L’esthétisme du cyberpunk

Les illustrations du paysage cyberpunk sont vecteurs d’une ambiance particulière. Mais qu’elles sont ces univers? Et sont elles seulement le miroir d’une dystopie imminente? 

Le cyberpunk

Le mouvement cyberpunk est né dans la fin des années 1970 et à l’aube des années 1980. Le monde (occidental et les Etats Unis) vient de vivre une période de croissance tant économique que technologique foudroyante. La période des trentes glorieuses fut une période assez prospère. Néanmoins, cette époque connaît quelques agitations notamment sociales : la contre-culture aux Etats Unis, mai 68 en France, la guerre froide, le choc pétrolier de 1979…. L’euphorie de “la période hippie” décline. C’est dans ce tumulte que va naître le punk et par extension le cyberpunk. 

Ce genre est un mélange entre un désabusement social, une fascination pour la technologie (et l’évolution de la science en général) mais aussi une crainte envers celle-ci. Il se revendique comme le miroir du futur pour les laissés pour compte.  

Mais la définition du cyberpunk qui revient le plus est celle d’un genre de science fiction qui étudie l’impact de la technologie sur l’homme. Une œuvre rentre dans ce genre si elle répond à trois questions: Est-ce une œuvre d’anticipation? Quel est le rapport entre la machine et l’humain? Comment la technologie ou la science change t-elle la vie de ce dernier? La dernière question étant la plus importante. En effet, le cyberpunk est généralement porteur de dystopie. 

L’esthétisme sombre du cyberpunk

Ce genre artistique est présent dans de nombreuses œuvres, qu’elles soient dans la littérature, le cinéma ou même les jeux vidéos, et son esthétisme se retrouve sur de nombreux plans. Je m’intéresse particulièrement aux villes cyberpunk. En effet, cet arrière-plan, où se déroule l’action et que nous prenons peut-être pas la peine ou juste le temps d’analyser, qui nous plonge dans un univers particulier. Ce sont ces images qui créent une ambiance particulière. 

En effet, que serait le film Blade Runner 2049, sans son fond de ville sombre mais pourtant illuminée par les écrans géants et les hologrammes?  Ou la série Altered Carbon sans ses énorme building noir où rayonne une multitude d’enseigne lumineuse? 

image de la série Altered Carbon

Personnellement, je trouve ses images paradoxales. En effet elles sont magnifiques et pourtant d’une certaine façon angoissantes. Ces illustrations, décrivant une dystopie, nous plongent dans des univers sombres et anxiogène, un monde en marge de la société ou du moins au niveau “populaire” de l’humanité. En aucun cas le protagoniste fera partie d’une classe dirigeante. Cette obscurité constante, produite soit par la hauteur des gratte-ciel, soit par une brume épaisse, peut nous rappeler que la lumière peut être un privilège.

 La couleur en surplus

La bande dessinée Transmétropolitan prend une direction opposée aux deux précédents exemples. En effet, véritable satire de la société, présente comme future, elle coche toutes les cases du cyberpunk et reprend toutes ses traditions. Nous y suivons Spider-Jerusalem, un journaliste détestant la ville et se faisant porte-parole des minorités. Cette bande dessinée haute en couleur, tant au sens figuré que littérale, nous bombarde d’informations. 

Le Transmétropolitan

Ce parti pris de la couleur est assez ironique et cette accumulation de détails flashy nous éblouit comme si elle nous distrayait des réels problèmes. En y regardant bien, je trouve souvent certains détails dérangeants dans les planches de la bande dessinée.

Vous est- il déjà arrivé d’acheter un livre de science fiction, pensant qu’il s’agit d’une utopie, mais que vous ne soyez pas étonné de découvrir une fin dystopie , car dès le début, vous trouviez certains éléments étranges? C’est l’effet que me fait Transmetropolitan. 

C’est encore une fois paradoxal qu’une telle image si détaillée nous fasse suffoquer. J’associe cette saturation d’information à une mauvaise blague de l’illustrateur, comme s’ il savait quelque chose se délectant de nous voir rater ce secret. 

Un esthétique de l’optimisme 

Lors de mes recherches sur le cyberpunk, j’ai découvert un sous-genre ou un genre voisin de cette catégorie : le solarpunk. Celui-ci prend les mêmes concepts mais au lieu de servir une dystopie, décrit une utopie. Plus souvent associé à l’écologie, c’est un genre nouveau. A l’image du film Tomorrowland, ou du Wakanda dans le film Black Panthers, les villes issues de ce mouvement sont à l’intersection de l’art nouveau et d’une “ville durable”.  

Image du Wakanda

Ces paysages urbains qui mêlent la haute technologie et une végétation verdoyante sont doux. Ceux-ci sont de véritables descriptions d’ utopie où l’humain  arriverait à résoudre les problèmes environnementaux, en faisant un bon usage de la science.

Ces images sont lumineuses mais reposantes. Dans ces villes nous y sommes bien comme paisible, comme une idylle, qui ne me semble pas si inaccessible. 

Conclusion

Les paysages cyberpunks, sont aussi paradoxaux que le genre qu’il représente. Peu importe le moyen utilisé, ceux-ci transmettront un certain malaise mais aussi une certaine beauté. Ces villes très présentes dans la pop culture, dessinent un futur assez sombre et anxiogène, la technologie écrasant le peuple. Cet outil joue un rôle merveilleux dans le pessimisme ambiant qui englobe notre avenir. Il est rafraîchissant de noter que certains artistes jouent la carte de l’optimisme afin d’alimenter notre imagination. Le solarpunk, véritable véhicule d’utopie, nous permet une représentation d’un futur apaisant, un véritable rêve. Mais ne faut-il pas d’abord rêver et imaginer avant d’agir?     

Bibliographie :

-Barbieux J.-M., Combe D., 2018, Le Solarpunk – une cure de soleil contre la fin du monde, Tracks, Arte.

-Chaptal S., Zeid J., Nawrocki S., 2020, CYBERPUNK – Histoire(s) d’un futur imminent, Ynnis Editions, Paris.

 -Perocheau J.,2020, Comment l’esthétique cyberpunk est devenue incontournable dans la culture populaire,  Design, Views.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search