Contact, attachement et appren-tissage avec le papillon

Derrière l’étude des papillons réalisée par les naturalistes, se cache une relation intime et profonde entre ces êtres. Enfilons nos bottes et faufilons-nous dans les hautes herbes afin de dévoiler ce curieux tissage humain-papillon.

Pour y voir plus clair, il sera question dans cet article de blog de suivre la trame d’une ontologie relationnelle1 tissée entre humains et papillons. Notamment nous chercherons à comprendre ce que cela signifie lorsque les naturalistes (qu’on appellera aussi lépidoptéristes) disent « contacter » les papillons. Ce terme employé même dans les rapports entomologiques et recèle en réalité une expérience sensorielle et affective particulière. Comment ces naturalistes s’attachent à eux, et comment cet appren-tissage avec les papillons, tout aussi actants2 que les humains, nous dévoile un autre monde des possibles3 ?

Cette réflexion sur “Ce qui nous agit” prend racine dans l’article De prises en (sur)prises, l’attachement du lépidoptériste, ou comment « contacter » un papillon, encré en 2019 par Emmanuel Chardonnet. Cet article de blog n’est pas exhaustif du contenu de sa source principale et s’axe sur cette ontologie relationnelle. J’ai aussi choisi de faire prendre racine et de faire écho à certains concepts chez Donna Haraway ou Laura Aristizabal Arango, en me les appropriant, parfois, en essayant d’en esquisser de nouveaux moi-même.

  1. Un début vers la syntonisation4 humain-papillon
  • Poser un nom, une nouvelle forme d’existence aux yeux des humains

L’activité naturaliste se propose d’identifier les espèces en leur attribuant un nom, dans notre cas les papillons ou plus biologiquement les lépidoptères. Attribuer un nom permet un premier pas vers une relation entre êtres. Le papillon en question acquiert alors une identité, possède une nouvelle forme d’existence singulière aux yeux des humains. Chaque rencontre individuelle fait office d’un hommage, et est notée dans un carnet, tel un souvenir entomologique imprégné d’une certaine nostalgie. Ceci n’est pas toujours facile d’ailleurs, car les critères d’identification prennent un nombre important de variations, aussi petites soient-elles, tant la diversité des papillons est grande.

  • Nébuleuse ontologique

Les lépidoptéristes ont aussi le choix d’utiliser des repères spatio-temporels, des perceptions sensorielles, ou s’aider de la présence d’autres êtres… voilà, nous y arrivons, nous venons à nouveau de mettre un pied dans l’ontologie relationnelle, qui a permis de nous remembrer (en anglais), de nous « remembrer » (en français), afin de revenir à nous-mêmes, aux autres êtres qui comptent, et aux mondes ! Il faut alors pister le papillon5, trouver des traces, engranger des signes, faire des liens quand il y a des choses à traduire pour percevoir la présence du papillon. Cette appropriation de points de repère peut aussi faire l’objet d’imagination, de fabulation au sens de Donna Haraway. Les naturalistes lorsqu’ils ne sont pas sur le terrain, s’imaginent des scénarios fictifs d’une rencontre, s’entraînent à pister le futur papillon afin de l’appréhender au mieux lorsqu’ils seront de sortie. En écrivant ces lignes, j’ai intuitivement pensé au rêve. Dans certains rêves, le cerveau s’exerce à appréhender de la meilleure façon la réalité si un jour il y est confronté. En fait, de mon point de vue, les naturalistes sont des rêveurs. Nous nous mettions en marche sur le chemin de l’ontologie relationnelle, à présent, nos têtes sont dans la nébuleuse ontologique6.

2. Se rendre contre le corps de l’autre, rencontre et rendre-compte d’autrui

  • L’effleurement physique

Dans ses débuts, les lépidoptéristes n’ont d’autre choix que de s’approcher au plus près de l’espèce à identifier, les sens sont ouverts au moindre détail sur le corps du papillon qui pourrait faire ressortir un nom lors de cette rencontre. Or cela n’est possible qu’après bon nombre d’échecs, car les papillons n’attendent pas. Les naturalistes doivent adapter le type et le style de capture, doux mouvements de filet, prises photographiques en rafale… il y en a pour tous les goûts en fonction des rencontres. Lorsqu’ils sont dans les filets, les papillons sont manipulés par les mains des lépidoptéristes. C’est là où l’effleurement physique est au plus proche. Ce n’est qu’après une multitude d’essais et surtout de ratés, lorsque les papillons filent entre les doigts des naturalistes, que ces derniers gagnent en précision et se rendent compte du corps de l’autre. Cet éveil de sensibilité permet à l’humain de faire rendre-compte par une singulière rencontre, de la moindre aspérité du corps de cet être vivant. Pour chaque espèce, chaque individu, chaque situation.

En fait, depuis le début, ce sont des jeux de ficelles7 qui tissent une nouvelle facette d’une relation humain-papillon, dans laquelle chacun tisse continuellement, passivement ou activement, des boucles, des nœuds, des liens croisés entre ces deux êtres, et nous le verrons aussi, entre les autres-êtres-qui-comptent du milieu. Autrement dit, ce tissage influence la création de nouveaux rapports aux mondes.

  • L’attache émotionnelle et affective

Dans la réalité, les lépidoptéristes se laissent guider, emporter par le papillon. Improvisent et s’adaptent, changent complètement leur trajectoire en se positionnant sur le fil de la trajectoire du papillon, s’y relient physiquement, et « appren-tissent ». En cela, le papillon devient actant et les savoirs deviennent chez Donna Haraway des liens « encorporés » par les naturalistes à l’issue de cet appren-tissage corporel. Car les sens et la sensibilité sont déplacés au centre du tissage humain-papillon, comparable alors a un granny square8 afin de « ressentir-avec le papillon ». C’est précisément ce qui affecte, créer des attaches sentimentales avec ces êtres. (Intéressant à mettre en lien avec Les émotions, source de savoir scientifique ?)

Etapes de création d’un granny square (merci à la personne qui partage ma vie pour cette réalisation)

3. Arriver à une relation incommensurable

  • La floraison des sens

Il arrive que quelques naturalistes «  transcendent » le corps à corps dont nous avons parlé, et par un coup d’œil vif, arrivent à cerner l’être, apposer un nom dessus tout en continuant leur trajectoire. On pourrait alors penser que l’ontologie relationnelle en est réduite mais nous allons comprendre pourquoi il n’en est rien, bien au contraire. C’est après de nombreuses rencontres au corps à corps, que certains parviennent à reconnaître la signature du vol du papillon. C’est ce qui est appelé le jizz9 . Ces impressions qui cernent directement l’espèce sont propres à chaque naturaliste, en fonction de leur sensibilité. De chacune des espèces émane un jizz unique, et pour le percevoir cela dépend des trajectoires des deux êtres de manière spatio-temporelle et des notes d’une ontologie relationnelle extrêmement solide de nombreuses mises en tension régulières.

  • En quête d’un espace augmenté

Les naturalistes aguerris sont donc capables d’élargir leur perception de la réalité pour saisir les éléments microscopiques pertinents, afin de nommer ce qui est vu. En effet, ce n’est pas le biotope ou le paysage qui est utilisé, mais les détails du monde vécu des papillons, qui structurent les déplacements même de ces insectes, tels que les haies, la plante hôte, l’essence de l’arbre, le relief du couvert végétal etc. Nous pouvons nous en imprégner par un nouveau regard qui sort d’une perception ordinaire. En fait, le jizz dont nous avons parlé auparavant s’étend de la signature du papillon jusqu’aux « marques mémorielles dans le paysage ». Les naturalistes se peuplent alors d’une multitude d’êtres pour répondre aux trajectoires potentielles, à une nouvelle trame du vivant et à l’insistance des possibles. Ne tirant plus seulement leur attachement dans l’identification, mais aussi dans la rencontre en elle-même, la surprise et l’émerveillement, la reconnaissance et le devoir de protection d’un être qui croise un autre regard, une autre vie.

Bibliographie

Charonnet, E. (2019). De prises en (sur)prises, l’attachement du lépidoptériste, ou comment « contacter » un papillon. Approche anthropologique des changements climatiques et météorologiques, 38, 337-376. https://www.ethnographiques.org/2019/Charonnet

Donna J. Haraway, (2020). Vivre avec le trouble, (García, V., Trad.). Les éditions des mondes à faire.

Aristizabal Arango, L (2022). Appren-tissages avec des papillons Monarques (Danaus plexippus). Une lecture d’« Histoires de Camille » de Donna Haraway , Itinéraires, 1, 18. https://doi.org/10.4000/itineraires.10290

Crédits photographiques

Snissia Spinotti sur Flickr Licence CC BY-NC-ND 2.0

  1. Système des propriétés que les êtres humains attribuent aux êtres (j’entends par « êtres » tout ce qui est humain/non-humain, vivant/non-vivant, visible/invisible) et qui intervient dans la délimitation des relations qui peuvent exister entre humains et non-humains. Ceci se différencie de l’ontologie extractiviste caractérisée par une approche des êtres à distance et détachée comme ce qu’on peut trouver dans l’objectivisme des sciences explicatives. Il s’agit donc de passer d’une ontologie extractiviste traditionnelle à une ontologie relationnelle qui elle, est caractérisée par une relation entre êtres qui est consciente et située. []
  2. Ce sont les êtres qui agissent et influent sur le monde, y compris nous. []
  3. Découvrir ou imaginer le monde sous un nouveau prisme du regard. []
  4. Terme plutôt utilisé dans les sciences de la biologie, faisant référence à la notion de « faire avec » ou « faire grâce » aux autres chez Donna Haraway. []
  5. Le concept “pister” est introduit par Baptiste Morizot. []
  6. C’est une petite référence à « avoir la tête dans les nuages (ou dans les étoiles) » pour cette notion de rêve, vous l’avez deviné. Avec « nébuleuse » dans son premier sens du terme c’est à dire un nuage de gaz et de poussières interstellaires. Mais à prendre également dans son second sens en même temps, à savoir un ensemble de choses – pour moi, d’êtres – dont les relations sont imprécises et confuses. C’est précisément dans cette situation que se retrouvent les naturalistes momentanément ! []
  7. Jeux de ficelle, string figures, ou SF, est au départ un exercice de création par entrecroisement de fils reliés aux doigts des mains, dessinant alors des figures ou des motifs. Donna Haraway se sert alors de la logique de ce jeu en philosophie en le ramenant à l’exercice d’un tissage continu entre plusieurs êtres, afin d’apprendre de nouvelles manières d’être au monde. []
  8. Dans la pratique du crochet, un granny square est un morceau de tissu carré qui se réalise à la main en crochetant du centre vers l’extérieur. Je me suis permis de le rapporter à l’appren-tissage humain-papillon qui se place alors comme je l’ai expliqué au centre de la relation, et non pas plus d’un côté (par exemple du côté humain) que de l’autre. []
  9. Le jizz est un mode de reconnaissance intuitif, il se base sur différentes impressions lorsque le papillon est vu au premier regard. Cela peut être la teinte générale, l’allure du vol, les contrastes etc. Ce terme est plus communément utilisé par les ornithologues. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
vincentnicolas (27 juillet 2023). Contact, attachement et appren-tissage avec le papillon. Contrepoints. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rage


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search