais elle permet encore d’appréhender la pensée et de lui faire traverser l’espace et le temps ; c’est le fait social qui est la base même de notre civilisation »


Charles Higounet, « L’écriture, expression graphique du langage », 2003

Pour faire passer au mieux l’idée principale de ce billet, j’ai lu énormément d’articles sur l’écriture créative en milieu universitaire[3]. Ironiquement, la partie la plus difficile à écrire est cette partie sur l’écriture.

Appréhension de la publication

Comme évoqué un peu plus haut dans cet article, j’ai déjà été réticente à l’idée de publier mes écrits. Mon premier billet ne fait pas exception. En effet, celui-ci est très personnel, et même si c’est un choix de ma part, il est difficile d’admettre que ces mots seront lus. Je n’ai pas trouvé beaucoup de ressources sur cette appréhension de publier en tant qu’étudiant, surement parce que ce sont des sentiments et des peurs propres à chacun.

Conclusion

Pour terminer cet article, je dirais que la difficulté à écrire ce billet a été la clé de sa production. Il y a après ce billet de nombreuses possibilités d’extensions, il est évident que je vais aller chercher plus d’informations sur les pratiques d’écriture pour essayer de surpasser mes blocages. Certes, il devient essentiel de donner des outils pour vaincre ces pannes d’inspirations mais il l’est tout autant de se mettre à penser que des moment à vide peuvent aboutir à des productions complètes.

Bibliographie

Debois F., Groff A., Chenevier E., (2019), « Outil 1. Les 4 phases du processus créatif », La boite à outil de la créativité, Malakoff, Dunod, 12-13.

Higounet C., (2003), « L’écriture, expression graphique du langage », L’écriture, Paris, PUF, 3-14.

Houdart-Merot V., (2018), « Entrer dans la littérature par la pratique », La création littéraire à l’université, 23-46.

Van Laethem V., Josset J-M., (2020), « Outil 21. La contrainte créative », La boite à outil des soft skills, Malakoff, Dunod, 70-71.


[1] Jack London est un écrivain américain de la fin du XIXème et début du XXème siècles, il est connu pour ses romans d’aventure sauvage tel que « L’appel de la forêt ».

[2] Debois F., Groff A., Chenevier E., (2019), « Outil 1. Les 4 phases du processus créatif », La boite à outil de la créativité, Malakoff, Dunod, 12-13.

[3] Houdart-Merot V., (2018), « Entrer dans la littérature par la pratique », La création littéraire à l’université, 23-46.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search