Biais sexistes et essais cliniques ?

De nos jours, la plupart des médicaments sont prescrits à dose égale pour les hommes et les femmes. Qui que vous soyez, voyons comment présupposés de genre et facteurs sociaux peuvent affecter votre santé.

Dans un article publié en 2020 dans la revue « Biology of sex differences », Irving Zucker et Brian Prendergast, chercheurs américains en neurosciences et psychologie, montraient comment les femmes étaient sous-représentées dans les essais cliniques et de quelle façon cela leur portait préjudice lors de la prise de traitement. En 2017, Catherine Vidal et Muriel Salle publient « Femmes et santé, encore une affaire d’hommes ? » et montrent comment les biais et sexistes et la discrimination portent préjudice aux hommes comme aux femmes en matière de santé.

Encore de nos jours, les hommes sont majoritairement présents lors des essais cliniques alors que les femmes ne représentent qu’une mineure partie de la population étudiée. Pourtant, les traitements sont prescrits à dose égale pour les hommes comme pour les femmes alors que les différences physiologiques entre les sexes sont bien présentes et peuvent affecter la manière dont nous les assimilons.

Le sexe, facteur d’effets secondaires ?

Dans leur article, Zucker et Prendergast expliquent que les femmes sont différentes biologiquement des hommes notamment par leur poids plus faible, la taille de leurs organes généralement plus petite, et leur masse graisseuse plus importante. Ainsi, plusieurs facteurs varient : la pharmacocinétique, c’est-à-dire l’absorption et la distribution des molécules dans le corps, le métabolisme et la sensibilité face à certains traitements. Ces variations exposent les femmes à des effets secondaires plus fréquents : les essais cliniques étant majoritairement conduits sur des hommes, le dosage de ces médicaments est souvent trop élevé pour les femmes qui sont ainsi surmédicamentées. Les deux chercheurs mettront en évidence au cours de leur étude, que sur plusieurs traitements couramment utilisés aux Etats-Unis, les femmes sont plus sujettes à leurs effets secondaires, et qu’ils sont généralement plus forts.

Dans un article publié en 2016, une autre équipe de chercheurs montrait comment le manque de représentation des femmes lors des essais cliniques menés sur le VIH est problématique, alors que le nombre de celles qui en sont porteuses est de près de 20 millions dans le monde. Ces femmes sont trop souvent sous représentées dans les essais cliniques, alors même qu’il est établi que la réponse immunologique des femmes est différente par rapport aux hommes.

De manière plus générale, la plupart des essais cliniques où l’impact du genre sur la réponse face à un traitement est démontré, celui-ci n’est pas pris en compte.

Image libre d’utilisation : https://www.pexels.com/fr-fr/photo/verre-transparent-colore-rangee-4226902/

Pourquoi si peu de femmes ?

Historiquement parlant, les femmes en âge de procréer (allant d’environ la vingtaine à la quarantaine d’années) étaient exclues des essais cliniques pour préserver les fœtus et la santé du futur enfant. Cela pouvait s’expliquer par des raisons éthiques, mais aussi par le statut social de la femme qui pendant longtemps s’est limité à celui de génitrice et de maitresse de maison. Même les femmes célibataires ou sous contraceptions sont restées exclues de ce système jusqu’à la fin du XXe siècle, moment à partir duquel aux Etats-Unis et en Europe, s’est réaffirmée la volonté d’augmenter la participation des femmes dans les essais cliniques, et où la femme a commencé à pouvoir disposer librement de son corps au regard de la grossesse.

Les femmes, mais pas seulement

La volonté de réintroduire les femmes dans les essais cliniques s’est avant tout expliquée car certaines maladies étaient trop peu connues et touchaient majoritairement les femmes. Encore aujourd’hui, l’errance de diagnostic est présente pour certaines maladies, ce qui ne permet pas de réaliser des essais cliniques adaptés à leur fonctionnement. C’est le cas par exemple de l’endométriose.

Mais ce problème lié au diagnostic concerne aussi les hommes. Dans son livre, Catherine Vidal explique par exemple que les femmes sont sous-diagnostiquées pour les infarctus du myocarde, et que les hommes ne sont presque jamais traités contre l’ostéoporose, parce qu’on considère que c’est « une maladie de femmes ». Ces biais empêchent parfois un bon diagnostic et une prise en charge adaptée.

Le dernier exemple illustre particulièrement le point sur lequel les raisons médicales n’expliquent pas uniquement le manque de présence des femmes dans les essais cliniques.

La représentation sociale liée au sexe a en effet un grand rôle à jouer parmi toutes ces questions. Alors que la distinction entre genre et sexe est au cœur des débats de société, certains préjugés liés aux rôles des hommes et des femmes dans le monde social continuent de faire partie du quotidien et restent intégrés dans l’inconscient collectif. Sans oublier l’influence des conditions socio-économiques ou encore l’origine ethnique dans les taux de participation.

Non seulement ces biais et préjugés se transmettent dans la perception sociale de la maladie, mais affectent aussi le corps médical puisqu’ils mènent parfois à des erreurs de diagnostic. Je me suis essentiellement limitée ici à parler du sexe puisque je souhaitais parler des différences biologiques, mais la question du genre se pose évidemment dès qu’on sort de ce champ. La prise en charge des personnes transgenres nécessiterait elle aussi d’être questionnée puisqu’elle implique des traitements hormonaux venant impacter la physiologie du patient, et donc sa réceptivité à certains traitements, mais est aussi étroitement liée aux questions de genre.  

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, beaucoup de chercheurs, médecins, et militantes se prononcent en faveur d’une meilleure considération des différences biologiques homme-femme pour la prise de traitement. Cela passe aussi par la demande d’une meilleure communication de la part des institutions telles que l’OMS ou la FDA sur la prédisposition aux effets secondaires selon le sexe. La parité des sexes lors des essais cliniques (du moins sur des maladies qui touchent les hommes et les femmes à parts approximativement égales) devrait aussi être faite, tout comme l’adaptation des traitements en fonction et au besoin.

Il est tout de même important de rappeler que les essais cliniques sont des processus visant à aboutir à la commercialisation d’un traitement et donc à générer du profit. En ce sens rechercher la parité homme-femme pourrait retarder la mise en place de ces essais cliniques et ainsi en limiter les bénéfices, ce que ne souhaitent pas les institutions qui en sont responsables. A ce jour, la législation Européenne ne demande pas de parité homme-femme dans les essais cliniques, même dans les cas où cela est reconnu comme nécessaire.

Les femmes sont-elles moins bien soignées que les hommes ? Réponse de Sidonie Bonnec

Bibliographie

POTTERAT M. et al., 2015, « Les femmes, oubliées de la recherche clinique », Revue Médicale Suisse, 1, 487, 1733-1736,

ZUCKER I., PRENDERGAST B., 2020, Sex differences in pharmacokinetics predict adverse drug reactions in women, https://bsd.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13293-020-00308-5, consulté le 25 mai 2022

CURNO M., et al., 2016, A systematic Review of the Inclusion (Or exclusion) of women in HIV research from clinical studies of Antiretrovirals and vaccines to cure strategies, https://journals.lww.com/jaids/Fulltext/2016/02010/A_Systematic_Review_of_the_Inclusion__or.8.aspx, consulté le 27 mai 2022.

CLUZEAU T., 2019, Essais cliniques : un enjeu pour la santé des femmes, https://www.nationalgeographic.fr/sciences/2019/12/essais-cliniques-un-enjeu-pour-la-sante-des-femmes, consulté le 25 mai 2022.

SALLE M., VIDAL C., 2017, Femmes et santé, encore une affaire d’hommes ?, Paris, Belin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search