Data-Humanism : Répondre à la crise de sens du progrès technique

“We are ready to question the impersonality of a merely technical approach to data and to begin designing ways to connect numbers to what they really stand for: knowledge, behaviors, people”.
        Giorgia Lupi

Quelle direction pour le progrès?

Le chemin que nous prenons est tracé. Nous sommes à l’aube de la 5G et de l’Internet des Objets et nous tendons vers une nouvelle révolution technologique et numérique du tout connecté. Plus que jamais, nos applications, nos dispositifs techniques, nos smartphones, sont mis à contribution dans cette recherche permanente du mieux et le sens que l’on donne à cette quête infinie peut être résumée en ces mots: “La réaction la plus commune de l’esprit humain face au travail accompli n’est pas la satisfaction, mais le toujours plus. Les Hommes sont toujours à l’affût du mieux, du plus grand, du plus savoureux” (Harari, 2015).

La technologie n’est pas qu’une simple béquille ou une imitation de l’Homme, elle participe à la constitution de ce nouvel idéal emprunté à Nietzsche mais galvaudé du “surhomme”. Les transhumanistes en sont d’ailleurs les promoteurs, en témoigne le principe fondateur de l’Association Française Transhumaniste : “Nous prônons l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales humaines”. Face à ce type d’ambitions qui paraissent, somme toute, assez abstraites, la vitesse à laquelle évoluent nos relations avec la technologie est tout de même vertigineuse.

Alors “comment ne pas devenir fou?”. C’est la question que se pose Bernard Stiegler dans son ouvrage intitulé “Dans la Disruption” publié en 2016, dans lequel il entreprend de décrire un phénomène d’accélération de l’innovation, ayant pour effet selon lui, entre autres, la destruction des structures sociales. En effet, Derrière nos écrans noirs, véritables trésors de savoir, d’information et de connexité au monde dématérialisés, nous entreprenons peut-être, paradoxalement à cette “augmentation”,  notre propre déperdition intellectuelle et sociale. Jacques Lucchesi, dans un article publié en 2019 pour AgoraVox, définit cette ambivalence comme une “déshumanisation programmée” qui “se pare volontiers des attributs du surhumain”. Nous nous retrouvons dès lors, pris entre deux forces : celle de l’évolution inexorable de la technique, “on n’arrête pas le progrès”, ou celle qui défend la vision de l’Homme comme maître de son destin.

Giorgia Lupi : Designer de l’information

Des pistes alternatives, conciliant à la fois évolution technique et ré-humanisation, offrent un nouveau champ de recherche qu’il serait intéressant de considérer. Le Data-humanism tel que proposé par Giorgia Lupi notamment, intègre aux processus de récolte et de traitement de données, une dimension visuelle, simplifiée et abordable pour “remettre en question l’impersonnalité d’une approche purement technique des données et à commencer à concevoir des moyens de relier les nombres à ce qu’ils représentent vraiment”. La tendance de la technologie à promulguer une quantité grandissante de chiffres désincarnés pourrait donc être inversée au profit d’une ré-humanisation de son produit et offre un nouveau terrain d’analyse fécond pour penser la technologie de demain.

Capture d’écran d’un projet de représentation graphique de données, issue du site web de Giorgia Lupi

Références :



Citer ce billet
louisjung (2022, 29 septembre). Data-Humanism : Répondre à la crise de sens du progrès technique. Contrepoints. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rafe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search