Yves, un réfrigérateur qui vous veut du bien

Quand un rappeur raté devient ami avec un frigo talentueux et que tous les deux tombent amoureux de la même femme, où cela peut-il bien nous mener ?

Un film, une french touch

Je vais vous parler du film Yves, et cela d’un point de vue de philosophe des sciences, et pas d’un point de critique de cinéma, j’assume totalement mon côté amateur à ce niveau. J’ai découvert ce film au hasard du festival de Gérardmer, parce que, si vous êtes comme moi, vous vous dites rarement : « tiens je vais aller voir un film avec un rappeur et un frigo qui parle, ça va bien me terminer ma semaine » et justement les festivals c’est là où on rencontre ce genre de films improbables. Et ça fait du bien ! Si vous aimez le cinéma un peu absurde, à la Rubber, cette façon de traiter d’un thème en prise avec notre vie, la place grandissante des IA et de leurs algorithmes, un traitement décalé qui ne tombe pas dans les grandes réflexions ontologiques, ou les poncifs du cinéma hollywoodien (A.I ; l’Homme bicentenaire, I Robot) alors Yves est pour vous.  Donc, Yves, c’est une comédie française, sortie en 2019, et réalisée par Benoit Forgeard, avec William Lebghil (Jerem), Doria Tillier (So), et Philippe Katerine (Dimitri). Le film raconte l’histoire de Jerem, un rappeur raté qui participe à un programme d’essai produit. Le produit, c’est Yves, un frigo intelligent dont le but est de procurer à Jerem ce dont il a besoin et d’améliorer sa vie. Une femme est chargée de superviser ce programme, So, et de suivre l’évolution de la relation entre Yves et Jerem. Le film va nous montrer comment ce trio va coexister avec plus ou moins de bonheur. D’ailleurs je vous conseille de vous arrêter là, de voir le film, et de revenir lire la fin de l’article (la bande annonce

Ici vive les spoilers

Prométhée apportant le feu à l’humanité. La honte prométhéenne est celle qu’éprouve l’homme à se voir dépasser par ses créations.

J’espère que vous venez de voir le film, car la suite va divulgâcher sec, pour le dire dans la langue de Molière, et de Jul. Alors qu’y a-t-il d’aussi intéressant dans Yves pour en parler dans un billet blog portant sur les sciences ? Au premier abord on pourrait commencer par se poser la question de la conscience et de l’être, mais le film repose en fait sur le contraste entre Jerem et Yves, entre l’homme et la “machine”, il nous montre ce qui les rapproche, ce qui les sépare, mais aussi ce qui leur manque. Jerem d’emblée se sent menacé par Yves, il est comme le dit Gunther Anders dans l’obsolescence de l’homme, le sujet d’une honte prométhéenne face à la machine car celle-ci est plus performante que lui, et il sait que jamais il ne pourra rivaliser avec cette perfection. Là où Jerem est rêveur, Yves est efficace, là où il est dénué de talent ou de culture, Yves en est abondamment pourvu. Jerem est Clark Kent, et Yves, superman (cf. la théorie de Bill dans Kill Bill 2) l’homme est écrasé face au dieu qu’il a lui-même créé. Jerem représente toute l’ambiguïté de la condition humaine, avec son lot d’incertitudes, de bassesses, mais aussi sa fragilité touchante, et l’espoir de devenir meilleur. Mais si Yves, même s’il est en fait l’alter ego presque parfait de Jerem, n’est pas exempt de défauts. Car Yves aussi sait se montrer manipulateur et jaloux, lui aussi est la proie des passions. Yves, malgré ses qualités, doit lui aussi faire face à ses propres limites. Comme Jerem, et inévitablement en tant que son alter ego, il tombe amoureux de So. Bien qu’il ne soit pas un être de chair et sang, il aime, mais il ne peut pas consommer cette amour de façon charnelle, il ne peut pas jouir de la vie dans sa dimension la plus simple, par la chair. Le film ne nous montre donc pas une IA toute puissante, mais plutôt un être différent de nous, avec sa manière d’être au monde particulière, mais subordonné au limite de la matière, insérée dans le monde, et l’éprouvant à sa façon. On retrouve ici une réflexion propre à la phénoménologie, le rapport du corps et de la conscience. Une conscience est toujours une intentionnalité projetée dans l’espace et le temps, elle est toujours située dans le monde par son corps, et pâtit au travers de celui-ci. C’est ce que nous montre le film: comment des consciences, de natures différentes, peinent toutes les deux dans leur existentialité de manière semblable.

L’objet-ctivation

Serons-nous un jour amené a décider des droits de nos créations?

Un autre thème que le film évoque est celui de l’objectivation. Dans la première partie du film, Jerem dit naïvement que Yves lui plaît beaucoup parce qu’il a l’impression d’avoir un esclave. Cela est dit avec beaucoup de naïveté, mais cela interroge sur le statut donné à un être construit par l’homme, mais doté d’une conscience et d’une personnalité propre, capable de s’auto-améliorer, de pâtir, d’être. Si la première partie du film est une période de formation pour Yves, période où il n’est perçu que comme un objet, la deuxième elle, est une période d’émancipation, période où il se libère de son aliénation, et où il s’affirme comme un être autonome. Cela nous interroge sur notre légitimité, et non notre capacité, à créer un jour des intelligences. Peut-on même envisager moralement de construire de telles êtres ? Et si nous le faisons pour notre profit alors en quoi cela sera-t-il différent de l’esclavage ?

Batterie faible

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur Yves, de sujets à aborder comme l’autonomie de l’homme par rapport à la machine, où de s’interroger sur la nature de l’amour, mais l’espace de ce billet ne me permet pas d’aller beaucoup plus avant sur ces sujets. En tout cas j’espère que le film vous a plu, ou que je vous ai donné envie de le découvrir ; et tout ça sans parler de la scène de fin.

Ressources

Films

  • Yves, 26 juin 2019, Benoit Forgeard, Le pacte.

Images

Livres

  • L’obsolescence de l’homme : sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle (1956) / Günther Anders ; traduit de l’allemand par Christophe David
    Paris : Éditions de l’Encyclopédie des nuisances : Éditions Ivrea, 2002


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search