Le jeu vidéo au service de la science

Et si je vous disais que vous pouvez contribuer à la recherche scientifique sans quitter votre chambre ? Mieux, que vous pouvez être cité dans un prestigieux magazine scientifique sans jamais avoir mis les pieds dans un labo. Alors, qu’attendez-vous pour aller jouer ?

Imaginez-vous un monde où des gamers pourraient aider les scientifiques à la découverte de nouveaux traitements thérapeutiques. Et bien, nous n’en sommes pas loin. En 2008, le département d’informatique et de biochimie de l’université de Washington lance un projet collaboratif du nom de Foldit . Le jeu vidéo expérimental permet aux joueurs de manipuler des structures de protéines afin de trouver comment la structure primaire se transforme en structure tridimensionnelle, en d’autres termes comment la molécule « se plie ». Le 18 septembre 2011, la revue Nature structural & molecular biology publie un article : après dix ans de recherches sur la structure tridimensionnelle de la protéase rétrovirale du virus M-PMV , responsable d’une des formes de Sida chez le macaque, la structure est enfin connue au terme de 3 semaines de jeu. Les joueurs sont mentionnés aux côtés des auteurs de l’article. Qui a dit que jouer n’était pas sérieux ? 

Exploitant cette frontière mince entre jeu et science, la société suisse MMOS (Massively Multiplayer Online Science ) a eu l’idée de mettre à profit le temps que consacrent les joueurs en ligne au service de la recherche scientifique. Lancé au mois de mars 2016, le projet surnommé « Projet Discovery » associe le jeu en ligne EVE Online et The Human Protein Atlas (HPA) qui répertorie des millions de photos de protéines. La reconnaissance et la classification des images sont de véritables challenges pour les sciences de la vie. Ce travail fastidieux a été intégré sous forme de mini-jeu proposant au joueur d’analyser et de classer les données scientifiques réelles en échange de récompenses dans le jeu. Ces données sont ensuite envoyées aux scientifiques. La communauté a ainsi réuni 322 006 participants, qui en un an ont permis l’identification de près de 33 millions d’emplacements cellulaires dont certains n’apparaissaient pas dans l’HPA. 

Mais les créateurs ne s’arrêtent pas là. En 2017, ils lancent un second Project Discovery permettant aux joueurs de rechercher dans l’univers l’existence d’exoplanètes. Cette fois le développeur de EVE Online, CCP Games a collaboré avec le professeur Michel Mayor de l’université de Genève, qui en 1995 avait découvert, avec son collègue Didier Queloz la première planète en dehors de notre système solaire.

Objet de loisir devenu objet de recherche, de nombreuses études scientifiques s’intéressent au phénomène du jeu vidéo. Propice à la création de communautés, les joueurs permettent aux scientifiques un gain de temps considérable. Le gamer est un générateur de données scientifiques. Le concept s’exporte jusque dans les lieux de médiation scientifique et culturelle. Ainsi, en début d’année, la Cité des sciences et de l’industrie a ouvert son e-LAB. 

A l’aide de dispositifs permettant de calculer le rythme cardiaque, la température ou le mouvement des yeux, sont produites des données qui sont par la suite diffusés en open data afin de contribuer notamment à la recherche scientifique.  

Ressources

Project Discovery – Citizen science begins with you [Internet]. EVE Online. [cité 3 juin 2019]. Disponible sur: https://www.eveonline.com/discovery

Bibliographie

Khatib F, DiMaio F, Foldit Contenders Group, Foldit Void Crushers Group, Cooper S, Kazmierczyk M, et al., « Crystal structure of a monomeric retroviral protease solved by protein folding game players », Nature Structural & Molecular Biology, 18 sept 2011, 18, p. 1175.

Sullivan DP, Winsnes CF, Åkesson L, Hjelmare M, Wiking M, Schutten R, et al. « Deep learning is combined with massive-scale citizen science to improve large-scale image classification », Nature Biotechnology, sept 2018, 36(9), p.820.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.