La responsabilité de l’imaginaire

Qu’est-ce qui fonde notre perception de la science ? Comment nos conceptions sur le monde organisent notre action sur notre environnement ? Comment les innovations scientifiques affectent la vie individuelle et collective ? Voici quelques questions qui m’animent et qui alimentent cet article.

Imagerie et information sous l’emprise du pouvoir

L’imaginaire collectif d’aujourd’hui, influencé par les images renvoyées par les médias peut déterminer l’histoire de demain. Mais, quand ces images sont renvoyées en fonction des intérêts économiques et politiques d’un groupe de personnes, d’un gouvernement, d’un état, sans prendre en compte ce qu’Isabelle Stengers appelle le sens commun – c’est-à-dire ce qui est précieux pour une collectivité et qui en général ne va pas de pair avec l’innovation, avec la rationalité scientifique – les conséquences de ces actions peuvent ébranler les fondements même de la société Pour appuyer ces propos sur les images je vais les illustrer avec un exemple tiré du livre « Culture et impérialisme » d’Edward Said. L’idée de Said est que quand on observe de près les liens entre le système médiatique, la politique et la culture, on n’est pas sans remarquer qu’ils influencent le travail critique individuel et collectif. Il prend l’exemple de l’apparition des mots « terrorisme » et « fondationnalisme » dans les années 1980. Selon lui ces termes et leur imagerie apparaissent de façon inéluctable « dans l’espace public offert par le discours national », dès qu’il y a des discussions qui visent à analyser les conflits politiques entre sunnites et chiites, Kurdes et Irakiens, Tamouls et Singhalais. Ces concepts, continue Said, sont un produit des préoccupations des bureaux intellectuels de centres métropolitains de Londres et Washington et transmis au public par les secteurs de l’information. « Ce sont des images effrayantes au contenu mal défini : elles confèrent pouvoir moral et approbation à tous ceux qui les utilisent, dévalorisent moralement et criminalisent tous ceux qu’elles désignent. Ces deux réductions géantes ont mobilisé des armées, et des communautés dispersées. » Ces secteurs d’information, par leur potentiel à déconcentrer et à décentraliser, étaient pour Norbert Wiener, le père de la cybernétique, à l’origine de la « seconde révolution industriel ». Or Wiener, dans son livre « Cybernetics : or Control and Communication in the Animal and the Machin » publié en 1948 exprime aussi ses préoccupations sur la monopolisation et la marchandisation possible des sources des informations à cause des jeux du pouvoir et d’argent. C’est ce que nous explique Armand Mattelart, professeur émérite des sciences de l’information et de communication. Quarante ans plus tard, Herbert I. Schiller démontre comment quelques multinationales contrôlent la production journalistique. Voici une des idées prévalentes de son livre :
« La présence du contrôle concentré dans les médias et les domaines culturels alliés, bien qu’à peine un secret, semble maintenant parfaitement raisonnable à la plupart des Américains – et certainement aucune cause pour l’inquiétude. La mesure dans laquelle le public a été programmé pour accepter ces conditions dans les médias, et dans l’économie en général, est remarquable. »

Science et télécommunication

Essayons maintenant de voir comment ce que j’ai évoqué plus haut, c’est-à-dire l’image et la communication, s’imbriquent et construisent nos représentations sur les sciences. Les exemples de publicités qui utilisent la science pour créditer leurs promesses ne manquent pas. Prenons l’industrie esthétique. Leur argument est toujours que la science a réussi à extraire l’essence même de la nature et que la marque offre au consommateur ce produit de la science. Et bien évidemment les promesses d’un visage sans rides, d’un corps qui ne vieillit pas, s’accompagnent par des images qui s’imposent dans nos écrans et qui montrent de jeunes femmes ou des femmes plus âgées mais « retouchées ». Le langage publicitaire capte ainsi le désir d’un corps ou d’un visage toujours renouvelé, le transforme en besoin et essaye de vendre le produit en créant des représentations illusoires qui s’appuient sur le mensonge d’une science présentée comme miraculeuse. On joue ainsi avec la force de persuasion des connaissances scientifiques. Interrogé sur la propagande scientifique, Yves Gingras nous offre un autre exemple avec le réacteur de fusion nucléaire. Les scientifiques, dit Gingras, promettent depuis les années 1970 que ce réacteur sera bientôt prêt et on n’en a toujours pas de réacteur de fusion nucléaire, juste un réacteur expérimental. Pour la plupart des gens partout dans le monde, l’expérience la plus proche de la science est la représentation sur les sciences que les médias tissent et servent au public. Dans cette représentation que les médias renvoient, l’idéal du progrès est lié avec le développement scientifique ou technoscientifique, et cela fait les affaires des secteurs favorisés de l’industrie puisque cela leur permet d’exercer leur domination sur la politique, sur les Hommes, sur les matières premières du globe. En désignant l’imaginaire comme un élément fondamental dans l’évolution de l’histoire je veux pointer l’importance de la mise en évidence des caractéristiques de l’imaginaire de notre époque pour essayer de comprendre le monde qui nous entoure et les retombés que ces illusions et on ne peut pas parler d’illusion sans parler de déception – auront dans l’avenir.

Conclusion

Cette tendance de la communauté scientifique et médiatique de sélectionner et diffuser les images et les informations en fonction de la trinité subvention-industrie-profit peut amener à la confusion des esprits. Quand le changement n’arrive pas, l’imagerie du progrès peut se convertir en imagerie de la confusion, voir du chaos. Je voudrais aussi souligner la chose suivante : repenser la science ce n’est pas l’attaquer, au contraire, c’est entrer dans la lutte pour la science. Evidemment cette lutte est indissociable des enjeux médiatiques, politiques, économiques. En dernier lieu je dirais qu’il est essentiel pour l’Homme de ne pas se laisser dicter son imaginaire par des multinationales et des médias, c’est en lui-même qu’il peut trouver les richesses aptes à nourrir son imaginaire.

Références

Mattelart, Armand. , « III. L’émergence du paradigme techno-informationnel », Armand Mattelart éd., Histoire de la société de l’information. La Découverte, 2009, pp. 30-46. Said, Edward W., Culture et impérialisme, Fayard Le Monde diplomatique, 2000 Schiller, Herbert I., Culture, Inc.: The Corporate Takeover of Public Expression , Oxford University Press Inc, 1996

Ressources

« Quelle philosophie pour faire sens commun ? » – 6 janvier 2020, France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/quelle-philosophie-pour-faire-sens-commun

Crédit photographique : tableaux imaginaires par Hiéroglyphes marins, licence CC-BY-NC-ND

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search