La différence entre science populaire et vulgarisation

On pourrait penser que les expressions « science populaire » et « vulgarisation scientifique » sont des synonymes. Les deux expressions désignent en effet la façon dont la science est rendue accessible aux personnes extérieures à la communauté scientifique. Mais les deux termes sont pourtant bien différents. Si dans le monde anglo-saxon, c’est plutôt l’expression « science populaire » qui s’est imposée, en France on utilise le terme de « vulgarisation », qui a pourtant une connotation assez négative. Pourquoi ce terme là s’est imposé au détriment de l’autre au XXème siècle ? Et qu’est ce que cela révèle sur notre rapport aux sciences dans notre société ?
Bernadette Bensaude-Vincent se penche sur cela dans son article « La science populaire, ancêtre ou rivale de la vulgarisation ? ».

Science populaire et vulgarisation : quelle histoire ?

Dans cet article, Bernadette Bensaude-Vincent s’intéresse à l’histoire de ces termes, comment ils ont été utilisé et comment cette utilisation a évolué.
On peut analyser les deux expressions : “vulgarisation” implique d’adapter, de simplifier le discours de la science institutionnelle (la “vraie” science), et donc de tenir un double discours sur ce sujet : dans ce cas on assoit la supériorité du discours savant. “Science populaire”, en revanche, amène l’idée qu’il y aurait deux sciences différentes, l’une académique et l’autre populaire, et donc deux discours sur le même sujet, qui peuvent se compléter mais pas se substituer l’un à l’autre, et sans hiérarchie entre les deux formes de savoir : cela peut même mener à la contestation du discours savant et de sa supériorité.
On voit donc les enjeux de ce changement de vocabulaire.
Dans le corps de l’article, Bernadette Bensaude-Vincent analyse le cas de l’astronomie populaire entre 1830 et 1880, au travers de 3 ouvrages : “L’Astronomie populaire”, de François Arago, “Traité philosophique d’astronomie populaire”, d’Auguste Comte et “L’Astronomie populaire”, de Camille Flammarion.
Chacun des trois auteurs poursuit un but dans sa popularisation de la science : pour Comte, il s’agit d’élever la classe populaire, d’inculquer une façon de penser ou de réfléchir ; pour Arago, il s’agit de montrer que la science peut être comprise par tous ; Flammarion, lui, voit la science comme un vecteur de paix, en luttant contre l’obscurantisme qui permet aux dirigeants de manipuler les foules.

La science populaire

L’expression “science populaire” amène l’idée qu’il y aurait deux sciences différentes : l’une académique et l’autre populaire, et donc deux discours sur le même sujet. Il n’y aurait pas de hiérarchie entre les deux formes de savoir : cela peut même mener à la contestation du discours savant et de sa supériorité.
La science populaire apparaît alors comme une troisième voie : différente à la fois de la science savante et de la vulgarisation, elle brise le monopole des spécialistes et instaure un contre pouvoir. Comte ira même jusqu’à une critique de la science académique : pour lui, les savants se détachent de l’essentiel et se concentrent sur les détails, il dit qu’ils sont “pédants”, et manquant de bon sens populaire.

La vulgarisation

Le mot « vulgarisation » se démocratise au détriment de la « science populaire » en même temps que l’intérêt pour la science se développe de façon significative dans la société, dans la littérature et la presse, au XIXème siècle. B. Bensaude-Vincent pose la question de l’implication de ce changement : une baisse de considération de cette activité ou un réel changement des pratiques.
Contrairement à la « science populaire », le concept de « vulgarisation » implique d’adapter, de simplifier le discours de la science institutionnelle (la “vraie” science), et donc de potentiellement dénaturer les informations, mais aussi d’instaurer une verticalité du savoir, où la science académique produit la connaissance qui doit ensuite être adaptée au grand public, qui ne pourrait la comprendre sans cela. Dans ce cas on assoit la supériorité du discours savant sans le remettre en question. On voit donc les enjeux de ce changement de vocabulaire.

Conclusion

Dans ce glissement de terme, on peut voir également un changement dans la façon dont la médiation des savoirs se fait. Chacun des deux termes symbolise une idée de la science et de comment elle est faite, mais aussi de comment elle peut être transmise à l’extérieur de la communauté scientifique. Le changement de vocabulaire dans l’histoire de la science en France montre cela.
L’article de Bernadette Bensaude-Vincent permet une analyse de la façon dont on perçoit la science dans l’histoire et particulièrement dans l’histoire de l’astronomie, et donc de se questionner sur notre perception de la science actuellement et de comment nous la transmettons.

Bibliographie

Bernadette Bensaude-Vincent, « Science populaire, ancêtre ou rivale de la vulgarisation ? », Protée, 16, 3, 1988, pp. 85-91.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search